FT-CI

Etat de la mobilisation ã Toulouse

AG de 1200 étudiant-e-s au Mirail contre la répression gouvernementale et les violences policières

16/11/2014

AG de 1200 étudiant-e-s au Mirail contre la répression gouvernementale et les violences policières

Du jamais vu au Mirail depuis le mouvement LRU de 2009 et une véritable bouffée d’oxygène dans le climat répressif actuel. 1200 étudiants se sont réunis en AG, jeudi 13 novembre, en hommage ã Rémi Fraisse, tué par la police au Testet, contre les violences policières, contre les interdictions de manifester, en solidarité avec les camarades arrêtés les 1er et 8 novembre et pour refuser les politiques austéritaires du gouvernement en matière d’éducation.

Un signe supplémentaire des ressorts existants dans la jeunesse pour organiser la plus large des mobilisations contre ce gouvernement d’assassins et de menteurs.

La mort de Rémi Fraisse, le 25 octobre, et le tournant répressif et liberticide de Hollande-Valls-Cazeneuve ont changé la donne, nationalement comme localement. Au Mirail, les deux combats ont convergé autour de leur point commun : contre un gouvernement qui veut museler la contestation par tous les moyens.

Au Mirail, la répression, on connaît. 300 étudiants avaient déjà participé ã une AG de début d’année contre la baisse des moyens et le durcissement de la sélection à l’entrée de la fac. S’en était suivi une interdiction visant le meeting de solidarité avec la Palestine qui a tout de même pu être organisé. La semaine dernière, donc, après la mort de Rémi, étudiant ã Toulouse, une première AG avait rassemblé 600 personnes. Il y avait été décidé de participer en cortège étudiant à la mobilisation du samedi 8 novembre. La préfecture a fait le choix d’interdire au dernier moment la manifestation et donné l’ordre de réprimer avec beaucoup de violence ceux qui bravaient cet interdit.

Une manifestation d’un millier de personnes a quand même pu avoir lieu, sur quelques centaines de mètres, en direction de la médiathèque José Cabanis, seul passage laissé libre par les CRS. Les forces de police, mobilisées en nombre, ont rapidement bloqué la manifestation et organisé une véritable souricière sur les allées Jaurès, plaçant dans une garde ã vue ã ciel ouvert plusieurs centaines de manifestants. Comme lors de la manifestation du 1er novembre, une véritable militarisation de l’espace public a été orchestrée par la préfecture et la mairie de Toulouse, avec un usage massif de gaz lacrymogènes. A chaque fois, le métro a été coupé, pour infliger une « punition collective » à l’ensemble de la population toulousaine.

Le 8 novembre, donc, 21 personnes ont été interpelées pendant et après la manifestation. 18 ont été placées en garde ã vue et 10 poursuivies, dont Gaëtan, camarade du NPA et militant étudiant ã Sud. Ces arrestations arbitraires s’ajoutent ã celles de la manifestation du 1er Novembre. Les camarades qui sont passés en comparution immédiate ont écopé, pour certains, de peines de prison ferme, même si le procureur reconnaissait en début d’audience que « les gens que vous allez juger aujourd’hui ne sont pas des casseurs ». Mais il ne fait aucun doute que le Parquet, ã savoir Christiane Taubira, de même que le ministre de l’Intérieur, Cazeneuve, qui jure ses grands dieux respecter scrupuleusement le secret de l’instruction, voulaient des condamnations pour l’exemple. A Toulouse comme en Seine-Saint-Denis, qui a fait l’objet d’une répression brutale en direction des lycéens, l’objectif est de faire passer l’envie à la jeunesse de crier son ras-le-bol et de casser net toute mobilisation contre ce gouvernement. Peine perdue, au vu du succès de l’AG de jeudi midi.

C’est dans ce climat bouillonnant qu’a été convoquée l’AG du 13. Après quelques moments forts, comme l’intervention du frère d’une inculpée et d’un des inculpés, de même que des prises de parle de personnels de l’Université réitérant leur appui aux revendications étudiantes, plusieurs résolutions ont été ratifiées.

La première concerne la participation à la manifestation du samedi 15, appelée par les organisations syndicales et politiques contre l’austérité, avec un cortège étudiant portant pour revendication « Du fric pour les facs et les lycées, pas pour les flics ni l’armée ! ».

Il a également été décidé de diffuser un tract en direction du monde du travail, expliquant les raisons de la mobilisation étudiante et remettant en cause le discours dominant dans les médias et « ã gauche » (qu’elle soit social-libérale, réformiste ou « radicale ») au sujet des « casseurs ».

Un appel a également été lancé ã une journée nationale de mobilisations dans l’enseignement, le jeudi 20 novembre, qui coïncide déjà localement avec des appels à la grève dans le secondaire, comme en Seine-Saint-Denis, dans la perspective de construire la mobilisation du samedi 22 novembre, où une manifestation contre les violences policières est appelée au niveau hexagonal.

Les étudiants du Mirail commencent ã s’organiser en commission et ã mettre en place plusieurs actions pour faire grossir le mouvement, car c’est là l’une des clefs du combat : élargir la bagarre ã d’autres secteurs et l’étendre au niveau national, ã partir des universités et des lycées mobilisés. Une commission externe s’est donc réunie dès vendredi pour rédiger un tract qui s’adressera aux différents cortèges de la manif du 15 et sera diffusé dès la semaine prochaine à la sortie du métro toulousain, devant des lycées et en direction des travailleurs, notamment les cheminots qui, eux aussi, ont été fortement confrontés à la répression dans la région Midi-Pyrénées lors de la grève nationale du printemps dernier. Cet esprit de solidarité s’est également exprimé en sens inverse. De l’autre côté des Pyrénées, les grévistes de Panrico (boulangerie industrielle) ã Barcelone, nous ont par exemple fait parvenir leur soutien au mouvement [1].

Dans un contexte de plus en plus tendu, avec des lycées mobilisés dans plusieurs villes, un lock -out de l’Université de Rennes pour empêcher une AG, des interdictions de manifester qui se multiplient de la part du plus impopulaire des gouvernements depuis des années, l’appel du Mirail peut être un point d’appui pour construire un grand mouvement de contestation de la jeunesse qui pourrait, ã terme, dépasser le cadre de simple mouvement étudiant. C’est ce que craint ã juste titre Hollande.

14/11/14


Nous reproduisons ci-dessous la motion votée en AG par les étudiant-e-s réuni-e-s en AG au Mirail le 13 novembre

Nous, assemblée générale des étudiant-e-s du Mirail, sommes réuni-e-s aujourd’hui jeudi 13 novembre contre l’austérité universitaire, contre le barrage de Sivens, contre les violences policières et la répression des manifestations, ainsi qu’en soutien aux inculpé-e-s et condamné-e-s des 1er et 8 novembre.

Nous appelons, à la suite de l’appel de l’AG de Clermont, et avec les personnels de l’université, ã une journée de grève nationale de l’enseignement : étudiant-e-s, lycéen-nes, enseignant-e-s, personnels, le jeudi 20 novembre avec manifestations.

Nous appelons ã construire une mobilisation la plus large possible pour s’opposer au tournant autoritaire actuel, à la militarisation de l’espace public, aux violences policières et ã tous les grands projets qui ne sont utiles qu’aux capitalistes.

Il y a de l’argent pour les guerres et la répression, alors qu’il en faut pour les facs et les lycées, sinon c’est la sélection qui nous attend !

Nous appelons ã participer à la manifestation du 15 novembre et ã mobiliser pour la journée de mobilisation nationale du 22 novembre contre les violences policières et en soutien aux condamné-e-s et inculpé-e-s des 1er et 8 novembre qui doivent être amnistié-e-s et relaxé-e-s.

Les responsables de la mort de Rémi Fraisse doivent être punis, jusqu’au plus haut sommet de l’État : Cazeneuve, démission !

Plus jamais l’État ne doit remettre en cause le droit de circuler, et de s’exprimer et de manifester.

Le gouvernement militarise l’espace public, détruit les services publics et privatise les universités.

Du fric pour les facs, les lycées et la biodiversité, pas pour les flics ni pour l’armée !

  • NOTAS
    ADICIONALES
  • [1Communiqué de soutien des grévistes de Panrico (Barcelone) : « En tant que travailleurs-ses de Panrico, en poste ou licencié-e-s, nous voulons vous faire parvenir par ce communiqué tout notre soutien et solidarité internationale aux camarades étudiant-e-s de France interpellé-e-s/inculpé-e-s pour avoir manifesté après la mort de Rémi Fraisse, le 25 octobre, tué par les forces de l’ordre répressives alors qu’il protestait contre un barrage. Nous n’oublions pas qu’un des inculpés nous a rendu visite ã notre piquet de grève, apportant même un soutien ã notre caisse de grève. Depuis Barcelone, nous réclamons la remise en liberté immédiate de tous-tes les détenu-e-s, ainsi que la relaxe des inculpé-e-s. Justice pour Rémi / Stop à la répression policière / Pour le droit ã manifester librement / Travailleurs-ses et étudiant-e-s, uni-e-s et en avant ! ».

Notes liées

No hay comentarios a esta nota

Journaux

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)