FT-CI

CRISE DE SUCCESSION EN PERSPECTIVE ?

Bolivie. Evo Morales désavoué par son électorat

24/02/2016

Bolivie. Evo Morales désavoué par son électorat

Le président de gauche Evo Morales soumettait à référendum une réforme devant lui permettre de briguer un quatrième mandat. Après plusieurs jours d’attente, le gouvernement a dû se rendre à l’évidence. C’est le « non » qui a gagné. C’est ce sur quoi revient, dans cette interview, Javo Ferreira, membre de la direction de la Ligue Ouvrière Révolutionnaire de Bolivie

Quelle a été la réaction du gouvernement et celle de l’opposition face aux résultats ?

Evo Morales et l’ensemble du gouvernement refusaient de reconnaitre les résultats qui indiquaient que le « non » l’emportait. Ils affirmaient qu’il s’agissait d’un match-nul, car le décompte des voix des communautés éloignées, et celles des Boliviens habitant à l’étranger, notamment en Argentine, au Brésil et en Espagne (où en général les résultats sont favorables au MAS, le parti de Morales), non seulement l’écart allait se rétrécir mais le gouvernement pouvait même gagner.

Ces déclarations avaient provoqué les premières réactions de la part de l’opposition, et la « crainte » d’une fraude électorale qui impose la victoire du « oui » au référendum. Cependant, les instituts de sondage avaient affirmé que même dans le cas où Evo Morales gagnerait toutes les voix de l’étranger, et avec une marge d’erreur de 2% en sa faveur, le résultat du « oui » ne dépasserait pas le « non ».

Quel scénario s’ouvre avec la victoire du « non » ?

Avec la victoire du « non » s’ouvre immédiatement une discussion au sein du parti du gouvernement axée sur deux éléments : d’une part, préparer la succession d’Evo, tâche difficile pour ce cartel d’organisations et de bureaucrates qu’est le MAS ; d’autre part, partir à la reconquête de l’électorat qui a manifesté son rejet face aux scandales de corruption, et à la gestion de la politique à travers des bureaucrates. Ce qui est mal vu non seulement par des secteurs des classes moyennes, mais aussi par les travailleurs. Ce processus constituera un chemin relativement long et tortueux que le gouvernement devra parcourir, étant donné que les élections n’auront lieu qu’en 2019.

Dans ce contexte, il y a au moins trois hypothèses immédiates. La première qui commence à se développer est celle de promouvoir l’actuelle présidente de la Chambre de Députés, Gabriela Montaño, comme l’une des figures centrales du parti au pouvoir, et David Choquehuanca, l’une des rares personnalités issues des peuples originaires qui restent dans le gouvernement.

La deuxième hypothèse, moins probable, mais qui ne peut pas être écartée, ce serait d’inverser le ticket présidentiel. C’est-à-dire que l’actuel vice-président, Álvaro García Linera, se porterait candidat à la présidence, et Evo Morales serait son vice-président. Cette option cependant ne serait pas bien vue, ni par le mouvement paysan ni par les secteurs indigénistes liés au MAS, qui sont très méfiants vis-à-vis d’une figure plus liée aux classes moyennes comme García Linera.
Enfin la troisième hypothèse c’est que l’on cherche de nouvelles figures, et que l’on les mette en avant peu à peu d’ici aux prochaines élections, dans trois ans. Cependant, l’opposition de droite profite de cette situation pour mieux se positionner vis-à-vis des élections. Ainsi, Filemón Escobar, un ancien membre du MAS passé à l’opposition, vient d’annoncer la création d’un nouveau parti « Défense de la vie ». D’autre part, Rubén Costas, dirigeant d’un autre secteur de l’opposition, a d’ores et déjà annoncé sa candidature.

Existe-t-il un espace pour la création d’une alternative indépendante des travailleurs ?

C’est difficile de l’affirmer encore. Cependant, il est clair que le résultat du référendum signifie non seulement un changement de rapport de force entre le MAS et l’opposition (étant donné que la plupart des forces d’opposition a appelé à voter « non »), mais il y a aussi un changement dans le rapport de forces entre ceux qui, comme l’organisation que je représente, ont appelé à voter blanc, et les organisations ouvrières et socialistes qui se sont alignées derrière la position du patronat et de l’opposition de droite.

En général nous considérons qu’il pourrait s’ouvrir un espace pour la construction d’un parti de travailleurs, avec la possibilité de la défense d’un programme et d’une politique d’indépendance de classe. Un tel parti devrait impulser la participation des syndicats et des travailleurs dans les usines, pour affronter la bureaucratie syndicale, complice des attaques du patronat en cours, en ce moment, dans différentes villes du pays.

Notes liées

No hay comentarios a esta nota

Journaux

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)