FT-CI

La Réunion

Le réveil du Chaudron

11/03/2012

Par Christian Faucomprez

Retour sur les affrontements de ces derniers jours entre jeunes réunionnais protestant contre la vie chère notamment et les flics envoyés par la République coloniale. L’année dernière déjà , ã Mayotte, les mahorais s’étaient battus, pour des raisons similaires, mais seuls et isolés. Cette fois-ci les organisations ouvrières de France, ã commencer par l’extrême gauche, devraient construire maintenant la solidarité internationaliste et anticolonialiste !

Si la rébellion qui a commencé le 24 février dans l’île de la Réunion a touché une dizaine de villes, l’épicentre du mouvement, le quartier du Chaudron, ã Saint-Denis (chef-lieu de l’île), a une longue histoire de luttes. Né de la loi du 15 décembre 1964 sur proposition de Michel Debré, bras droit de De Gaulle, alors député, Le Chaudron tel qu’on le connaît actuellement a commencé ã être construit en 1965 en remplacement des bidonvilles préexistants. C’est dans ce quartier populaire de Saint-Denis qui compte aujourd’hui plus de 40.000 habitants qu’ont eu lieu, en 1973, les premières mobilisations de la jeunesse réunionnaise, donnant lieu ã des affrontements violents avec les CRS français envoyés par la République coloniale.

Le Chaudron, un quartier explosif

Plus récemment, au début des années 1990, le quartier a également été le théâtre d’émeutes. En février et mars 1991 les jeunes dressèrent des barricades à la suite de l’interdiction d’émettre décrétée par le CSA pour la chaîne de télévision « Télé Free Dom ». Plusieurs jeunes trouvèrent la mort au cours des affrontements avec les forces de répression. De nouveaux affrontements eurent lieu en décembre 1992, toujours dans le quartier du Chaudron mais également au Port, une ville du Nord-ouest de l’île. Ils avaient déjà pour causes profondes la misère endémique, le chômage et la vie chère. En 1999, le taux de chômage, dans la zone située entre le Chaudron et Sainte Clotilde, était d’environ 38%. Aujourd’hui, le taux de chômage se situe aux environs de 30% sur l’ensemble de l’île. Il avoisine les 60% parmi la jeunesse !

Les évènements de février 2012

Les événements de ces derniers jours ã La Réunion ont démarré à la suite d’une manifestation des routiers contre le coût exorbitant des carburants. Si les médias officiels prétendent que les affrontements sont moins violents qu’en 1991-1992, des informations circulant sur internet font état d’un mort dans la nuit du 24 au 25 février ; un jeune aurait été tué par un tir de « gomme-cogne ». Cette arme utilisée par les policiers, soi-disant « nonlétale », l’est de fait, pour des tirs rapprochés. Les forces de répression déployées sur l’île sont considérables : 576 policiers et gendarmes ont été appelés en renfort.

« Vie chère » et économie coloniale

Le vendredi 24 février « la table ronde » avec les organisations syndicales de routiers et les associations de consommateurs a débouché, comme précédemment ã Mayotte, sur des résultats inacceptables : baisse de 8 centimes du prix du carburant à la pompe, baisse annoncée (mais non chiffrée) du prix de vente pour 40 produits ã partir de mars. La diminution du prix de l’essence est obtenue en diminuant les taxes locales sur le transport du carburant. Autant dire qu’elle sera financée par……. les travailleurs réunionnais dont 50% vit sous le seuil de pauvreté. Sur l’île le PIB moyen par habitant est de 18.250 euros, contre 30.401 euros dans l’Hexagone.

Comme ã Mayotte, toute la nourriture est importée de métropole. Les terrains cultivables (44.000 hectares) sont consacrés pour 80% à la canne ã sucre. Le chiffre d’affaires du principal producteur, le groupe « Quartier Français », a été de 350 millions d’euros en 2007. La distribution des biens de consommation, elle, est aux mains du groupe Casino (Jumbo Score) dont le chiffre d’affaires annuel est d’environ 900 millions d’euros.

Une répression impitoyable

Ceux qui font crever de faim le peuple, on les appelle « entrepreneurs » et ils se consacrent, paraît-il, aux « affaires ». Les flics coloniaux, eux, « font respecter l’ordre ». Ceux qui résistent et protestent contre la vie chère et cette économie coloniale, la presse et les médias disent que ce sont des « violents » et des « casseurs ». En attendant, la justice coloniale a la main lourde.

Au tribunal de Saint Denis les condamnations en comparution immédiate pour les événements de ces derniers jours sont d’une dureté extrême : huit mois fermes pour un père de famille de 46 ans accusé d’avoir « lancé des galets » ; jusqu’à deux ans pour d’autres manifestants.

Organiser la solidarité, une tâche élémentaire

Lors d’évènements similaires dont avait été le théâtre Mayotte en 2011, l’attitude des organisations ouvrières et notamment des organisations d’extrême gauche avait été consternante : pas d’appel unitaire ã meeting ou ã des manifestation. Seul le LKP avait sauvé l’honneur en appelant ã une manifestation de soutien en Guadeloupe [1].

Ces jours-ci, notre parti, le NPA, a réussi le « tour de force » de participer à la semaine anticoloniale qui se tenait ã Paris sans se battre pour y mettre au centre la lutte contre « notre » gouvernement colonialiste, maintenant, et sans faire de la solidarité inconditionnelle avec les manifestants réunionnais un axe de notre discours alors que nous étions invité sur différents médias dans le cadre de la campagne.

La direction du parti et Philippe Poutou, candidat à la présidentielle pour le NPA, devraient lancer un appel à l’ensemble des organisations du mouvement ouvrier, syndicales et politiques, pour que la solidarité des travailleurs avec le peuple réunionnais et contre la répression puisse s’exprimer ã travers des meetings et des manifestations dans les grandes villes de France.

27/02/12

Notes liées

No hay comentarios a esta nota

Journaux

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)