FT-CI

Des sièges dans les institutions ou les luttes dans l’opposition ?

La farce du Front de Gauche

24/10/2013

La farce du Front de Gauche

Les militants parisiens du PCF ont tranché ã 57% d’entre eux le 19 octobre dernier pour l’union dès le premier tour à la candidate du Parti Socialiste, Anne Hidalgo. Quel objectif politique derrière ce scrutin pipé de bout en bout ?

L’enjeu pouvait sembler de taille : l’orientation de la principale organisation du Front de Gauche était soumise au vote des militants de la seule fédération parisienne. Dans un pays centralisé comme la France, les politiques d’alliance décidées dans la capitale sont une question éminemment symbolique qui servent de vitrine au niveau national. 1 200 votants du PCF 75 ont donc choisi ã 57 % de s’allier avec le Parti Socialiste dès le premier tour, soit seulement 170 voix d’écart essentiellement concentrées dans la section du secrétaire national du PCF, Pierre Laurent et du secrétaire départemental du PCF Paris, Igor Zamichiei. Le poids de la direction du PCF a été déterminant pour imposer cette alliance avec le parti gouvernemental.

Le rôle majeur de Pierre Laurent peut s’expliquer par les concessions de sièges dans les institutions octroyées par le Parti Socialiste par peur de voir surgir une alternative ã sa gauche. Ainsi, le PCF verrait sa représentation augmenter de 8 ã 13 sièges en cas de victoire du Parti Socialiste en mars prochain. Pierre Laurent obtiendrait ainsi les voix de grands électeurs suffisant ã sa propre réélection au Sénat. Pour convaincre de ce choix opportuniste, la direction du PCF a préparé une brochure vantant le bilan des treize années de mairie Delanoë ayant l’outrecuidance d’imaginer Paris comme un « pôle de résistance aux politiques d’austérité » [1]. Ces mensonges valent-ils un siège de sénateur aussi confortable soit-il ?

Comment le PCF peut-il imaginer résister aux politique d’austérité avec un parti qui depuis mai 2012 a prouvé sa plus absolue servilité au patronat, leur offrant 20 milliards d’euros dans le cadre du Crédit Impôt Compétitivité Emploi (CICE), leur facilitant les licenciements dans le cadre de l’Accord National Interprofessionnel (ANI) ou encore en faisant une réforme des retraites allongeant la durée de cotisation dans la droite lignée de celle de Nicolas Sarkozy ? La distinction entre la politique nationale du gouvernement et la politique locale de Delanoë / Hidalgo est tout ã fait illusoire. On peut se rappeler des propos d’Anne Hidalgo cédant au racisme anti-Roms ambiant et considérant à l’image des politiques que mènent Manuel Valls depuis le ministère de l’Intérieur que « Paris ne peut pas être un campement géant » ou encore de la menace de fermeture du service des urgences de l’Hôtel-Dieu par la municipalité obéissant aux injonctions nationales de restrictions budgétaires dans tous les services publics [2].

Jean-Luc Mélenchon a comme ã son habitude théâtralisé sa réaction s’affirmant « le cœur en cendres », « personnellement odieusement trahi », « trompé » dont le « cas est déplorable parce qu’on le voit comme le nez au milieu de la figure ». Il soutiendra une liste autonome dirigée par une autre dirigeante du Parti de Gauche, en appelant aux communistes qui souhaitaient l’autonomie. Cette alternative pour les militants du PCF n’est pas non plus celle d’une indépendance réelle à l’égard du Parti Socialiste. L’option proposée par l’ancien ministre délégué à l’enseignement professionnel est de déplacer ã gauche le curseur de l’actuelle majorité présidentielle en ralliant Europe Ecologie – Les Verts ã sa cause. Il ne s’agit donc pas d’une opposition franche au gouvernement, le Parti de Gauche n’envisage rien d’autre qu’une évaluation du rapport de forces avant de fusionner les listes en vue du second tour.

Se soumettre au PS au premier ou au second tour, voilà , la fausse alternative offerte aux militants communistes ! Dans de nombreux cas, les communistes dirigeront une liste autonome au premier tour ã Strasbourg, Marseille, Montpellier, Lille, Rennes, ou Bordeaux avant un probable ralliement au second ; dans d’autres, comme Paris ou Nantes, ils seront subordonnés au parti présidentiel dès le premier tour ; dans aucun des cas, ils iront au combat au premier comme au deuxième tour face ã un gouvernement qui attaque sur tous les fronts : emploi, immigration, environnement…Les deux options proposées aux militants du PCF s’avèrent être seulement une farce dont le gouvernement est dans chacun des choix, le grand vainqueur !

24/10/2013

Notes liées

No hay comentarios a esta nota

Journaux

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)