FT-CI

Cinéma

"Les Nouveaux Chiens de Garde" ou comment la critique des médias peut déconstruire la société de classe

11/03/2012

Par Pierre Hodel

Les Nouveaux Chiens de Garde, un film ã voir, qui dénonce la mainmise de la bourgeoisie sur les principaux médias et la complicité de leurs ami-e-s journalistes. Une critique drôle et vivifiante qui arme d’arguments pour déconstruire le pouvoir des médias, qui est avant tout celui du patronat.

Les films sur les médias sont nombreux. Certains savent rappeler et démontrer que radios, journaux, télévisions, écoutés, lus ou regardés par des millions de personnes, sont en fait entre les mains d’un très petit nombre. Le documentaire Les Nouveaux Chiens de Garde, sorti en janvier 2012 et réalisé par Gilles Balbastre et Yannick Kergoat, ne se contente pas de le rappeler. Il apporte une critique déconstructive du bombardement médiatique de la société, redevable à la fois à l’essai sur les médias de Serge Halimi, publié en 1997 et dont le film de Ballastre et Kergoat reprend le titre, mais aussi à la critique de Bourdieu, aux travaux d’Acrimed, un observatoire spécialiste dans la critique des médias [1], et bien entendu aux Chiens de garde, l’ouvrage de Paul Nizan paru en 1932 dans lequel le jeune philosophe communiste appelait déjà de tous ses vœux à lutter contre les chiens de garde intellectuels de la bourgeoisie.

Les Nouveaux Chiens de Garde propose de se réapproprier un vocabulaire lutte des classes. La démonstration même du film est de rappeler que les intérêts d’une classe nécessitent le contrôle des médias. Il est ainsi question de structure de la classe médiatique dominante : chef d’informations, présentateurs-vedettes, journalistes connus, propriétaires de médias, hommes politiques, etc. Le film dévoile la connivence entre hommes et femmes de même éducation, de même milieu, de mêmes origines et de mêmes modes de vie. Il est question donc de complicité : images, citations, tableaux et graphiques à l’appui... Et bien entendu, il s’agit de montrer que cette connivence ã des conséquences, des causes, et un but.

Voici donc un film qui sait faire preuve d’une grande pédagogie. Et on se prend ã rêver qu’il pourrait figurer ã tout cours « d’éducation civique » qui se respecterait... On y voit ainsi Franz-Olivier Giesbert (directeur du très sarkoyste Le Point et omniprésent présentateur cathodique) exprimer avec la plus grande franchise le cynisme de la possession : le Capital ne possède pas des médias ou des entreprises pour le plaisir, mais pour se faire obéir, pour assurer sa puissance. Bref, le Capital exerce le pouvoir que lui donne la possession. « Et où est le problème ? » nous dit M. Gisbert.

On voit également dans Les Nouveaux Chiens de Garde la bêtise crasse d’un des grand plus capitalistes français, Arnaud Lagardère, propriétaire du groupe Lagardère, c’est-à-dire de la quasi-totalité de l’édition française, le plus gros actionnaire privé d’EADS, mais aussi d’Europe 1, de Paris Match, etc.. Il faut le voir étaler bêtement sa peur d’être dévoilé, notamment par la léchecuterie sans limite de son employé, Jean-Pierre Elkabbach, qui au-delà du ridicule, offre l’occasion de comprendre jusqu’où va la veulerie des valets-journalistes.

Tout ceci s’accompagne dans le film d’illustrations très concrètes, exemples à l’appui, des pouvoirs du Capital, notamment du capital concentré des grandes multinationales françaises : Bouygues, Lagardère, Bolloré, Dassault, etc. La dépendance du capital privé aux marchés publics rappelle que les grands groupes privés ont besoin de moyens de pression sur les politiques ã travers leurs capacités ã façonner l’opinion public. On voit ainsi comment sur la question du réacteur nucléaire EPR de Flamanville, construit par Bouygues, TF1 (propriété du groupe Bouygues) dissimule allègrement tous les problèmes de malfaçon de ce même réacteur au béton plein de défauts...

Mais cette mainmise du Capital a été possible, et le film le rappelle, grâce aux décisions successives des gouvernements de droite (vague de privatisation de TF1 en 1986, ouverture ã Berlusconi avec la 5, puis ã M6) mais également grâce aux décisions du Parti Socialiste qui lorsqu’il était au pouvoir n’a jamais remis en question ces privatisations. Il est également rappelé, faits à l’appui, combien le « service public » est bien toujours celui d’un Etat bourgeois, c’est-à-dire littéralement aux mains de la bourgeoisie et de ses serviteurs. L’ère Sarkozy montre d’ailleurs un président nommant directement les chefs des grandes chaines, un véritable retour à l’ère gaullienne de l’ORTF que la France n’a jamais vraiment quittée.

A ce sujet d’ailleurs, les images nous rappellent la trajectoire de certains (pseudo) révolutionnaires ou gauchistes de salon d’il n’y a pas si longtemps, à l’image de Philippe Val ou de Michel Field, aujourd’hui reconvertis au service après-vente de la bourgeoisie. Vals, ancien censeur et moralisateur de Charlie Hebdo, a été nommé directement par Sarkozy avec pour mission d’expulser de France Inter tout journaliste critique. Field, lui, vante aujourd’hui les mérites de la police et participe aux sauteries de la fine fleur de la bourgeoisie lors des fameux diners du Club du Siècle qui se réunit place de la Concorde tous les mois. Que d’eau a coulé sous les ponts depuis l’époque où Field était un des leaders lycéens contre la loi Debré en 1973…

Voir Les Nouveaux Chiens de Garde c’est s’armer d’arguments pour démontrer ce que l’on savait déjà : la bourgeoisie tient aussi parce qu’elle achète tous les jours des hommes et qu’elle les crée, littéralement, tour-à-tour « experts », « journalistes grand-public », « critiques-irrévérencieux-qui-font-quand-même-la-révérence », etc. Et l’achat est ici chiffré, ce qui permet de savoir ã combien tel ou tel « homme de télévision » s’achète et se monnaye pour une soirée d’entreprise, de promotion d’une idée, de défense d’un lobby. Il suffit de débourser suffisamment pour qu’un journaliste présente votre produit, quel qu’il soit, avec le sourire, et même si cela va à l’encontre de ce qu’il prétend être par ailleurs (c’est-à-dire généralement « indépendant », « au service de l’intérêt général », etc.). Les journalistes appellent cela un « ménage ». Quant aux « experts », notamment les économistes, le film rappelle que systématiquement présentés comme des universitaires, ils sont surtout systématiquement membres de conseil d’administration ou de fondations privées qui les arrosent de sommes colossales (plusieurs centaines de milliers d’euros par an pour les plus « éminents »).

Rien de nouveau en réalité, voilà pourquoi les citations au cours du film de l’essai de Paul Nizan écrit en 1932 frappent autant. Elles invitent ã se plonger dans ce livre parce qu’elles énoncent clairement les faits, les stratégies, les intentions, les discours de la grande bourgeoisie. « Tout bourgeois se sent élu » peut-on y lire. Voilà le rappel que l’imposture est centrale, et son dévoilement nécessaire. La domination de la bourgeoisie pour être durable se doit d’être cachée. Cette énonciation, déjà présente chez Marx, est toujours autant d’actualité. Le chant qui dévoile le Capital offre une liberté immense. La liberté de rappeler qu’il existe une vérité. Les possibles, eux, sont encore en mouvement.

12/02/12

  • NOTAS
    ADICIONALES
  • [1Pour suivre les travaux d’Action Critique Médias (Acrimed), www.acrimed.org/

Notes liées

No hay comentarios a esta nota

Journaux

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)