FT-CI

UN SCRUTIN SOUS HAUTE TENSION

Grèce. A deux jours du référendum le « oui » et le « non » rassemblent massivement

04/07/2015

Grèce. A deux jours du référendum le « oui » et le « non » rassemblent massivement

25.000 personnes selon la presse et la police grecque, surement au moins le double, se sont rassemblées vendredi 3 juillet en face du parlement hellénique pour dire « NON » aux injonctions de la Troïka. Presque autant, ã quelques mètres de là , manifestaient pour le « OUI ». Expression des pronostics serrés pour le vote de dimanche, ces rassemblements sont aussi la traduction d’un processus de polarisation de la société grecque.

Deux campagnes très polarisées

Depuis mercredi, jour où les dernières tentatives de négociation de Tsipras avec la Troïka ont échoué et que la tenue du référendum a été confirmée, ce sont avant tout les échos d’une campagne furieuse pour le « oui » qui se font entendre. Le grand patronat grec, allié de la Troïka, et la presse mènent une grande offensive pour que le « oui » l’emporte dimanche. Plusieurs témoignages de travailleurs évoquent des arriérés de salaires autant que des pressions pour que les salariés « votent bien » au référendum. Certains patrons affirment que si le « non » l’emporte ils seraient « obligés » de fermer leurs entreprises. Les organisations patronales ont même mis en garde sur le fait qu’une possible victoire du « non » menacerait les 2,5 millions d’emplois dans le secteur privé.

Les partis pro-Troïka (ND et PASOK), responsables dans une très grande mesure de l’état économique catastrophique du pays, mènent aussi campagne pour le « oui ». Selon eux ce serait « le futur européen » de la Grèce qui serait menacé. Le nouveau parti libéral Potami s’est joint ã eux. De même, honteusement, la direction de la puissante centrale syndicale du secteur privé GSEE, sur la direction de laquelle le PASOK et ND ont une influence déterminante, a rejoint le camp du « oui ».

Dans le camp d’en face nous trouvons ã côté de Syriza plusieurs organisations et groupes d’extrême gauche, comme la coalition anticapitaliste Antarsya, qui appellent ã voter « non » tout en se différenciant du gouvernement dirigé par Alexis Tsipras. Et à la différence de la centrale des salariés du privé, le puissant syndicat des fonctionnaires ADEDY s’est positionné publiquement pour le « non ».

Alors que Tsipras n’a de cesse de répéter que la victoire du « non » doit renforcer la position de son gouvernement face aux créanciers, qu’en cas de victoire du « non » il y aurait un accord avec la Troïka dans 48h, les organisations ã sa gauche déclarent mettre l’accent sur les mobilisations contre tout type de mesure d’austérité. Cependant, exceptés quelques petites manifestations ou meetings, pour le moment aucune dynamique importante de mobilisation indépendante du gouvernement ne semble se développer.

Quant au parti communiste, le KKE, il dénonce aussi bien l’austérité imposée par la Troïka que les accords que Syriza se dit prêt ã signer. Présentant le référendum comme un piège il invite ses adhérents et sympathisants ã voter nul ce dimanche. Toute « radicale » que puisse paraître cette position, et même si le référendum apparaît comme une sorte d’impasse pour les classes populaires, l’orientation du KKE continue ã être marquée par l’autoproclamation et le refus systématique de construire un front unique des organisations du mouvement ouvrier à la gauche du gouvernement et indépendantes de celui-ci pour s’opposer précisément aux politiques qu’il dénonce. En ce sens sa politique depuis plusieurs années ã constitué et constitue encore un obstacle à l’unification du camp des exploités et des opprimés.

Incertitude et instabilité

Une seule certitude pour lundi matin prochain : l’instabilité politique et économique va continuer, voire s’approfondir, quel que soit le résultat du référendum. Les différents sondages donnent parfois le « non » en tête, d’autres le « oui », mais toujours avec des scores très serrés. Beaucoup d’indécisions persistent. Et les hésitations pendant la semaine de Tsipras et de son gouvernement n’ont évidemment fait que semer encore des doutes.

Alors que la campagne de propagande des capitalistes se poursuit ã quelques heures du vote, ce vendredi soir le Financial Times a publié une information selon laquelle la Grèce serait en train de préparer un plan de « sauvetage interne » en confisquant 30% des épargnes des comptes de plus de 8.000 euros. Ce que le ministre de l’économie grec Yanis Varoufakis a tout de suite démenti sur son compte Twitter, affirmant qu’il s’agissait d’une rumeur que l’Association des Banques Grecques avait elle-même démentie dès le vendredi matin.

Etant donné la radicalité de la mesure on peut effectivement se demander s’il s’agit d’un plan qui serait actuellement réellement étudié par les banques grecques, ou s’il s’agit tout simplement d’une manœuvre des médias impérialistes pour ajouter encore plus d’incertitude et de nervosité dans la situation.

Quoi qu’il en soit, et quel que soit le résultat du référendum il semble peu probable que les banques grecques rouvrent dès lundi ou mardi prochains. Le plus vraisemblable est qu’elles ne rouvriront qu’une fois qu’un nouvel accord sera signé avec la Troïka… si jamais un accord peut être trouvé.

Mais pour le moment, les expectatives portent avant tout sur ce qui va se passer dimanche. La population, malgré les limitations de retrait d’argent, semble calme. Cependant, il est trop tôt pour affirmer que ce calme relatif va perdurer. Au contraire, ces rassemblements massifs qui se sont tenus vendredi soir montrent une polarisation grandissante de la société, qui inquiète certains analystes. C’est ainsi que le journal conservateur grec Kathimerini exprimait ses craintes face ã cette situation : « cela aurait été bien d’avoir plus d’une semaine pour mener ce débat [sur les mesures d’austérité], mais peut-être aurions-nous assisté, dans ce cas, ã encore plus de polarisation et d’incertitude ».

Au-delà du résultat du référendum, la question centrale pour la classe ouvrière, la jeunesse et l’ensemble des opprimés sera de développer une dynamique de lutte et de mobilisation indépendantes du gouvernement pour, ainsi, pouvoir lutter contre les attaques des capitalistes locaux et de la Troïka.

Notes liées

No hay comentarios a esta nota

Journaux

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)