FT-CI

Kobané et les contradictions des oppresseurs et des opprimés

22/10/2014

Kobané et les contradictions des oppresseurs et des opprimés

Au plus fort du siège de Kobané par l’Etat Islamique (EI, ou ISIS de son ancien nom), le secrétaire d’Etat nord-américain John Kerry, expliquait que la « situation humanitaire » dans cette ville de Syrie à la frontière de la Turquie, et majoritairement kurde, n’avait pas d’intérêt stratégique pour les Etats-Unis. Derrière ce langage diplomatique, on peut comprendre les intérêts géopolitiques : Kerry dit qu’à Kobané, l’ennemi de l’ennemi n’est pas forcément l’ami des Etats-Unis. La raison est simple : la résistance kurde en Syrie est dirigée par le Parti de l’Union Démocratique (PYD) et ses milices, les Unités de Protection du Peuple (YPG-YPJ), une fraction radicale du mouvement national kurde liée au Parti des Travailleursdu Kurdistan (PKK) dont le siège est en Turquie, inscrit sur la liste des organisations terroristes des Etats-Unis et de l’Union Européenne.

Les problèmes ne s’arrêtent pas là . La Turquie, membre de l’OTAN et ayant adhéré à la coalition anti-EI dirigée par Washington, a refusé d’intervenir contre l’EI de l’autre côté de sa frontière. Le calcul du gouvernement d’Erdogan est le même que celui des Etats-Unis : il a choisi de laisser faire l’EI, pour éviter que ne se fortifie la position des kurdes, peuple qu’il opprime à l’intérieur de la Turquie. Comme si cela ne suffisait pas, il a même bombardé des positions du PKK, mettant en péril le processus de paix qu’il était en train de négocier avec le leader kurde, en prison, Abdullah Öcalan.

Mais les avancées de l’EI en Irak, qui se consolide dans la province sunnite de Anbar et est aux portes de Bagdad, ont apparemment obligé le gouvernement de Barack Obama ã changer d’avis. Des fonctionnaires nord-américains ont reconnu avoir eu un contact indirect avec des membres du PYD, à la suite duquel ils ont augmenté les bombardements aériens contre les positions de l’EI ã proximité de Kobané. Des 54 attaques aériennes lancées cette semaine en Syrie, 53 visaient la zone de Kobané. Cela a apparemment renversé la dynamique des trois dernières semaines : l’EI a reculé et les milices kurdes disent avoir récupéré 70% de la ville et les zones alentours. Si dans le mois dernier, la ville de Kobané n’est pas tombée aux mains de l’EI, c’est grâce à la résistance héroïque des milices du YPG-YPJ, qui, sans la moindre aide, ont affronté cette force réactionnaire. Aujourd’hui, les Etats-Unis prétendent s’arroger la possible victoire ã Kobané, voulant ã tout prix présenter un succès dans une guerre qui n’est pour le moins pas gagnée. Mais une chose est l’image renvoyée, et une autre est le rapport de forces réel. Les stratèges du Pentagone signalent les failles de la stratégie d’Obama : la force aérienne toute seule ne pourra pas « dégrader et détruire » l’EI, qui contrôle un territoire de la taille de la Belgique, où sont concentrées une grande partie des réserves pétrolières de l’Irak. Et pour l’instant, les Etats-Unis ne trouvent pas de volontaire de confiance et efficace pour faire office de troupe terrestre.

Au sein des membres de la coalition, la non-implication de la Turquie délivre les autres pays arabes, qui ont moins d’intérêts en jeu, de l’obligation d’envoyer des troupes terrestres. En Irak, une partie de l’Armée officielle a été démembrée et celle qui reste n’a ni la capacité ni la volonté de combattre. Et une part importante des milices sunnites et des ex-officiels et fonctionnaires du régime du Parti Baath se sont ajoutés aux troupes de l’EI. Au Kurdistan irakien, les soi-disant redoutables peshmergas, liés aux partis kurdes pro-Etats-Unis, n’ont pas pu résister à la première attaque de l’EI, et ceux qui se fortifient aujourd’hui sont des secteurs liés au PYD syrien. En Syrie, selon un rapport récemment présenté au Congrès nord-américain, les « rebelles modérés » appuyés par les Etats-Unis et autres puissances pour faire tomber Bachar Al Assad, sont virtuellement inexistants : il y a environ 1500 fractions armées dans l’opposition syrienne. De plus, ce rapport donne déjà pour morte l’Armée Syrienne Libre (ASL) qui a cessé d’exister comme organisation et opère comme franchise pour des milices ayant des intérêts distincts.

Enfin, dans les zones de Syrie sous contrôle des rebelles ont eu lieu des manifestations populaires contre les bombardements de la coalition, majoritairement pour dénoncer la mort de civils, et dans d’autres cas, contre la stratégie nord-américaine qui objectivement, pour le moment, a donné un répit au régime d’Assad. Obama résiste à la pression de divers alliés, comme la Turquie, qui cherchent à l’entrainer davantage dans la guerre civile syrienne. Mais pour l’instant il n’a toujours pas pu expliquer comment séparer la défaite de l’EI avec ce conflit syrien, une guerre civile ã plusieurs facettes, qui s’étend à l’ensemble de la région et ã travers la question kurde, et s’étend vers l’Union Européenne.

Bien sûr, il n’y a pas de contradictions seulement chez les oppresseurs. Les Etats-Unis ont été capables de manipuler en leur faveur la question kurde en Irak, où ils ont appuyé non seulement le Parti Démocratique du Kurdistan, un secteur conservateur du clan Barzani, mais aussi l’Union Patriotique du Kurdistan, autrefois radicale. Ceci peut également se produire en Syrie.

Notes liées

No hay comentarios a esta nota

Journaux

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)