FT-CI

Signaux de reprise de la combativité ouvrière et paysanne contre le gouvernement de droite

Première grève générale en vingt ans au Paraguay

27/03/2014

Première grève générale en vingt ans au Paraguay

C’est la première fois depuis 1994. La capitale du pays, Assomption, s’est réveillée avec une quasi-paralysie des transports publics, la plupart des établissements d’enseignement public et privé étant fermés. Au même moment, des milliers de paysans pauvres faisaient leur entrée dans la ville dans le cadre de la XXIème Marche pour la réforme agraire intégrale dont la fin coïncidait, cette année, avec la grève générale décrétée le 26 mars par l’ensemble des organisations syndicales et soutenue par l’opposition. L’état de grâce a bel et bien pris fin pour le multimillionnaire Horacio Cartés, le Berlusconi paraguayen, élu il y a sept mois.

Après avoir levé les barrages filtrants installés dès la matinée, des milliers de grévistes et de manifestants se sont retrouvés au cours de l’après-midi sur la Place de la Démocratie et sur la Place d’armes de la capitale. Dans la deuxième ville du Pays, Ciudad del Este, à la frontière avec le Brésil, c’est le pont international qui a été coupé. Partout là où des rassemblements avaient été organisés, on retrouvait les mêmes slogans. A Assomption, sur les banderoles de la foule de manifestants composés de nombreux travailleurs du secteur public (la grève ayant été beaucoup moins suivie dans le privé et dans l’industrie), de paysans et de jeunes, lycéens et étudiants, on pouvait lire les mêmes revendications : augmentation du salaire minimum, qui est au Paraguay de 1,82 millions de guaranis (soit 370 euros), de 25% et non de 10% comme l’a concédé le gouvernement ; abrogation de la Loi d’association Public-Privé [Alianza Público-Privada, APP], accusée de préparer le terrain ã des privatisations rampantes ; mise en place d’une réforme agraire complète ; solidarité avec les paysans emprisonnés et en grève de la faim de Curuguaty, condamnés pour des affrontements lors d’occupation de terres ayant été organisées en juin 2012 et à la suite desquelles sont morts 11 paysans et 6 policiers.

Cartés rêve de transformer le pays en un paradis latifundo-exportateur

Cartés est arrivé au pouvoir en mai 2013 sous les couleurs du Parti Colorado, l’ancien parti unique du dictateur Alfredo Stroessner qui a régné d’une main de fer sur le pays entre 1954 et 1989. Les élections avaient alors servi ã orchestrer la dernière étape du coup d’Etat « constitutionnel » qui avait permis de renverser le président de gauche Fernando Lugo. Depuis, Cartés mène une offensive en règle visant ã imposer des réformes économiques et politiques favorables aux secteurs les plus concentrés du patronat, des grands propriétaires fonciers et du capital étranger.

Après une forte récession en 2012, 2013 avait été marquée par une très forte reprise économique. Selon le FMI, l’économie aurait connu une croissance de 13%, fondamentalement liée à la hausse des cours des exportations en viande et soja. Les prévisions pour 2014 se situeraient davantage autour de 4,5%, indiquant par là -même le caractère extrêmement volatile et dépendant de l’économie paraguayenne à l’égard des exportations de ces marchandises.

Mais cette croissance n’a pas bénéficié ã tout le monde. La moitié de la population paraguayenne vit sous le seuil de pauvreté, dont 20% dans l’indigence. Toujours selon les chiffres des agences des Nations Unies, le Paraguay est le second pays au monde du point de vue de l’inégalité de l’accès aux terres. Alors que prés de 40% de la population vit à la campagne, 2,6% des propriétaires détiennent ã eux-seuls 85,5% de la surface agraire totale du pays, dont une partie se trouve aux mains d’entrepreneurs brésiliens liés à l’agro-business international.

Le programme économique de Cartés, dévoilé après sa victoire, consiste ã vouloir accentuer la concentration des terres et ã favoriser le secteur de l’élevage et de la culture intensive du soja. Parallèlement, l’APP vise ã faire entrer le capital privé dans les services publics. Le gouvernement colorado s’est également distingué par la signature de nouveaux accords commerciaux et militaires avec les Etats-Unis qui disposent déjà au Paraguay d’une de leurs principales ambassades en Amérique latine.

Résistances ouvrières, paysannes et étudiantes

Malgré le large consensus autour de cette orientation au sein de la bourgeoisie paraguayenne ainsi que le soutien de l’impérialisme, la politique de Cartés génère de plus en plus de résistances du côté des travailleurs, de la jeunesse et de la paysannerie. C’est ce dont témoigne le succès de la grève du 26 mars ainsi que des mouvements plus localisés qui l’ont précédée. C’est cette situation qui a conduit les directions bureaucratiques du mouvement syndical, fractionné en 7 confédérations différentes, ã appeler de concert ã cette grève du 26. Il s’agit d’une journée de grève sans lendemain, qui n’est pas inscrite dans un calendrier de mobilisations. Elle a néanmoins permis l’expression des tendances à l’unité entre les secteurs les plus avancés du mouvement ouvrier, de la jeunesse et de la paysannerie, ce qui n’est pas rien pour le pays. Mais si le climat social et politique venait ã changer, il ne faudrait pas que ce soit le scénario de la fin des années 1990 qui se répète.

A l’époque, les mobilisations, dont les violentes manifestations du « Mars paraguayen » de 1999 avaient été le point culminant, avaient abouti à la constitution d’un front anti-Colorado entre l’opposition de droite, la gauche ainsi que les syndicats. C’est ce qui avait ouvert la voie à la victoire de l’ancien « évêque des pauvres », Fernando Lugo, en 2008. Au cours des années suivantes, l’absence de réponse de ce « gouvernement progressiste » aux revendications populaires a semé le doute et la confusion au sein du bloc social qui l’avait porté au pouvoir, aggravés par le virage répressif pris par le gouvernement à l’encontre des sans-terres. Par la suite, la capitulation de Lugo face au coup d’Etat « parlementaire » et « constitutionnel » de 2012 orchestré par ses « alliés » du Parti Libéral et l’opposition des Colorados a permis à la droite de reprendre l’initiative, ce qui a été sanctionné par la victoire de Cartés aux élections de mai dernier. C’est bien aujourd’hui cet équilibre qui pourrait changer.

Malheureusement, c’est une politique de conciliation qui prédomine au sein des directions du mouvement syndical ainsi qu’au sein du Front Démocratique, composé notamment par le Frente Guazú, de l’ancien président Lugo, les communistes paraguayens et le Parti des Travailleurs, la principale force d’extrême gauche du pays. Cartés pourrait d’ailleurs être tenté de faire quelques gestes en direction du mouvement social pour essayer de faire baisser la pression.

La journée du 26 mars montre néanmoins que le seul chemin qui permettrait de mettre en échec le gouvernement colorado et d’imposer les revendications ouvrières et populaires passerait par la mobilisation prolongée des travailleurs en alliance avec la paysannerie et la jeunesse. Pour préparer les prochaines étapes et continuer le combat, les militants paraguayens auront ã poursuivre la bataille pour l’organisation démocratique du mouvement ouvrier par la base, pour un véritable calendrier de lutte et développer, en reprenant les revendications salariales, un programme ouvrier et populaire pour la réforme agraire, contre les privatisations et pour la solidarité avec les prisonniers politiques du 26 mars.

27/03/14

Notes liées

No hay comentarios a esta nota

Journaux

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)