FT-CI

France

Face à la crise politique le PS fait des « concessions » à l’opposition interne

14/09/2014

Face à la crise politique le PS fait des « concessions » à l’opposition interne

La rentrée a été catastrophique pour Hollande et le PS : des déclarations décalées de ministres qui touchent directement une partie importante de son électorat ; les révélations de Valérie Trierweiler qui ont fait chuter encore plus la popularité du président ; de nouveaux scandales de corruption au sein du gouvernement… Parallèlement, la formation d’un nouveau gouvernement de type social-libéral fin août, qui était sensée mettre fin aux dissensions internes, n’a fait que les approfondir. Le tout au milieu d’une situation économique de plus en plus dégradée. C’est dans ce cadre que Michel Sapin, ministre des finances, a annoncé une révision à la baisse des prévisions de croissance, ce qui implique en quelque sorte une « décélération » du rythme de l’austérité. On peut se demander : cela sera-t-il suffisant pour stopper la crise politique ?

Les tendances de « gauche » et « centre-gauche » au sein du PS se renforcent-elles ?

Depuis plusieurs mois on peut observer une opposition de plus en plus ouverte au sein du groupe parlementaire du PS. Mais, comme on disait, cette situation s’est accélérée avec la constitution du nouveau gouvernement et la mise à l’écart des ministres « critiques » de l’orientation de Hollande, notamment Arnaud Montebourg et Benoît Hamon. Ceux-ci, ainsi que les députés « frondeurs », se sont vus renforcés au fur et ã mesure que Hollande et ses alliés s’affaiblissaient.

Il faudrait ajouter ã tout cela le retour désormais incontestable sur le devant de la scène politico-médiatique d’anciens « poids lourds » du PS comme Martine Aubry, représentante plutôt de l’aile « centre-gauche » du PS. En effet, depuis 2012 celle-ci s’est maintenue en retrait (entre autres pour des affaires judiciaires qui la touchaient directement). Ce « retour du secteur Aubry » pourrait constituer en même temps une manœuvre de l’appareil du PS visant ã préparer une sorte d’option de rechange pour Hollande. Cela pourrait lui permettre d’essayer de tenir au pouvoir jusqu’aux élections présidentielles de 2017, et ainsi garder un semblant de « normalité » pour le régime de la Ve République en décomposition.

Des doutes sur le « vote de confiance » au gouvernement

Mardi 16 septembre aura lieu le « vote de confiance » au gouvernement à l’Assemblée nationale. La crainte de Hollande et de Valls c’est que les « frondeurs » ressortent trop renforcés. Certains analystes évoquent même le risque que ceux-ci puissent mettre en échec le vote, ce qui semblerait peu probable.

Cependant, même si le vote passe à l’Assemblée, si les abstentions et les voix contre sont suffisamment nombreuses, le gouvernement pourrait se trouver dans des difficultés pour faire voter le budget 2015 ainsi que d’autres lois et attaques contre les masses. Il faudrait rappeler peut-être que tout cela arrive alors que le PS a encore plus de deux ans pour finir son mandat !

Ainsi, on pourrait interpréter les déclarations de Michel Sapin comme une tentative de calmer l’opposition interne au PS. En effet, en annonçant un déficit plus important que prévu (4,4% du PIB au lieu de 3,8%) et le report ã 2017 de l’objectif de 3% de déficit qu’ils s’étaient donné pour 2015, le gouvernement est en train de déclarer une « décélération » du rythme de l’austérité. Il s’agit précisément de ce que l’opposition interne demandait depuis des semaines, voire des mois. Cependant, il est difficile de prévoir la façon dont le gouvernement compte faire face au déficit puisque pour le moment il ne prétend remettre en question aucune des mesures les plus ouvertement pro-patronat. Quoi qu’il en soit, on commence déjà ã spéculer sur des probables coupes dans le budget de la sante. Autrement dit, il pourrait s’agir d’une manœuvre du gouvernement pour gagner du temps et pour essayer de remonter au moins partiellement dans les sondages et continuer ensuite avec les attaques.

Le gouvernement cherche-t-il ã gagner la confiance du parlement en dépit de celle du patronat ?

Celle-ci est l’une des questions qui se pose la presse du capital financier français face à la crise politique qui traverse le Hollande et les dernières déclarations du gouvernement. En effet, refreiner le rythme de l’austérité pourrait avoir comme résultat revenir sur certaines mesures favorables aux capitalistes, retarder leur application ou simplement qu’on leur exige quelques contreparties (création d’emplois, etc.). Mais la bourgeoisie française semble « allergique » ã ce type d’exigences, surtout en temps de crise et parce qu’elle est en retard sur les réformes structurelles par rapport aux bourgeoisies européennes concurrentes (notamment l’allemande). La Commission Européennes a aussi fait savoir son mécontentement vis-à-vis du gouvernement français.

Cependant, une décélération du rythme de l’austérité ne veut pas dire l’arrêt des attaques contre les travailleurs et les couches populaires. Une preuve de cela sont les négociations qui ont lieu actuellement entre les organisations patronales et les directions syndicales sur les « seuils sociaux ». ceux-ci touchent directement les droits syndicaux des salariés que le patronat voudrait voir « assouplis », « simplifiés », sous prétexte qu’ils seraient une « entrave pour l’embauche ». Ce sujet pourrait en effet devenir un déclencheur de luttes ouvrières et sociales.

Des brèches pour la résistance ouvrière

« Le président affirme en effet qu’il serait contraint de rappeler les Français aux urnes si sa majorité « se dérobe » au Parlement, ou si la rue se mobilisait massivement contre l’exécutif : ‘‘Un genre de Mai 68 ã rebours…’’ » (Le Monde, 10/9). Cette phrase laisse voir très clairement quelles sont les craintes du gouvernement (et de la bourgeoisie) en ce moment.

En effet, au-delà du fait qu’aucune des tendances du PS ne représente une alternative progressiste pour les masses opprimées et exploitées en France, la lutte à l’intérieur du PS de pair avec sa faiblesse politique, peuvent devenir une opportunité pour les classes populaires. Face ã de nouvelles attaques ou même à la tentative d’application de lois qui ont déjà été votées, la résistance des travailleurs et des travailleuses, ainsi que de la jeunesse, pourrait se révéler beaucoup plus puissante que dans cette dernière période. La grève de presque 15 jours à la SNCF en juin dernier a sans doute constitué une anticipation de cela.

10/9/2014.

Notas relacionadas

No hay comentarios a esta nota

Periódicos

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)