FT-CI

FRANCIA

A une semaine du meurtre de Rémi Fraisse par la police L’Etat veut interdire toute riposte collective contre son crime

02/11/2014

A une semaine du meurtre de Rémi Fraisse par la police L’Etat veut interdire toute riposte collective contre son crime

Le week-end dernier, Rémi Fraisse a été assassiné par les gendarmes lors d’une manifestation contre la construction du barrage au Testet. Le gouvernement Hollande-Vall, l’État et ses forces de répression non seulement assassinent un jeune de 21 ans pour avoir manifesté, mais ils veulent maintenant nous interdire d’exprimer notre colère face ã ce crime d’État. C’est inadmissible !

Plusieurs rassemblements ont eu lieu ces derniers jours dans plusieurs villes en France pour dénoncer les violences policières, la répression des mouvements sociaux et pour exiger que toute la lumière soit faite sur la mort de Rémi. Face ã cette situation, le gouvernement cherche ã monter des provocations, ã criminaliser et ã réprimer ã coup de flashballs, matraques et gaz lacrymogène ceux et celles qui sortent dans la rue pour dénoncer la violence d’Etat. Contrairement ã toutes les manipulations qui visent ã faire porter aux jeunes mobilisés le chapeau pour les affrontements, la seule violence qui existe est celle de l’Etat et de ses forces armées, qui sont là pour assurer, en dernière instance, les intérêts des classes dominantes. A travers cette répression spectaculaire (Nantes verrouillée, sans transports en commun durant toute la journée d’hier ; le centre de ville de Toulouse rempli d’un immense nuage de gaz lacrimo ; etc.), le gouvernement Hollande-Valls cherche ã éviter ã tout prix qu’un grand mouvement de contestation se déclenche dans la jeunesse et les classes populaires, mouvement qui pourrait commencer par exiger la démission du Ministre de l’Intérieur, Cazeneuve.

Le NPA a été à l’initiative d’une réunion unitaire qui a regroupé très largement avec l’objectif de prévoir une grande manifestation pour dimanche. Suite à l’interdiction de manifester et à l’annonce de France Nature Environnement (organisation dans laquelle militait Rémi) d’un hommage non-revendicatif, soutenu par la famille, EELV, le PCF et le PG, ainsi que l’Unef, ont abandonné le cadre unitaire. Tout en respectant la douleur de la famille, nous pensons que le meurtre de Rémi ne doit pas rester impuni ! Ce crime d’État est une attaque contre l’ensemble du mouvement social, c’est le résultat d’une montée en puissance de la répression, de Notre Dame des Landes au Testet en passant par le monde du travail et les quartiers, et c’est donc le mouvement social dans son ensemble qui doit réagir ! L’Etat a tué un jeune lors d’une manifestation. Laisser passer ce crime odieux, c’est tolérer que le rapport de forces général se dégrade.

Alors que le NPA avait fait le choix politique juste en juillet dernier de maintenir, en toute indépendance, son appel ã participer aux manifestations de soutien au peuple palestinien interdites par le gouvernement Valls, il a choisi pour l’instant de s’aligner sur cette position et de ne pas appeler ã rejoindre la manifestation de ce dimanche ã Paris (15h ã Stalingrad). Après que des dizaines de rassemblements dans tout l’Hexagone aient regroupé depuis 7 jours plusieurs milliers de personnes, ce dimanche aurait dû exprimer pour la première fois notre colère ã une échelle plus large et donc plus dangereuse pour le gouvernement. La reculade républicaine d’EELV, suivie par les grandes organisations de la gauche institutionnelle, conduit ã épargner – pour l’instant – le gouvernement d’une telle mobilisation

Nous nous opposons ã ce repli et appelons ã participer ã tous les rassemblements et manifestations en hommage ã Rémi Fraisse assassiné par la police, comme ã Nantes, ã Rouen ou ã Toulouse, où le NPA était présent ces derniers jours. Néanmoins, aucune action minoritaire, aussi courageuse soit-elle, ne saura faire plier le pouvoir Valls-Hollande qui n’a plus aucune honte ã militariser les rues, ã surenchérir dans les violences policières et la répression : il est de la responsabilité des révolutionnaires d’impulser un grand mouvement à l’échelle nationale, réunissant étudiant-e-s, lycéen-ne-s, travailleurs, travailleuses, et tou-te-s ceux et celles qui subissent l’exploitation, l’oppression et la répression de l’Etat et des patrons, que ce soit dans les quartiers populaires, les ZADs, dans les entreprises ou dans la rue lorsque nous souhaitons manifester. Seul un tel mouvement pourra stopper le gouvernement dans son escalade, et en finir avec l’impunité, et il est de la responsabilité du NPA et de tou-te-s les jeunes et travailleur-se-s qui sont révolté-e-s face ã ce crime d’État d’être le moteur de cette bataille. Si ce dimanche ne permettait pas de donner l’impulsion, la semaine qui vient est celle de la rentrée pour des millions d’étudiant-e-s et de lycéen-ne-s et pourrait être chaude.

Notes liées

No hay comentarios a esta nota

Journaux

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)