FT-CI

Alstom : beaucoup de prétendants mais une seule solution

13/05/2014

Alstom : beaucoup de prétendants mais une seule solution

Expropriation sans indemnités ni rachat et nationalisation sous contrôle des tavailleurs eux-mêmes !

Le 23 avril 2014, l’agence Bloomberg dévoilait les intrigues entre capitalistes que les premiers concernés, les travailleurs d’Alstom, ont découvert dans les journaux… Ainsi, General Electric serait en discussion pour racheter Alstom pour environ 13 milliard de dollars.

Bien sûr, cette information top secrète n’aurait jamais dû fuiter pour mettre les travailleurs devant le fait accompli. Cette acquisition est présentée aux travailleurs comme le seul moyen pour Alstom de survivre, étant trop petit, et de plus la seule solution pour préserver les emplois sur le long terme ! Vaste blague… quel travailleur n’a jamais entendu parler de « synergie », de « restructuration des activités » ou encore « d’efficience » et « d’économie d’échelle » ? La principale raison de cette vente ne serait, pour une fois, pas le « manque » de productivité des travailleurs… ni leurs salaires toujours « trop » élevés ! Il s’agirait cette fois-ci de la trop petite taille de l’entreprise, et de la crise qui dure encore et toujours… Crise cyclique du capitalisme bien sûr ! Trop « petit » pour survivre, voyons cela dans l’histoire récente d’Alstom, ancienne Compagnie Générale d’Electricité.

La construction d’un conglomérat géant : la Compagnie Générale d’Electricité (CGE)

La CGE naît en 1898 sous l’impulsion de Pierre Azaria, ingénieur français. Son ambition est de profiter de l’électrification en cours de la France et de créer un établissement susceptible de concurrencer des sociétés telles que Siemens, General Electric ou AEG. Elle entame une phase de diversification dans le domaine des télécommunications après la crise des années 30. C’est cependant pendant les « trente peu glorieuses » que l’entreprise commence son ascension fulgurante, portée par les contrats publics d’un Etat stratège dirigé par De Gaulle puis Pompidou, qui n’hésiteront pas ã subventionner et ã garantir des débouchés protégés de la concurrence extérieure. Son principal dirigeant, Ambroise Roux, entre à la Compagnie générale d’électricité (CGE) en 1956 après avoir été nommé au cabinet du ministre de l’industrie Jean-Marie Louvel (ministre de 1950 ã 1954). Son carnet de commande est rythmé par les cinquièmes (1966-1970) et sixièmes (1971-1975) plans quinquennaux, ce qui ne l’empêche pas d’utiliser les subventions publiques pour exporter et s’implanter à l’étranger.

La concurrence est cependant féroce entre Thomson-CSF (anciennement la Compagnie Française Thomson-Houston) et la CGE, concurrence qui débouche en 1969 sur un accord appelé « Yalta de l’électronique » ou encore « Partage du monde ». Celui-ci provoque une recomposition des activités de ces deux conglomérats capitalistes : Thomson-CSF (futur Thales) choisit de se concentrer sur l’électronique courants faibles, l’électroménager et l’informatique tandis que la CGE se focalise sur les installations de grande puissance, le nucléaire et la téléphonie. C’est tout naturellement que la CGE avait prévu cette spécialisation dans les télécommunications en absorbant tout d’abord Alcatel en 1968 avant d’arracher, suite ã cet accord, Alsthom ã Thomson-CSF. La CGE devient alors un conglomérat présent sur une grande diversité d’activités allant de la production électrique, du transport ferroviaire mais aussi de la construction du réseau téléphonique national. Un des points d’orgue en sera le TGV reliant Paris et Lyon en 1981 après sa nationalisation par l’Etat. En 1985, la CGE rachète même 40% de Framatome (futur Areva), l’objectif étant alors de maitriser toutes les techniques d’une centrale nucléaire. S’ensuit un différend entre les dirigeants du futur Areva qui refusent d’être pris sous tutelle de la CGE, puis une reprivatisation en 1987 qui sera un tournant pour la destinée des anciennes sociétés alsaciennes Alcatel et Alsthom.

Les années 1990-2000 : la mode anglo-saxonne du « pure player » supplante le conglomérat

Au début des années 1990, le groupe renommé Alcatel-Alsthom est le premier groupe industriel français, et l’un des premiers groupes mondiaux dans ses activités. Il est plus gros que General Electric dans l’énergie ou que Siemens dans les transports. C’est après la privatisation en 1987 puis en 1995 que commencera la descente aux enfers pour Alcatel-Alsthom (195000 salariés), sous la direction de Serge Tchuruk (ancien patron de Total) connu pour sa réputation de « chirurgien d’entreprises ». Tchuruk prend alors le contrepied de Siemens et General Electric et suit une toute autre voie que celle tracée par ses prédécesseurs. D’un conglomérat ayant des activités complémentaires dans de nombreux secteurs, pour absorber les chocs conjoncturels il décide de se conformer à la mode dictée par les marchés financiers, la stratégie du « pure player ». Cette nouvelle stratégie se caractérise dans les années 1990-2000 par de gigantesques opérations capitalistiques de fusions, acquisitions, et cessions sous l’égide des grandes banques anglo-saxonnes. Ce modèle se base sur la logique suivante : le conglomérat étant une composition d’activités n’ayant pas de cohérence les unes avec les autres, elle est une structure peu lisible pour les actionnaires qui souhaitent décider eux-mêmes dans quels secteurs investir. Les entreprises capitalistes étant de plus en plus dépendantes du marché de capitaux actionnariaux, une pression s’exerce des capitalistes « actionnaires » sur les capitalistes « gérant » pour adopter ce modèle. C’est le cas d’Alcatel-Alsthom qui sera ainsi découpé en morceaux d’abord par la mise en bourse d’Alsthom en 1997, il perdra par la même occasion son « h » pour devenir Alstom. Le géant CGE aura engendré des nains susceptibles d’être avalés, ce qui sera le cas d’Alcatel en 2006 par Lucent, les géants Siemens et General Electric choisiront, eux, de maintenir le modèle du conglomérat.

Serge Tchuruk défenseur de « l’entreprise sans usines » reflétant l’idéologie dominante d’une société « postindustrielle »

Le choix de Serge Tchuruk en 1997 de concentrer Alcatel-Alsthom sur les télécoms et de vendre progressivement toutes les autres activités du groupe n’est pas un hasard et reflète la conception de l’idéologie dominante d’une société « postindustrielle » dans laquelle la production n’apparait plus comme stratégique, et où seule la conception est porteuse de « valeur ». L’industrie lourde lui apparait alors comme représentant le passé d’une société industrielle qui n’a plus d’avenir. Il déclare ainsi en 2001 « La valeur ajoutée manufacturière tend ã décroître, tandis que la valeur immatérielle s’accroît sans cesse ». Résultat, le nombre de sites industriels d’Alcatel passe de 120 ã 30 en 2003. Le nombre de salariés est presque divisé par 4 en 10 ans de 200000 en 1996 ã 58 000 en 2006.

La descente aux enfers d’Alstom : le résultat d’un pari entre capitaliste « actionnaire » et capitaliste « gérant » et pendant ce temps-là , c’est les travailleurs trinquent.

Dans toutes ces intrigues capitalistes, se trame un jeu entre trois catégories de capitalistes, d’un côté nous avons les capitalistes « gérants », formule par laquelle nous pouvons qualifier le PDF Patrick Kron ainsi que l’ensemble des cadres dirigeants de l’entreprise Alstom, de l’autre nous avons les capitalistes « actionnaires » (Bouygues est l’un des principaux actionnaires bien que minoritaire) et pour finir en tant qu’observateurs, nous avons les capitalistes de le banque, les capitalistes « financiers », prêt ã soutenir financièrement et ã effectuer l’acquisition ã prix saignant. Malgré cette hétérogénéité relative, la classe capitaliste est toujours prête ã s’unifier et ã se présenter comme homogène vis-à-vis de la classe ouvrière quand il s’agit de faire payer le coût de ses stratégies aux travailleurs ã travers ses organisations patronales, le MEDEF, et les partis bourgeois au pouvoir ou dans l’opposition. Le capitaliste « gérant » qu’est Patrick Kron que le Monde aime ã qualifier de « sauveur » ne vit que pour son ego : oui, faire passer lors de sa prise de pouvoir en 2003 les effectifs en 3 ans de 110000 ã 65000 travailleurs, quel sauvetage ! Ce type de capitaliste est prêt ã vendre sa peau le plus cher possible pour s’approprier le pouvoir mais aussi le « mérite » de « sauver » une entreprise en difficulté, il s’agit pour lui d’une opportunité de carrière, rien d’autre… mais aussi accessoirement… l’occasion de s’approprier une grande part du profit, fruit de l’exploitation des travailleurs. De l’autre, le capitaliste « actionnaire », qu’on personnifiera ã travers Bouygues, va par-ci par-là en fonction de sa stratégie qui avait pour but, lors de sa prise de participation dans Alstom, de construire le géant de l’énergie nucléaire Alstom-Areva. Projet qui n’aboutira pas, Areva défendant chèrement son indépendance dans une guerre de pouvoir. C’est aussi accessoirement le moyen pour Bouygues de placer ses capitaux et d’obtenir des dividendes (part du profit de l’entreprise soumis ã décision du conseil d’administration).

Pour exemple, Patrick Kron qui a « ses raisons » voit lui sa carrière autre, part par exemple dans l’industrie pharmaceutique : le PDG d’Alstom vient tout juste d’être élu au conseil d’administration de Sanofi… Bouygues, qui est quant à lui est en difficulté, donnera au plus offrant !

General Electric, Siemens, Toshiba et Areva ou nationalisation temporaire ?

Voici les cinq choix soumis à l’opinion publique par l’idéologie dominante, tandis que Kron penche très fort pour GE et que chaque membre du gouvernement ou de l’opposition a sa préférence, Montebourg penche pour Siemens, plus inattendu ã première vue à l’opposition Sarkozy et Guaino défendent le patriotisme économique et la nationalisation « temporaire » avec rachat et indemnité ! L’acquisition d’une partie des activités d’Alstom par l’un ou l’autre de ces quatre prétendants n’aboutira qu’à une saignée chez les travailleurs, « synergie » et « restructuration » seront les maitres mots ! Quant ã une soi-disant « nationalisation, comme l’a déjà fait Sarkozy en XXX en rentrant au capital du groupe, ce serait pourle plus grand profit des actionnaires et de la famille Bouygues. Pour les travailleurs, ces solutions n’aboutiront qu’à une palanquée de plans sociaux en France, en Europe et à l’étranger, ou une fuite en avant pour un futur plan social. Face ã cela, une seule revendication pour les travailleurs dans l’Hexagone, ce que devraient poser à leurs tour les salariés dans l’Etat espagnol, menacés également : l’expropriation sans indemnité ni rachat des actionnaires et la nationalisation sous contrôle des travailleurs eux-mêmes, avec sécurisation et élargissement des contrats publics dans les transports publics en tant que fournisseur de la SNCF, la RATP, sécurisation des contrats dans le secteur de l’énergie comme objectif celui de développer les « énergies vertes », ce ã quoi seuls le monde du travail et les classes populaires peuvent être sérieusement intéressées.

12/05/2014

Notes liées

No hay comentarios a esta nota

Journaux

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)