FT-CI

Manifestation ã Aulnay contre la fermeture de l’usine de PSA

Un succès qui doit être le premier pas d’un plan de lutte pour gagner !

11/03/2012

Par Daniela Cobet, militante du NPA dans le 93 et membre du CPN

Nous étions 2000 à la manifestation d’Aulnay-sous-Bois le 18 février contre le projet de fermeture du site de PSA installé depuis des décennies dans cette commune de Seine-Saint-Denis. Cette action a réuni plusieurs centaines de travailleurs de la boîte, accompagnés de leurs familles, de délégations solidaires d’autres sites du groupe PSA (Sochaux, Rennes, Poissy, Sept-Fons, Saint-Ouen, Vélizy, La Garenne, Melun), des usines Renault Flins et Cléon, ainsi que des syndicats, des partis de gauche et de la population du département.


Tête de cortège de la manif du 18/2

Changement d’état d’esprit ?

Depuis la révélation par les délégués CGT du document attestant du plan de fermeture du site d’Aulnay ainsi que de deux autres en Europe (SevelNord et Madrid Villaverde), l’ambiance dans la boîte était plutôt morose. La direction niait son intention de fermer le site et beaucoup d’ouvriers voulaient bien y croire. C’est peut-être l’annonce de 6000 suppressions de postes en 2012, dont 200 immédiatement ã Aulnay combinée ã une restructuration visible de la production sur les différents sites du groupe qui ont convaincu certains copains qu’il y a bien quelque chose qui se prépare. La direction de son côté, tout en niant le plan de fermeture, ne s’engage pas non plus sur la pérennité du site au-delà de 2014.

C’est dans ce contexte que depuis le début de l’année on a pu sentir un certain frémissement dans le niveau d’engagement dans les actions proposées par les syndicats. Il y a d’abord eu en janvier le débrayage de quelques 350 ouvriers sur une seule équipe et ensuite la manifestation du 18 où les ouvriers et leurs familles constituaient un joli cortège d’environ 700 personnes.

Militantisme ouvrier

Le plus remarquable a peut-être été la dynamique militante qui s’est installée bien au-delà des cercles des délégués syndicaux. Des ouvriers du rang ont été très actifs pour inviter du monde autour d’eux ã venir à la manif, pour aller diffuser l’appel sur les marchés de leur ville, dans les boîtes aux lettres des cités, etc.

C’est sur cette dynamique, celle de l’engagement dans la bataille de larges couches d’ouvriers, prenant la lutte en main, que repose la possibilité de gagner et d’empêcher la fermeture du site. Il est donc indispensable de poursuivre sur cette voie. Il faut utiliser le temps qui joue en notre faveur pour l’instant pour discuter patiemment avec chaque copain et pour qu’encore plus de collègues s’engagent dans les prochaines actions qui devraient monter en puissance dans les prochains mois. En coordination avec les autres sites du groupe, on pourrait ainsi aller en direction d’une grève nationale contre les suppressions d’emploi et les fermetures de site

Une unité syndicale très significative

Il est également remarquable que la totalité des syndicats du site se soit engagée sur l’appel à la manifestation. Même les syndicats les plus proches de la direction, comme le SIA, y ont adhéré [1].

Cela montre que face à la violence de l’attaque patronale, même les bureaucrates sont obligés de réagir. En effet, au bout du compte, si la boîte ferme, ils seront sacrifiés eux-aussi. Il est cependant évident que la direction va tout faire pour installer la division parmi les ouvriers et pour semer la peur comme ils ont essayé de le faire avant la manifestation en parlant de voitures brûlées et d’affrontements avec la police. Il faut donc exploiter l’unité syndicale pour toucher les ouvriers à la base, en particulier ceux qui votent pour le SIA ou en sont proches, pour les convaincre que seule la lutte acharnée pourra garantir leur emploi et que la direction est prête à laisser sur le carreau tous les ouvriers, sans faire de distinction par rapport à leur appartenance syndicale.

Il faut un plan de lutte pour gagner

(Photo : Juan Segura)

C’est la seule façon de donner confiance aux travailleurs. Il faut montrer que la victoire est possible. Cela passe par établir des objectifs clairs et radicaux : aucun licenciement ni suppression de poste ; en aucun cas céder aux négociations sur les indemnités de départ ; mettre en avant le partage du travail entre tous les sites comme la seule solution permettant de conserver les emplois ; se battre tous ensemble sans tomber dans le piège de la concurrence inter-sites ; interpeller l’Etat pour qu’il prenne ses responsabilités pour empêcher les licenciements de façon ã poser y compris le problème de l’étatisation sans indemnité ni rachat si les patrons de PSA refusent de céder. En ce sens un débrayage simultané de tous les sites mettant en avant ces revendications pourrait être un prochain pas, permettant de faire un saut dans la mobilisation.

Continuer ã construire la solidarité

En ce même sens il faudra poursuivre la démarche visant ã chercher la solidarité des travailleurs d’autres entreprises, en surmontant les obstacles imposés par certaines centrales syndicales qui voudraient isoler les travailleurs d’Aulnay sous prétexte que l’entreprise serait un bastion de l’extrême gauche, mais aussi chercher le soutien de l’ensemble de la population du département. Au delà même de ceux qui sont venus à la manifestation, l’agitation des semaines préalables a montré que les travailleurs, les jeunes et la population sont solidaires des travailleurs de PSA et comprennent bien la catastrophe que représenterait la disparition du plus gros site industriel de Seine-Saint-Denis. C’est en approfondissant cette solidarité qu’on pourra mieux se défendre et montrer aux travailleurs hésitants qu’ils ne sont pas tous seuls.

Un premier exemple chez les étudiants

A l’initiative des militants du Courant Communiste Révolutionnaire du NPA, une importante agitation a été faite sur plusieurs universités de la région parisienne et en particulier ã Paris VIII (Saint-Denis). Pendant toute la semaine, nous avons tenu des tables, distribué des tracts et fait signer la pétition, en expliquant aux étudiants l’importance d’être solidaires des travailleurs dans leur lutte contre la fermeture de l’usine.

Comme résultat de cette initiative, une petite délégation d’une vingtaine d’étudiants était présente à la manifestation, derrière une banderole sur laquelle on pouvait lire « Etudiants solidaires des ouvriers de PSA », une banderole très appréciée par les travailleurs. Dans la période ã venir et notamment lors des prochaines actions appelées par les syndicats de l’usine, nous comptons poursuivre et élargir ces initiatives dans le but d’organiser une véritable campagne qui renoue avec le meilleur des traditions de l’unité ouvriers-étudiants de l’histoire de ce pays et qui ont été la force du mouvement de 1968.

27/02/12

  • NOTAS
    ADICIONALES
  • [1Le SIA est issu de CSL, le« syndicat maison » qui faisait régner la terreur parmi les ouvriers jusqu’au début des années 1980 et qui reste encore aujourd’hui majoritaire sur le site d’Aulnay.

Notes liées

No hay comentarios a esta nota

Journaux

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)