FT-CI

Retour sur la grève contre la précarité à la Lufthansa.

Lufthansa : im Streik !

23/09/2012

Par Pierre Voisset

Début septembre, les hubs aéroportuaires de Francfort, Munich et Berlin ont été paralysés par la grève historique des hôtesses et stewards de la Lufthansa, première compagnie aérienne européenne.

Les négociations salariales du mois d’août n’ayant mené ã rien, le syndicat UFO (syndicat indépendant des personnels navigants) a appelé à la grève. Ce jeune syndicat, créé en 1992 à la suite d’une scission de VERDI, le grand syndicat allemand des services, revendique les adhésions des deux tiers des 18000 hôtesses et stewards de la compagnie. Les membres du personnel naviguant se sont mobilisés pour deux journées de grève offensive les mardi 4 et vendredi 7 septembre, avec pour revendications une hausse des salaires de 5% (restés au point morts depuis trois ans), la suppression du recours à l’intérim et l’embauche des intérimaires. La grève de 24 heures du 7 septembre a touché toute l’Allemagne et la moitié des 1800 vols de la Lufthansa ont été annulés, en période de rentrée de vacances. La direction et les syndicats se sont remis à la table des négociations, mais le combat reste en sursis et UFO envisage de nouveaux débrayages à la mi-octobre s’il n’est pas satisfait des concessions de la Lufthansa [1].

Le transport aérien : un secteur stratégique en ébullition

Cette offensive se place dans le contexte bien particulier de la crise profonde du transport aérien en Europe. Se disant « victimes » de la concurrence des compagnies low-cost comme Ryan Air [2], les grandes compagnies nationales, pourtant perfusées d’argent public, se lancent aujourd’hui dans des attaques sans précédent contre leurs employé-e-s, pour augmenter leurs marges. Ainsi Air France a annoncé le 21 juin dernier la suppression de plus de 5122 postes d’ici ã décembre 2013 [3]. Le nombre de départs dits « naturels » étant estimé ã 1700, on peut s’attendre ã plus de 3300 licenciements.

Sous les mots d’ordre de reconquête de la compétitivité et de stratégie de croissance, c’est le « modèle Ryanair » de compression des coûts (entendre des employé-e-s) qui s’étend, pour le grand bonheur des actionnaires qui, comme le souligne le magazine économique Challenge, « préfèrent Ryanair ã Air France-KLM » [4]. Et pour cause : Ryanair est la compagnie aérienne dont le rapport capital/travail est le plus en défaveur des employés. La firme irlandaise ne consacre en effet que 10% de son chiffre d’affaires aux rémunérations des salariés, contre 24,6% pour Lufthansa et 30,6% pour Air France. Par contre, son cours en bourse a augmenté de 700% depuis son introduction en 1998 et sa capitalisation boursière, ã hauteur de 6 milliards d’euros est aujourd’hui six fois plus importante que celle d’Air France KLM.

Lufthansa, pour sa part, a annoncé en mai dernier un plan de suppression de plus de 3500 postes dans ses services administratifs. Derrière ces coupes ã blanc, la stagnation des salaires pour ceux qui restent et le recours toujours plus important à l’emploi précaire, il faut voir la recherche d’un ajustement au modèle économique Ryanair, manifeste depuis la création de sa filiale low-cost, « Germanwings ». En agitant le chiffon des pertes dues à la hausse du prix du carburant [5], la Lufthansa cherche ã faire, contre pertes, profits… sur le dos de ses employés. Mais cette fois, ils ne se sont pas laissés faire.

Offensive contre la précarité.

Offensive, de par sa revendication d’une hausse de 5% des salaires dans un contexte de crise, cette grève de la Lufthansa est aussi particulièrement intéressante, car elle s’est attaquée au recours croissant à l’intérim et à l’emploi précaire.

Cette lutte est ã replacer dans le contexte d’une montée de la conflictualité lors des négociations salariales allemandes (les Tarifrunden). Les syndicats sont contraints à l’action par leur base et en particuliers par les jeunes syndiqué-e-s, souvent intérimaires ou apprentis. Les négociations salariales du printemps dernier avaient été marquées par une série de débrayages offensifs dans les secteurs clés de la métallurgie et des transports publics pour des hausses de salaires. Trahis par les directions syndicales à la manœuvre, quelques miettes furent distribuées, ã peine égales à l’inflation.

Ce recours croissant au débrayage et ã des grèves offensives de 24h lors des négociations salariales pourrait constituer les prémisses d’une poussée généralisée de la classe ouvrière allemande, qui avait été profondément démoralisée par la défaite du mouvement anti-Harz IV. Ces réformes du droit du travail ont été instaurées par le chancelier social-démocrate Schröder dans les années 2000. Véritables plans d’austérité avant l’heure, elles ont contribué ã massifier la précarité au travail et ã supprimer un nombre important d’acquis sociaux.

De par ses revendications (contre le recours à l’intérim et pour l’embauche des intérimaires), cette grève témoigne aussi d’une montée de la subjectivité dans les secteurs des services autour de la question de la précarité au travail qui devient un mot d’ordre rassembleur. Elle est en cela ã rapprocher de la grève anti-précarité emblématique de l’entreprise sous-traitante des hôpitaux de la Charité ã Berlin qui a duré treize semaines de septembre ã décembre 2011 [6]. Lutter contre la précarité, c’est aussi affirmer sa dignité. En ces temps low-cost de promiscuité généralisée (rentabilisation de l’espace cabine oblige), c’est l’ensemble des conditions de travail des stewards et hôtesses qui se dégradent. Ils sont sans cesse agressés et pris ã parti par des passagers et les droits les plus élémentaires leurs sont refusés.

Aussi, la position de force de l’économie allemande, en pleine crise européenne, se fait sur le dos des travailleurs allemands, dont le destin est intimement lié ã celui de leurs voisins européens [7].

L’arrogance de l’impérialisme allemand repose sur l’exploitation croissante du salariat et le développement de la précarité qui divise et affaiblit le prolétariat allemand dans son ensemble. Sur les mêmes chaines de production, dans la même cabine, l’écart de rémunération entre intérimaire et salarié en CDI peut facilement être de 1 ã 3. La prise de conscience de ce qu’est la précarité, c’est-à-dire une stratégie de division, d’écrasement et d’humiliation des travailleurs, est un ressort essentiel qui pourrait préfigurer une montée généralisée de la classe ouvrière allemande [8].

    [1] Source : spiegel.de

    [2] Ryanair est récemment devenu le premier transporteur de passagers en Europe

    [3] Le Monde, 21/06/2012

    [4] Challenges, 30/05/2012, « Pourquoi les actionnaires préfèrent Ryanair ã Air-France-KLM »

    [5] Lufthansa a déclaré 20 millions d’euros de perte opérationnelle au premier semestre 2012. L’année dernière l’entreprise avait cependant fait 114 millions d’euros de bénéfices et devrait finir l’année avec un chiffre d’affaires en hausse de 1,5 milliards d’euros (source SPIEGEL.DE)

    [6] Nos camarades allemands du groupe RIO ã Berlin viennent de publier une brochure sur cette lutte à laquelle ils ont activement participé. Pour la télécharger en pdf : http://www.klassegegenklasse.org/br...

    [7] Cf le numéro de Mai 2012 de la revue Klasse gegen Klasse : http://www.klassegegenklasse.org/kl...

    [8] Pour plus d’informations, n’hésitez pas ã vous rendre sur le site (en allemand) de nos camarades de Rio, qui viennent de publier un article sur la précarité en Allemagne : http://www.klassegegenklasse.org/pr...

Notes liées

No hay comentarios a esta nota

Journaux

  • PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)