FT-CI

Grève des pilotes d’Air France : une lutte emblématique contre les délocalisations et la précarisation

23/09/2014

Grève des pilotes d’Air France : une lutte emblématique contre les délocalisations et la précarisation

Au huitième jour de la grève, lundi 22 septembre, la direction d’Air France a essayé de mettre en place une manœuvre : reporter de quelques mois son plan stratégique de développement de sa filiale low cost Transavia pour faire baisser la pression et désamorcer la grève. Les pilotes, qui samedi avaient reconduit leur mouvement, ont pris ces déclarations comme une provocation. Alors que les négociations se trouvent bloquées et le bras de fer entre la direction de l’entreprise et les syndicats est plus dur que jamais, la nervosité commence ã gagner les hautes sphères de l’Etat et certains secteurs du patronat.

Il n’y a aucun doute que la grève des pilotes d’Air France est en train de frapper là où ça fait mal : les profits des patrons. On estime que l’entreprise a perdu près de 160 millions d’euros depuis le début de la grève. Contrairement ã ce que la direction voulait faire croire, les vols d’Air France sont très perturbés : entre 50% et 40% seulement des vols sont assurés (et dans certaines régions la situation est pire).

C’est donc cette situation catastrophique a amené la direction ã annoncer la « suspension » jusqu’en décembre du développement de Transavia Europe. Toute la presse bourgeoise s’est empressée de présenter cette déclaration comme une « victoire » pour les pilotes... mais ceux-ci ont vu clair dans la manœuvre. En effet, même si on suspendait (seulement de 3 mois) le développement de Transavia Europe (qui impliquera l’ouverture de bases au Portugal et en Allemagne où la protection des salariés est plus « flexible »), Air France augmenterait dès maintenant la flotte de Transavia en France et aux Pays-Bas. Celle-ci passerait ainsi de 14 ã 37 avions, comme c’était prévu dès le début par la direction d’Air France.

Une grève de plus en plus politique

« Nous bénéficions d’un total soutien du gouvernement, qui s’est exprimé sans ambiguïté », a déclaré Alexandre de Juniac le président du groupe Air France-KLM. Effectivement, des hauts représentants du gouvernement et du PS se sont prononcés « sans ambiguïté » contre la grève : « Il faut arrêter cette grève qui pèse lourdement sur Air France, qui pèse aussi sur ses finances, qui pèse sur l’attractivité et l’image de notre pays », déclarait Valls ; « on ne peut plus accepter qu’un pays soit bloqué par quelques-uns (...) Je pense que la grève doit s’arrêter », s’indignait Emmanuel Macron, ministre de l’économie.

Se mettant en première ligne, coude ã coude avec la direction d’Air France, Hollande et son gouvernement s’exposent aux impacts de la grève des pilotes. En même temps, cela peut donner un caractère plus « populaire » à la lutte des pilotes parmi les travailleurs (comme cela avait été le cas de la grève de la SNCF en juin dernier). Mais un gouvernement aussi faible peut-il se donner le « luxe » de s’exposer ainsi dans un conflit aussi dur que celui d’Air France ? En tout cas, ce qui est clair c’est que le PS a besoin d’apparaitre aux yeux des capitalistes comme un parti « dur » face aux luttes des travailleur-se-s.

Un symbole de la lutte contre les délocalisations et la précarisation qui concerne tou-te-s les travailleur-se-s

La grève des pilotes d’Air France est en train de devenir un exemple de lutte contre les plans de délocalisation et de précarisation mis en œuvre par le patronat dans le contexte de la crise économique qui touche la France et l’Europe. Contrairement ã ce qu’affirment les médias, reprenant les arguments de la direction qui qualifie les pilotes comme des « privilégiés » pour briser la grève, nous considérons complètement légitime que les travailleur-se-s, y compris les plus qualifié-e-s, défendent leurs acquis. Ce ne sont pas les salaires corrects qui sont responsables des bas salaires mais l’exploitation capitaliste qui veut niveler vers le bas les salaires de toute la classe ouvrière.

Le gouvernement et le patronat sont conscients du danger que cette grève représente pour leurs intérêts. Ils savent que cette lutte pourrait devenir un point d’appui pour les pilotes d’autres compagnies aériennes qui en Europe subissent les mêmes plans, telles que Lufthansa où les travailleurs ont mené plusieurs grèves dans la dernière période. Mais d’autres catégories du secteur aéronautique, des transports en général et de l’ensemble de la classe ouvrière, pourraient aussi s’inspirer de la grève des pilotes.

Les pilotes doivent gagner !

La lutte d’Air France rentre dans une semaine décisive. Le patronat et le gouvernement, avec le soutien des centrales syndicales collaborationnistes comme la CFDT (qui a une influence plus grande parmi le personnel au sol) essayent d’isoler les pilotes du reste des travailleur-se-s en les présentant comme des « privilégié-e-s ». De leur côté, les médias contribuent de toutes leurs forces à la campagne de « diabolisation » de la grève, pour encourager son rejet dans l’opinion publique.

Pour rompre cette tentative d’isolement il est fondamental que les pilotes, qui occupent une position stratégique, essayent de s’allier et de mobiliser l’ensemble des autres catégories du secteur aéronautique, notamment le personnel au sol et le personnel navigant, qui a énormément souffert de la déstructuration subie par le secteur ces dernières années. L’alliance entre les pilotes qui, même de façon très inégale selon les compagnies et statuts, jouissent de conditions de travail plus correctes, et les salarié-e-s les plus précaires, exploité-e-s et avec des salaires de misère, est stratégique pour lutter pour la fin de la surexploitation et les délocalisations dans le secteur.

Face au discours sur « l’inévitabilité » du développement du low cost pour garantir la survie de l’entreprise et que les usagers puissent voyager ã bas prix, l’ensemble des salarié-e-s d’Air France ne peuvent faire aucune confiance au gouvernement qui s’est déjà prononcé pour le patronat. Il faut exiger la nationalisation sans indemnisation ni rachat et sous contrôle des travailleurs et des usagers d’air France. C’est la seule façon de garantir un service de qualité, sûr, accessible pour les classes populaires, où les salarié-e-s puissent compter sur de bonnes conditions de travail et des salaires corrects.

Comme l’histoire des entreprises d’Etat le démontre, il est indispensable de revendiquer que leur gestion soit assurée par les travailleur-se-s et les usagers et non par des hauts fonctionnaires d’Etat qui préparent le terrain pour les privatisations et se placent comme relais des exploiteurs capitalistes.

Quoi qu’il en soit, il est clair d’ores et déjà que le résultat de la lutte des pilotes d’Air France aura des conséquences pour l’ensemble de la classe ouvrière en France.

22/9/2014.

Notes liées

No hay comentarios a esta nota

Journaux

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)