FT-CI

Goodyear Amiens

Une délocalisation cachée ? Les patrons et leur solidarité internationale

28/05/2013

Par Daniela Cobet

Le 17 mai les salariés de Goodyear étaient au tribunal de Nanterre pour une audience dans le cadre de leur demande d’annulation du PSE concernant le site d’Amiens-Nord. Depuis 6 ans ils ont obtenu l’annulation de plusieurs PSE et peuvent se vanter du fait que pas un seul salarié n’ait été licencié pour cause économique.

Après l’échec de la négociation avec l’américain Titan qui se disait prêt ã reprendre la production des pneus agraires (dits Farm), la direction a annoncé en février un plan de fermeture pure et simple du site d’Amiens-Nord, sous prétexte d’une baisse des ventes en Europe.

Cet argument semble néanmoins être un pur mensonge. Ayant contacté une quinzaine de distributeurs, on a appris que non seulement les ventes ne baissent pas, mais que Goodyear a pris à leur égard des engagements pour continuer à leur fournir des pneus jusqu’en 2015 au moins. Il est donc clair que si le site d’Amiens fermait comme le veut la direction, ces pneus devraient bien être produits quelque part.

Une délocalisation en cours

Et c’est ã São Paulo au Brésil que Goodyear semble vouloir délocaliser la production. Pas étonnant quand on sait que le salaire de base dans l’industrie du pneu là -bas tourne autour de 400 euros et que le syndicat du secteur est affilié à la confédération jaune Força Sindical. Mais le plus grave est que, contrairement ã ce que dit la direction, qui jusqu’à présent niait toute importation de pneus agraires vers l’Europe, cette délocalisation pourrait être déjà en cours et expliquer la baisse de production provoquée sciemment ã Amiens.

Et ce serait le même Titan, dont le PDG a osé accuser les ouvriers d’Amiens de ne travailler que trois heures par jour, qui serait à la pointe de cette mascarade. Le site de São Paulo, ainsi que toute la branche Farm de Goodyear en Amérique du Sud, lui a en effet été cédé dans le cadre d’un accord daté de fin 2010, le même qui prévoyait la reprise du Farm sur le site d’Amiens. On comprend tout de suite pourquoi Titan n’a pas accepté de s’engager ã maintenir la production du site français pour au moins 5 ans : tout simplement car il comptait bien, comme l’ont dénoncé les travailleurs, le fermer pour aller surexploiter les travailleurs d’un autre pays et se débarrasser au passage de la combativité des ouvriers d’Amiens.

Les Goodyear sont ainsi en train de démontrer la complicité entre Titan et leur patron, et de révéler leur plan machiavélique qui ne s’explique en rien par la crise, mais seulement par leur volonté de faire de plus en plus d’argent sur le dos des travailleurs. Au tribunal vendredi dernier, Titan a prétexté avoir été prévenu tard de son implication dans le procès et a obtenu le report de l’audience au mois de juin. Les militants du NPA, présents le 17 ã Nanterre, seront encore une fois à leur côté dans cette nouvelle échéance.

Contrôle ouvrier et internationalisme prolétarien

Ce que prouve le cas des Goodyear, c’est que les patrons n’ont aucun scrupule ã mentir aux salariés et sont prêts ã établir des alliances à l’échelle internationale pour aboutir à leurs objectifs. Il faut en tirer les conséquences et exiger la fin du secret commercial, l’ouverture de tous les livres de comptes pour établir un contrôle sur les affaires. Les contacts pris avec des camarades au Brésil qui sont en train d’aider ã confirmer l’hypothèse d’une délocalisation vers le site de São Paulo montrent par ailleurs que la solidarité internationale, du côté des travailleurs, est aussi possible que nécessaire.

Notes liées

No hay comentarios a esta nota

Journaux

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)