FT-CI

Mexique

La crise s’approfondit pour le gouvernement de Peña Nieto

16/11/2014

La crise s’approfondit pour le gouvernement de Peña Nieto

La troisième journée nationale de lutte du 5 novembre a traduit le mécontentement profond qui n’a cessé de s’exprimer et de grandir tout au long du dernier mois, basé sur un manque de confiance croissant vis ã vis des institutions et sur la remise en question du gouvernement du président Peña Nieto.

En quelques mois de mobilisation, l’état d’esprit de masses a basculé profondément. Ce saut dans les consciences ne peut se comprendre que dans un contexte où certaines université, dont l’université l’Université Nationale Autonome du Mexique, la plus importante du pays, multiplient les grèves, où des bâtiments publics sont occupés, où les manifestations, les blocages d’autoroute, l’occupation des péages, etc., se poursuivent et deviennent des formes de manifestations habituelles dans l’ensemble du pays.

Loin d’appaiser la mobilisation, la conférence de presse du bureau du Procureur Général de la République sur la mort des 43 étudiants de l’École Normale rurale d’Ayotzinapa, qui fut marquée d’un profond cynisme cherchant ã démoraliser l’audience, a renforcé l’indignation. Elle a permis de démontrer ouvertement que la politique du gouvernement ne consistait qu’à noyer le mouvement en divisant les familles des étudiants, le magistère et les organisations du Mouvement Populaire de Guerrero [1], ce qui ne fait qu’engendrer une polarisation sociale encore plus forte.

Le PRI (Parti Révolutionnaire Institutionnel), parti au gouvernement, n’a jamais été ã ce point à la défensive que dans ce contexte : Peña Nieto est aujourd’hui le président le plus remis en question du monde. C’est une situation inouïe qu’on n’avait même pas vu lors de la massacre des étudiants ã Tlatelolco en 1968, ou lors du fraude au candidat Cárdenas se présentant à la tête d’un courant dissident au sein du PRI (le Courant Démocratique) en 1988, ou en 1994, lors du soulèvement de l’Armée Zapatiste de Libération Nationale (EZLN), qui ont pourtant été des moments clefs dans l’histoire des crises politiques du pays.

Aujourd’hui la politisation croissante de la société prend de court les créateurs de la coalition “Pacte pour le Mexique” (Parti Révolutionnaire Institutionnel – Parti Action Nationale - Parti de la Révolution Démocratique). Dans le vaste mouvement démocratique ayant surgi récemment, on constate une participation majoritaire de la jeunesse, mais aussi des organisations de travailleurs - de l’éducation, du secteur de l’électricité, des télécommunications.

C’est pour cela que le gouvernement est incapable d’appaiser le mécontentement, et d’ailleurs, la remise en question de celui-ci ne fait que s’approfondir, avec des actions et expressions de plus en plus radicales qui dévoilent la crise d’un régime autoritaire qui ne fait que créer la misère. Aujourd’hui ce n’est pas seulement dans l’Etat de Guerrero – symbole le plus grand de l’impossibilité de gouverner - que nait la nécessité de rébellion, mais dans l’ensemble d’un pays où grandi le rejet du gouvernement et de ses attaques aux acquis sociaux démocratiques les plus élémentaires.

Un mécontentement grandissant

Après l’indignation que la barbarie commise contre les jeunes de l’École Normale d’Ayotzinapa a fait naître, c’est un mécontentement global qui surgit, contre les fausses promesses sur la démocratie, la corruption du gouvernement et des partis au Congrès, le chômage, les bas salaires, les fraudes électorales, la subordination de la justice au pouvoir présidentiel, etc. L’indignation explose face ã une démocratie sauvage qui montre son véritable visage lorsqu’elle fait disparaître, emprisoner et assassiner les dissidents politiques. Car voilà en réalité le bilan de ceux qui ont parié sur « l’avancement démocratique” il y a plus de dix ans.

Les complicités et les relations entre les narco-traficant et le conseiller municipal José Luis Abarca – qui étaient connues d’avance par la justice et le service d’intelligence fédérale – montrent elles-aussi la décomposition du pouvoir de l’État, et font que la population remet de plus en plus en question la société dans laquelle elle vit ainsi que l’illusion de la “transition démocratique”. Des expressions comme “État tueur ã gage”, “narco État”, “crime d’État” et “Peña Nieto, démission”, de plus en plus présentes dans les mobilisations, signalent la décomposition des institutions recyclées de 2000 et des partis politiques, où même le PRD qui n’est pourtant pas à la tête du pouvoir est considéré comme un parti assassin ã Guerrero. C’est une désillusion croissante qui s’exprime au sein de la population quant ã son futur et à la fiabilité des partis bourgeois “démocratiques”.

Une situation chaude et qui a du mal ã se finir

Dans les actions spontanées et radicales, dans l’ensemble du processus de mobilisation – avec en première ligne, le mouvement d’une des principales universités, l’École Polytechnique, qui est un véritable caillou dans la chaussure pour le gouvernement - et dans les slogans qui remettent en question le gouvernement, on peut constater le saut dans la conscience des secteurs de masses en lutte.

A seulement 8 mois des élections fédérales de 2015, le régime politique fait face ã un affaiblissement très préoccupant, et la démocratie sauvage n’est plus acceptée avec passivité par la population. D’où les pressions de la Maison Blanche pour que Peña Nieto regagne crédibilité. Le manque de confiance dans les institutions affaiblit le gouvernement pro-impérialiste du PRI – responsable d’avoir appliqué les plans subordonnant de plus en plus le pays au capital étranger-, le bureau du Procureur Général de la République, la Court Suprême de Justice, la Commission Nationale de Droits de l’Homme, l’Institut National Électoral, entre autres. La situation réactionnaire qui a régné récemment a donné lieu ã un phénomène démocratique national qui fait une pression par la gauche aux directions comme celle de Morena (Mouvement de Régénération Nationale) qui s’opposent ã donner une sortie radicale à la crise politique et sociale.

Il s’agit d’une situation où la stabilité politique est sérieusement menacée et qui empêche toute possibilité de retour en arrière. Des secteurs de la population travailleuse - et fondamentalement de la classe moyenne – commencent ã exprimer qu’ils ne veulent plus vivre comme avant. Cependant, nous sommes loin d’être dans une situation où l’État serait « inexistant », comme l’avancent quelques uns. Si on ne développe pas une perspective politique pour conquérir les demandes telles que “Peña Nieto, démission”, la classe dominante et ses institutions pourront trouver les moyens de résoudre la crise, que ce soit par des biais “démocratiques” - des élections anticipées - ou autoritaires, et couper ainsi le réveil des opprimés et des exploités.

Dans la situation actuelle, nous constatons clairement quelques éléments de ce que l’on appelle en terme marxiste une crise d’hégémonie, exprimée ã travers la perte de légitimité des partis traditionnels, et où les issues données par la classe dominante ne créent qu’un faible enthousiasme auprès des masses. Dans ce contexte, si la crise économique se développe et se combine avec la crise politique - une crainte reconnue par la Banque du Mexique, le Secrétaire au Trésor et le FMI – la situation pourrait se compliquer pour le gouvernement comme jamais auparavant. La dynamique ascendante de la mobilisation, l’impuissance du gouvernement incapable de la freiner et le cadre mondial de la crise capitaliste qui se répercute inévitablement sur un pays considérablement dépendant des États-Unis, ouvre de nouvelles perspectives pour la lutte des classes au Mexique.

11/11/14.

  • NOTAS
    ADICIONALES
  • [1Ce mouvement est constitué par des enseignants critiques aux réformes du gouvernement ainsi que d’autres organisations sociales au sein de l’Etat provincial de Guerrero.

Notes liées

No hay comentarios a esta nota

Journaux

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)