FT-CI

Egypte, un an après le début du processus

Ramy Essam, la bande originale de la révolution

27/02/2012

Par Jamila Al-Mukhtar

Lorsqu’il est arrivé sur une Place Tahrir pleine de manifestants le 31 janvier dernier, Ramy Essam n’était qu’un simple étudiant de 23 ans inscrit en architecture. A Mansoura, où il suivait ses cours à la fac et où il habitait avec sa famille, il avait déjà participé avec son frère Shady aux premières manifestations contre le régime de Moubarak. C’est alors qu’il décida de laisser derrière lui la région du delta du Nil, ã quelques encablures du bastion ouvrier de Mahalla, pour faire le voyage la capitale, en emmenant avec lui sa guitare, et rien d’autre. Par la suite, les dix-huit jours qui ont secoué l’Egypte ont également transformé sa vie, comme celle de centaines de milliers d’autres manifestants. En l’espace de quelques jours les chansons de Ramy Essam sont devenues celles des manifestants ã Tahrir. Ramy a composé pendant le processus même la « bande originale » du début de la révolution égyptienne...


Ramy Essam sur la Place Tahrir en janvier 2011

Des slogans et une guitare

Enthousiasmé par les slogans lancés en permanence par les manifestants, il a commencé à les mettre en musique. C’est ainsi que « Irhal » (« Dégage ! ») a vu le jour en l’espace de quelques heures.

Après le fameux message télévisé du Raïs au cours duquel Moubarak affirmait sa volonté de rester au pouvoir jusqu’aux élections prévues alors en septembre, Ramy est monté sur un des podiums dressés à la hâte Place Tahrir en improvisant devant la foule une autre de ses chansons qui est devenue depuis un standard de la révolution : « Yasqot yasqot Hosni Moubarak ! – Irhal ! Irhal ! » (« A bas, ã bas Hosni Moubarak ! – Dégage ! Dégage ! »).

Après cette soirée mémorable, Ramy a commencé ã chanter tous les jours sur le campement de la Place Tahrir. Les mots d’ordre des manifestants étaient la toile de fond de ses chansons et les accords de sa guitare donnaient du courage aux révolutionnaires.

Il a continué ã chanter, même lorsque la situation a commencé ã devenir vraiment sérieuse. Le 2 février, les sbires du régime ont attaqué Pace Tahrir. C’était le jour de la « Bataille des chameaux », dont les images ont fait le tour des télévisions du monde entier. Pris ã parti et roué de coups par les baltagiyya (les mercenaires de l’ancien du régime), Ramy a été blessé. Il n’en a pas moins continué ã chanter, le visage tuméfié. « C’était drôle, a-t-il déclaré par la suite. J’avais la tête recouverte de bandages, et ceux qui m’écoutaient étaient eux aussi méconnaissable, recouverts de bandages et de compresses ».

Riez ! C’est la révolution…

C’est que Ramy ne manque pas de sens de l’humour. Et au cours de ces dix-huit jours d’occupation et de lutte Place Tahrir il fallait aussi être en capacité de rire, pour mieux combattre. La révolution n’est jamais un dîner de gala. Mais ce n’est pas non plus une cérémonie funèbre. « Ed7ako ya Sawra » veut dire « Riez bien, c’est la révolution ! ». Dans cette chanson, accompagné par sa guitare de toujours qui reprend des accords qui ne sont pas sans rappeler une ritournelle rock’n roll des années Soixante, Ramy tourne en dérision la propagande contre-révolutionnaire officielle de Moubarak. Le régime accusait en effet dans les médias les manifestants d’être au service de l’étranger, d’être responsables de la banqueroute économique du pays et d’être payés ã coups de hamburgers et de sandwichs. « On vous dit que nous mangeons des menus Kentucky Fried Chicken (KFC) ? Riez ! C’est la révolution ! » dit ironiquement la chanson. Et alors, le public reprenait en chœur, entre deux charges de la police.

« Pain, liberté et justice sociale ! »

Le 11 février, lorsque la télévision a annoncé la démission de Moubarak et que l’information se répandait comme une traînée de poudre partout en Egypte, Ramy a repris « Irhal ! » (« Dégage ! ») Place Tahrir, une chanson qui était devenu entre-temps l’hymne de la révolution et que la revue Time Out a classée parmi les 100 chansons qui ont changé le monde [1]. Un an après le début du processus, une année émaillée de nouvelles mobilisations ouvrières et de la jeunesse mais aussi d’une répression brutale de la part des Forces Armées égyptiennes, Ramy n’a pas cessé de chanter la révolution.

En septembre il a sorti une nouvelle chanson, intitulée « Pain, liberté et justice sociale ! ». Le titre reprend l’un des slogans scandés par les manifestants en janvier et février derniers et qui continue ã animer aujourd’hui les protestations, occupations et grèves. En effet, rien de ce qui était revendiqué l’an dernier n’a été obtenu.

« A bas le régime militaire ! »

Aujourd’hui Ramy comme beaucoup de jeunes Egyptiens révoltés n’a aucune confiance dans le régime militaire qui gouverne le pays. C’est d’ailleurs ces mêmes militaires qui l’ont arrêté le 9 mars dernier et qui l’ont torturé à l’électricité, au sein même du Musée National du Caire, avec plusieurs dizaines d’autres militants pendant plus de quatre heures [2]. Cette terrible épreuve a fini par le convaincre, si cela était encore nécessaire, des desseins réels des Forces Armées.

En novembre-décembre il a appelé au boycott du cirque électoral organisé par le Conseil Suprême des Forces Armées (SCAF) après les bains de sang qui ont émaillé les manifestations de cet automne.Il est parfaitement conscient du fait que les militants doivent être plus vigilants que jamais. « La contre-révolution, dit-il, ne chôme pas, et essaie de regagner du terrain… et nous ne sommes plus aussi unis qu’auparavant. Il ne faut pas que nous perdions ce que nous avons commencé ã gagner ».

Ses chansons continuent ã rythmer les manifestations. Depuis prés d’un an d’ailleurs ce n‘est plus Moubarak qui est visé par le fameux « Irhal ! » (« Dégage ! »). Ramy a changé le refrain : « Yasqot, yasqot hokem el a’skar ! – Madineya ! » (« A bas, ã bas le SCAF ! – Etat civil ! [par opposition au régime militaire actuel]). C’est désormais la chanson qui est entonnée dans les manifestations. L’espoir est que le nouveau refrain contribue ã accompagner le processus actuel de lutte et qu’il débouche effectivement sur le fameux « Thwara hattâ el-nasr ! » (« La révolution jusqu’à la victoire ! ») que scandent les manifestants et Ramy, en chœur.

25/01/12

Notes liées

No hay comentarios a esta nota

Journaux

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)