FT-CI

"Ceci nous conforte dans l’idée qu’il ne suffit pas d’avoir des méthodes de lutte radicales mais aussi que les travailleurs doivent se fixer des objectifs radicaux"

Interview pour TEAN de Manuel Georget

06/01/2011

Nous publions une interview ã Manu Georget et Nathalie pour “Tout est ã nous”, l’hebdomadaire du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) en France. Manu Georget est le secrétaire général du Syndicat CGT Philips Dreux et délégué de l’usine Philips EGP, qui a fermé ses portes après des années de lutte contre les licenciements et la délocalisation. Celle-ci a été une lutte qui a mené ã une courte mais très importante expérience de control ouvrier pendant le mois de Janvier 2010. Il a été militant de la Ligue Communiste Révolutionnaire (LCR), qui a précédé au NPA pendant 30 années. Il a été tête de liste dans les dernières elections régionales pour le NPA au département Eure-et-Loir et il est membre de la Coordination du CTR (Colectif pour une Tendence Révolutionnaire).

En guise de cadeau de Noël, vous venez de recevoir une décision du Ministère du Travail. De quoi s’agit-il ?

Nous venons de réservoir la décision prise à l’issue d’une enquête concernant le licenciement des salariés de Philips Dreux pour motif économique. Le Ministère considère que la fermeture du site de Philips Electronique Grand Public (EGP) de Dreux, spécialisé dans la production de Télévision ã écran plat, est bien justifiée dans le cadre des actions structurelles menées par le groupe pour mettre fin à la détérioration de ses résultats.

Cette décision nous est parvenue avec plus d’un mois de retard par rapport au délai maximum ce qui, normalement, signifiait le refus des licenciements.

Elle fait suite au recours hiérarchique formé par Philips à la suite du refus par l’Inspection du Travail du licenciement d’une élue du personnel pour motif économique.

Contre toute attente, le ministère a ainsi remis en cause la décision de l’Inspection du Travail. L’Inspection du Travail avait rejeté le licenciement en retenant l’argumentaire du cabinet d’expertise économique qui appuyait le Comité d’Entreprise et s’appuyant sur les décisions des tribunaux récusant la validité des décisions économiques et sociales de Philips.

C’est donc SEUL contre tous que le ministère vient donner gain de cause à la décision de PHILIPS de fermer le site de Dreux en cautionnant l’argumentaire développé par cette société.

Pratiquement qu’est-ce que cela signifie ?

Cela signifie tout simplement la fermeture définitive du site de Philips Dreux. Il s’agit d’une décision de complaisance visant ã affaiblir les dossiers de contestation des licenciements en cours devant les différentes juridictions.

Mais cela illustre surtout la complète complicité du gouvernement avec Philips pour la défense du fric et des intérêts de la multinationale au détriment des milliers de travailleurs sacrifiés.

Quels sont les enjeux, plus politiques, de cette décision ?

Cette décision du ministère est une agression supplémentaire contre les travailleurs. Ceux de Philips Dreux comme de nombreux travailleurs en France se sont battus énormément ces dernières années dans des centaines de combats contre les licenciements qui sont pourtant restés malheureusement le plus souvent isolés et ont débouché souvent sur des défaites.

Ceci nous conforte dans l’idée qu’il ne suffit pas d’avoir des méthodes de lutte radicales mais aussi que les travailleurs doivent se fixer des objectifs radicaux. Face ã une fermeture d’usine, ne pas se résigner ã négocier les meilleures conditions de départ, mais lutter pour empêcher la fermeture et tout licenciement.

Dans ce sens, il est impératif de développer l’auto-organisation des travailleurs en lutte en même temps qu’on se bat pour construire des syndicats lutte de classe, en les arrachant ã ceux qui défendent leurs petits intérêts et non pas ceux des travailleurs.

A tous ceux qui disent qu’il ne faut pas mélanger politique et syndicalisme nous répondons que la seule façon de faire avancer le syndicalisme dans le sens d’un combat global des travailleurs c’est de s’attaquer au cœur du problème, c’est-à-dire au système dont la seule logique est d’enrichir une poignée d’actionnaires au détriment de la vie de millions de travailleurs.

Nous pensons que les travailleurs doivent prendre en main leur destin et montrer, comme on a essayé de le faire ã une petite échelle ã Philips, qu’ils peuvent gérer leur travail et leur vie sans besoin des parasites capitalistes, et ça c’est un combat éminemment politique.

Il faut faire la démonstration que que les licenciements ne sont pas une fatalité, les fermetures d’entreprise un horizon indépassable. L’auto-organisation de la lutte ouvre la voie au contrôle ouvrier, porte le germe d’une société nouvelle possible, basée sur la propriété collective et sur la gestion ouvrière et populaire de toutes les entreprises. À travers le contrôle, les réquisitions et l’appropriation collective des entreprises, les travailleurs mettent en avant le problème du pouvoir, de l’Etat et de l’organisation de toute la société.

Que comptez-vous faire maintenant ?

Nous allons continuer ã nous défendre et défendre les intérêts de la classe ouvrière par la voie de la lutte de classe, sans abandonner les possibilités offertes sur le terrain juridique. Nous appelons aussi les partis de gauche et d’extrême gauche ã mettre toute leur énergie aux cotés le la classe ouvrière qui lutte. Malgré cette nouvelle attaque, nous gardons espoir. La classe ouvrière a démontré lors du grand mouvement contre la réforme des retraites de cet automne, ã ceux qui l’avaient enterrée, qu’elle était toujours bien vivante. Et nous sommes convaincus qu’un jour la classe ouvrière vaincra, ã commencer par les salariés de Philips qui ne là¢cheront rien !

Notes liées

No hay comentarios a esta nota

Journaux

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)