FT-CI

Après la Chute de Ianoukovitch

Une « guerre d’influences » réactionnaire sur l’Ukraine

16/03/2014

Une « guerre d’influences » réactionnaire sur l’Ukraine

Le tournant répressif contre les occupants de Maïdan les 18 et 19 février dernier en Ukraine n’ont fait qu’accélérer le renversement du président Viktor Ianoukovitch, la mise en place d’un gouvernement dit « d’union nationale » et la convocation d’élections présidentielles anticipées le 25 mai prochain. L’impérialisme pour sa part essaye de faire avancer ses positions ã travers les leaders de l’opposition qui dominent largement le nouveau gouvernement. La Russie, malgré ce revers important, essaye de limiter la casse, allant jusqu’à déployer ses forces armées en Crimée et dans d’autres régions du Est ukrainien, alimentant ainsi des tendances séparatistes. Ce n’est plus une crise ukrainienne mais une crise internationale, sans doute la plus grave entre l’impérialisme et la Russie depuis la dissolution de l’URSS en 1991. Certains parlent même d’un retour d’une forme de « Guerre Froide », mais il s’agit surtout d’une « guerre d’influences » réactionnaire entre l’impérialisme et la Russie qui peut conduire l’Ukraine ã une situation encore plus catastrophique.

La contestation qui secoue l’Ukraine est partie d’un refus profond du régime corrompu incarné par Ianoukovitch, ses proches et ses amis oligarques. Au début, ce mouvement s’est traduit par une exigence de rapprochement avec l’UE dans la perspective d’un supposé "changement profond". Avec la répression et les manifestations violentes du mois de janvier, la contestation a évolué et pris un ton plus ouvertement anti-Ianoukovitch. La méfiance envers la « caste politicienne » est très grande, y compris vis-à-vis des leaders de l’opposition. Cela, combiné ã un manque de revendications et perspectives de classe, a permis d’ailleurs que des groupes ultranationalistes réactionnaires puissent apparaitre, pour une partie des manifestants, comme une option valide et gagnent du poids dans les mobilisation.

Or, la chute du président et la conformation d’un « gouvernement d’unité nationale » largement dominé par l’opposition, soutenue et mise en avant par les impérialistes, mettent cette alliance entre néolibéraux et nationalistes au centre de la scène politique nationale. Cela a tout de suite déclenché des mobilisations dans l’Est du pays où les populations russophones et appartenant ã d’autres minorités nationales se sentent menacées par les nouvelles autorités, parmi lesquelles il y a des ultranationalistes ukrainiens. Les premières mesures prises par ce gouvernement par intérim ne font qu’alimenter cette peur, notamment après l’abrogation de la loi qui permettait que des langues des minorités nationales puissent être reconnues dans certaines régions comme deuxième langue officielle. Cela était le cas évidemment du russe mais aussi d’autres langues comme le hongrois ou le roumain.

On peut émettre l’hypothèse que la répression lancée contre les manifestants par Viktor Ianoukovitch exprimait plus qu’un "simple" tournant répressif et qu’elle était le résultat d’un accord passé avec Poutine. Or, en même temps le pouvoir montrait des signes de division par rapport à la tactique ã adopter vis-à-vis des manifestants : alors qu’une partie des soutiens d’Ianoukovitch et des membres du Parti des Régions était pour une « attitude ferme » une autre partie importante, inquiète pour ses intérêts placés dans les banques occidentales, prônait plutôt « le dialogue ». En tout cas, au moment de la chute d’Ianoukovitch, soit par vrai dissension soit par opportunisme, une grande partie des députés du Parti des Région, ainsi que des oligarques, a là¢ché l’ancien président le rendant responsable de crimes commis contre les manifestants.

Un revers important pour Poutine

Dans un article précédent on signalait l’importance économique, politique et militaire de l’Ukraine pour la Russie. En ce sens, le renversement d’Ianoukovitch représente un coup dur pour les intérêts russes. Cependant, cela ne veut pas dire que les dirigeants russes vont accepter ce recul sans rien faire pour au moins essayer de réduire au minimum les dégâts. Cela explique d’ailleurs la non-reconnaissance du nouveau gouvernement dominé par les dirigeants pro-impérialistes, ainsi que la suspension des aides promises fin novembre et la remise en cause de la décote de 30% sur le prix du gaz ã destination de l’Ukraine. Mais ce sont les exercices de l’Armée russe à la frontière ukrainienne et l’intervention de forces armées russes en Crimée qui constituent les actions les plus offensives de la part de Poutine pour garder le contrôle sur une zone stratégique.

Tout cela a comme résultat d’attiser des tendances séparatistes dans certaines régions de l’Est et du Sud du pays, notamment en Crimée où le parlement vient de déclarer son indépendance vis-à-vis de l’Ukraine et où un référendum sur son rattachement à la Russie devrait se tenir le 16 mars. Bien qu’il soit peu probable que la Russie souhaite voir éclater un conflit armé dans sa frontière ouest, la situation la pousse ã entretenir une attitude ambiguë. C’est ainsi qu’en même temps que Poutine se dit ouvert ã établir un dialogue « d’égal ã égal » avec les puissances impérialistes, selon des sources il aurait déjà dépêché près de 30.000 soldats en Ukraine (une bonne partie était déjà sur place à la base militaire en Crimée).

L’impérialisme dénonce cyniquement l’attitude de la Russie : « Au XXIe siècle, vous ne vous comportez tout simplement pas comme au XIXe siècle en envahissant un autre pays ». Ce n’est personne d’autre que John Kerry, le secrétaire d’Etat des Etats-Unis, qui adressait ces mots aux dirigeants russes !

Cependant, il est possible que cette attitude de Poutine constitue une tentative d’améliorer sa position dans la perspective de négociations avec l’impérialisme. Ce qui serait en accord avec sa politique d’alimenter les tendances séparatistes ou « autonomistes » dans des régions disputées avec les puissances impérialistes et où le contrôle sur l’ensemble du territoire ne semble pas possible. La guerre contre la Géorgie de 2008, qui a débouché sur la partition de son territoire, et la situation tendue dans les territoires (pour l’instant) moldaves de Transnistrie et Gagaouzie en sont une preuve.

En définitive, même si aucun scénario ne doit être écarté pour le moment, y compris les moins probables, il semblerait que Poutine cherche ã trouver une sorte d’accord réactionnaire entre la Russie et l’impérialisme, dans tous les cas sur le dos de l’Ukraine. Du point de vue des intérêts russes, il est fondamental de mettre un terme ã cette crise et éviter d’en sortir trop affaiblie car cela pourrait être un « mauvais signal » envoyé aux autres anciennes républiques soviétiques d’Asie Centrale, aujourd’hui sous l’emprise de la Russie et en quête de plus de marges de manœuvre.

L’impérialisme essaye d’avancer ses pions

Alors que le retournement de dernière minute d’Ianoukovitch en novembre dernier marquait un revers important pour l’UE, le mouvement de protestation qui s’est développé par la suite lui a permis d’envisager une reprise des négociations sur l’accord d’association. La chute d’Ianoukovitch marque maintenant une victoire partielle mais importante de l’impérialisme contre la Russie en Ukraine.

Avec la constitution du gouvernement par intérim, l’UE et les Etats-Unis essayent de créer un pouvoir légitime capable de contrôler le mouvement de protestation. C’est cela qui explique l’intégration dans celui-ci, ã côté des leaders libéraux et nationalistes, des figures du groupe d’extrême-droite « Pravi Sektor ». La libération éclair de l’opposante et ex première ministre Iulia Timochenko, revendication qui n’a jamais été mise en avant par les manifestants, est aussi une tentative d’établir une figure capable de regrouper toutes les composantes de l’opposition. Cependant rien n’assure que cela va marcher. Parmi les manifestants la méfiance vis-à-vis de cette ancienne première ministre est très importante encore. Ainsi : « Alors que les chefs des trois partis d’opposition peinaient ã contrôler les manifestants les plus radicaux, Ioulia Timochenko a diffusé plusieurs communiqués ces derniers mois expliquant que si elle était libre, c’est sur les barricades qu’elle mènerait l’opposition. Samedi soir, de retour ã Kiev, l’ancienne première ministre a suscité le respect de la foule de Maïdan, mais aussi la méfiance, car ses années au pouvoir n’ont pas laissé de bons souvenirs aux Ukrainiens : paralysie politique et crise économique lui sont notamment attribués. Pour beaucoup, Ioulia Timochenko est une figure du passé, symbole de l’establishment politique. Certains voudraient toutefois voir en elle une figure charismatique, capable de rassembler l’Ukraine et de parler d’une voix forte » [1].

La constitution de ce nouveau gouvernement, soutenu par l’impérialisme mais qui n’est reconnu ni par la Russie ni par une partie importante des autorités des régions de l’Est et du sud du pays, a entrainé l’annulation de l’aide de 15 milliards de dollars promise par la Russie lors de la rupture des négociations avec l’UE et même la décote de 30% du prix du gaz a été remise en question par Moscou. En ce sens, le ministre provisoire de l’économie a averti ã ses « partenaires » impérialistes que le pays avait besoin de 35 milliards de dollars d’ici 2015 pour faire face ã ses dettes. Cependant, ceux-ci n’ont donné aucune garantie conséquente. En effet, il est certain que l’UE attendra aux élections de mai, et la constitution d’un nouveau pouvoir perçu comme légitime, pour s’engager sur quoi que ce soit, notamment sur le plan économique : « Le principe d’une adhésion est pour l’instant exclu, et l’Europe en crise économique ne peut garantir une aide financière solide à l’Ukraine. Surtout, l’UE se montre prudente, dans l’attente du retour d’un pouvoir fort et légitime ã Kiev. La présence, parmi les manifestants, de nombreux militants d’extrême-droite, peu intéressés par Bruxelles, et la grande hétérogénéité de l’opposition incitent les diplomates européens à la méfiance » [2].

Les autorités par intérim quant ã elles, pour démontrer leur servilité vis-à-vis de l’impérialisme,sont déjà en train d’annoncer des mesures « antipopulaires » pour faire face à la crise économique que traverse le pays. C’est un élément supplémentaire qui alimente la méfiance parmi les couches populaires de l’Est du pays, où se trouve l’essentiel de l’appareil industriel ukrainien. Cependant, il est très probable qu’au fur et ã mesure que la pression russe augmente, le gouvernement par intérim essaye de se rapprocher davantage de l’UE, attisant par là les tendances séparatistes et menaçant ainsi l’intégrité territoriale de l’Ukraine.

Enfin, bien que la perspective d’une intervention armée des puissances impérialistes en Ukraine, voire en Russie, semble très lointaine, l’OTAN a annoncé qu’elle réalisera des exercices militaires dans les pays limitrophes de l’Ukraine et en Mer Noire. Il s’agit sans doute d’une réponse aux exercices militaires réalisés par la Russie il y a quelques jours, mais tout cela parle d’un niveau de tensions assez élevé.

Les contradictions entre les impérialistes

Malgré l’avantage important obtenu après la chute du président ukrainien, les impérialistes ont encore du mal ã avoir une politique unifié. Les hésitations sont évidentes. Les Etats-Unis menacent les dirigeants russes avec des « sanctions ciblées » et la suspension de la participation de la Russie aux réunions du G8.Mais il n’est pas sûr qu’ils soient en mesure de les imposer. En effet, lors de la guerre éclair menée par la Russie contre la Géorgie en 2008 le gouvernement états-unien avait voté des sanctions qui n’ont jamais été appliquées.Les Etats-Unis, d’un point de vue militaire, pourraient être touchés aussi : « Washington a notamment bénéficié ces dernières années de l’appui de Moscou pour l’imposante logistique de l’armée américaine en Afghanistan » [3].

Du côté de l’UE, malgré les menaces, on craint que l’imposition de sanctions économiques à la Russie ait des conséquences sur les intérêts de ses principales puissances, notamment l’Allemagne mais pas seulement.Il est clair que l’UE essaye de faire rentrer l’Ukraine dans sa « zone d’influence » militaire et économique, mis elle reste dépendante dans une large mesure du gaz russe. D’autres pays comme la France ont des investissements importants dans le secteur automobile en Russie. Enfin, des pays comme la Grande-Bretagne et l’Autrice ces dernières années abritent dans leurs banques les fortunes des oligarques qui se sont enrichis grâce au pillage des richesses nationales lors du processus de restauration capitaliste.

Même si la Russie est consciente de tout cela et elle parie sur ces contradictions de l’impérialisme, on ne doit pas perdre de vue les faiblesses de Moscou. Depuis la dissolution de l’URSS en 1991, la Russie est passé du statut de vieille puissance industrielle au statut de pays dépendant des exportations de gaz et de pétrole. Par conséquent, son économie ne peut pas s’offrir le « luxe » de ne pas vendre le gaz à l’Europe. Dans ce point, « les intérêts de la Russie et de l’UE (…) sont les mêmes. Du gaz, à la différence du pétrole, en ce moment il y en a beaucoup. L’UE peut l’acheter ã d’autres pays. La Russie veut vendre son gaz à l’UE et pour cela elle doit être un partenaire fiable, et ne pas jouer avec l’approvisionnement de gaz, ni elle ni les pays par lesquels son gaz transite. Pour l’éviter la Russie a travaillé durement. L’UE a besoin de sécurité énergétique et c’est pour cela qu’elle est contre de toute interruption de l’approvisionnement du gaz. En 2007, 80% du gaz russe ã destination de l’UE passait par l’Ukraine. Aujourd’hui seulement 35% du gaz passe par l’Ukraine et quand le [pipeline] South Stream [qui contourne l’Ukraine] soit mis en route, moins de 10% [du gaz] passera par l’Ukraine. C’est quelque chose sur laquelle la Russie et l’UE sont d’accord. 66% du gaz de la Russie va vers l’UE. Rien que lors d’une de ses crises avec l’Ukraine en 2010, la Russie a perdu 800 millions d’euros en ventes de gaz à l’UE. L’économie russe ne peut pas se permettre de ne pas le gaz à l’UE. Et en même temps, l’UE ne peut pas se permettre de ne pas consommer le gaz russe. C’est une relation de dépendance réciproque » [4].

Dans ce contexte, on peut imaginer que l’attitude plus offensive, au moins du point de vue discursif, des Etats-Unis, qui essaye de pousser l’UE ã avoir une attitude plus « intransigeante » vis-à-vis de la Russie, répond ã des objectifs liés aux disputes inter-impérialistes. Ainsi, le politologue et ancien conseiller du président nord-américain Jimmy Carter, Zbigniew Brzezinski, voit « un danger potentiel dans une ‘collusion russo-germanique’ et dans la possibilité d’un accord entre l’Europe et la Russie avec l’objectif de repousser les Etats-Unis de la région. Le point de vue de Brzezinski est celui qui guide la stratégie des Etats-Unis jusqu’aujourd’hui : l’Amérique veut maintenir la Russie le plus loin possible. Si les européens s’impliquent en Ukraine et cela nuit leurs relations avec Moscou, c’est très bien pour Washington » [5].

Contre les perspectives réactionnaires, pour une Ukraine indépendante, ouvrière et socialiste !

C’est une évidence que toutes les alternatives qui se présentent aujourd’hui aux travailleurs et aux classes populaires d’Ukraine, que ce soit du côté de l’impérialisme et ses alliés ou du côte de la Russie, sont toutes réactionnaires. Mais même ces alternatives bourgeoises ont du mal ã enthousiasmer vraiment les masses, ce qui a une autre époque pouvait être le cas. Sans aller trop loin dans l’histoire, pendant la période de restauration capitaliste l’impérialisme se montrait capable de séduire les nouvelles classes dominantes locales et même une partie des masses. Mais par rapport à l’après-1989 "le contexte n’est pas (…) le même. La Russie de l’époque était faible, incapable de s’opposer à l’émancipation des pays satellites en Europe ou à la sécession de l’Ukraine. De plus, après l’écroulement de l’URSS, il y avait une solution de rechange. Un modèle clé en main vers lequel se tourner, incarné par deux puissants symboles : l’Union européenne et l’OTAN, promesses de prospérité et de sécurité. L’horizon était tracé et il y avait un consensus général sur la direction ã prendre : cap à l’ouest (...) [Mais ces perspectives] font pour l’instant défaut en Ukraine aujourd’hui » [6].

Mais du côté de la Russie et du régime bonapartiste de Poutine il n’y a rien pour enthousiasmer les masses non plus. Qui peut croire aujourd’hui que soutenir le régime russe qui essaye de défendre ses intérêts capitalistes en Ukraine représente en quoi que ce soit une lutte anti-impérialiste ?

L’Ukraine est submergée dans une crise économique profonde et les nouvelles autorités ne promettent que plus de sacrifices pour les masses. Elles font appel aux institutions financières impérialistes pour "sauver le pays". Mais les masses de Grèce, de l’Etat Espagnol, du Portugal et de tant d’autres pays européens savent très bien ce que cela vaut dire dans la bouche des dirigeants capitalistes : baisses des salaires et des retraites, coupes budgétaires pour l’éducation et la santé publiques, privatisations des services publics et flexibilisation du marché de l’emploi.

Les options nationalistes réactionnaires sont également opposés aux intérêts des travailleurs et des masses. En effet, le nationalisme ukrainien puise historiquement de l’oppression exercé par la Russie, depuis l’époque de l’empire des tsars. Après la Révolution d’Octobre 1917, l’Ukraine a rejoint volontairement l’URSS en 1922. Mais une fois Staline arrivé au pouvoir il a renoué avec l’oppression nationale du peuple ukrainien. Au début des années 1930, il appliquait la collectivisation forcée des terres, ce qui a provoqué une famine terrible et plus tard il déportait la population tatare vers les républiques d’Asie Centrale. Contre cette politique stalinienne Trotsky défendait le droit à l’auto-détermination de l’Ukraine. C’est cette oppression a alimenté la haine anti-russe et poussé les nationalistes ukrainiens ã collaborer avec l’armée nazi pendant la Seconde Guerre Mondiale. Aujourd’hui les ultranationalistes ont une politique active dans la lutte « anti-russe » (et contre les minorités nationales en général) mais sont complètement dociles face à l’impérialisme et ses institutions internationales.

Par conséquent, la seule perspective progressiste pour la crise actuelle ne peut venir que de la classe ouvrière en alliance avec tous les secteurs exploités et opprimés de la société. L’intervention avec une politique d’indépendance de classe et révolutionnaire de la part du prolétariat est la seule option réaliste pour construire une Ukraine vraiment indépendante, débarrassée de la tutelle impérialiste et l’oppression grande-russe. Mais cela ne pourra se faire qu’en expropriant les oligarques locaux et l’impérialisme, ainsi que les banques, en rompant avec les institutions impérialistes et en arrêtant de payer la dette extérieure. Tout cela est fondamental pour mettre l’économie sous la direction et le contrôle des travailleurs et des secteurs populaires auto-organisés. Ces mesures constitueraient la garantie pour le respect des droits démocratiques pour toutes les minorités nationales du pays. Un telle perspective pourrait être également un élément fondamental pour la révolution en Europe !

11/3/2014.

  • NOTAS
    ADICIONALES
  • [1Le Monde, « Six questions sur l’après-Ianoukovitch en Ukraine », 23/2/2014.

    [2Idem.

    [3Courrier International, « Ukraine : Obama accentue la pression sur Poutine, Kerry attendu ã Kiev », 4/3/2014.

    [4(r)Evolución Energética, “Una visión energética del conflicto de Ucrania”, 3/3/2014.

    [5Spiegel, « Chess in a Minefield : The Global Implications of the Ukraine Conflict », 20/2/2014.

    [6Le Monde, « A l’Est de l’Europe, 2014 n’est pas 1989 », 24/2/2014.

Notas relacionadas

No hay comentarios a esta nota

Periódicos

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)