FT-CI

Francia

Un gouvernement affaibli obtient de justesse la confiance du Parlement

17/09/2014

Un gouvernement affaibli obtient de justesse la confiance du Parlement

On s’attendait ã ce que le vote de confiance au gouvernement à l’Assemblée Nationale soit serré. En effet, hier sur 566 votants, 269 ont voté pour, 244 contre et 53 députés se sont abstenus. Parmi ceux-ci il y avait 31 « frondeurs » du groupe PS à l’Assemblée. Ainsi, ils augmentent considérablement leur nombre par rapport au dernier vote de confiance début avril où ils étaient seulement 11. Lors de ce vote le gouvernement avait obtenu 306 votes en sa faveur. De cette façon le PS perd la majorité absolue au Parlement, ce qui n’était pas arrivé depuis 20 ans.

Evidemment la raison de fond de cette crise politique qui traverse le gouvernement (et le régime de la cinquième république) c’est la crise économique persistante, le taux de chômage élevé et des indices de pauvreté de plus en plus importants. C’est cela qui est à la base aussi du départ des ministres écologistes du gouvernement, qui hier se sont abstenus presque à l’unanimité (17 députés sur 18).

Cherchant ã nuancer ce nouveau revers pour le gouvernement, la presse remarque qu’il y a eu des députés liés ã des secteurs « oppositionnels » au sein du PS qui ont voté la confiance au gouvernement car ils « ont considéré que la question posée étant globale, l’exigence de rassemblement devait prévaloir sur les désaccords d’orientation économique » (Les Echos, 16/9). Cependant, cela ne vaut pas dire que sur tel ou tel vote dans le futur ces députés ne s’opposent pas au gouvernement, réduisant encore plus sa majorité à l’Assemblée.

Quoi qu’il en soit, l’image d’un gouvernement complètement affaibli n’a pas pu être renversée.

Valls a essayé mais n’a pas réussi

Justement pour changer cette image de fragilité et pour « limiter la casse », avant le vote Manuel Valls avait prononcé un discours qui faisait des « clins d’œil » à l’opposition interne, ce qui confirme une tendance que nous remarquions il y a quelques jours. Il a annoncé deux mesures sociales cosmétiques (baisse d’impôts limitée pour les classes populaires et une augmentation ridicule du minimum vieillesse), il a défendu le « modèle social français » (SMIC, 35 heures) et a lancé un « avertissement » contre les « provocations et les surenchères » du MEDEF.

En effet, le président du MEDEF, Pierre Gattaz, le jour même du vote avait tenu un discours néolibéral offensif devant la presse disant précisément que lemodèle social français avait « vécu ». On pourrait analyser ces déclarations comme une tentative de contrecarrer la tendance ã faire des « concessions » à l’opposition interne de la part de Hollande et son gouvernement.

Ce qui est sûr en tout cas c’est que les capitalistes n’ont pas ã s’inquiéter quant à la proximité de Hollande avec leurs intérêts. C’est plutôt l’incapacité du gouvernement ã appliquer les réformes pro-patronales qui doit les empêcher de dormir.

Le principal danger pour Hollande viendra des rues

Bien que les prochaines semaines et mois le gouvernement devra faire face ã des échéances parlementaires importantes comme le vote du budget 2015 en octobre, le défit le plus important peut venir des rues et des entreprises et non du parlement. La grève des pilotes d’Air France représente ã sa manière un danger en ce sens. Ce n’est pas par hasard que Valls, Macron et Cambadélis se sont prononcés pour l’arrêt de la grève. On pourrait se demander d’ailleurs avec quelle autorité ce gouvernement complètement affaibli peut demander quoi que ce soit ã des travailleurs en lutte ?

Quoi qu’il en soit, aussi bien le gouvernement que l’ensemble des députés PS (mais aussi ceux de l’opposition) et le patronat craignent profondément une explosion sociale qui mette en échec Hollande. A leur façon c’est ce que « l’opposition » interne du PS essaye d’éviter en défendant une orientation économique qui mette moins l’accent sur l’austérité.

16/9/2014.

Notas relacionadas

No hay comentarios a esta nota

Periódicos

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)