FT-CI

Fonctionnaires en grève

La plus grande grève au Brésil depuis près de dix ans

20/08/2012

Par Clarissa Menezes

Le Brésil est secoué par la plus grande grève de fonctionnaires de l’Etat fédéral depuis 2003. Avec plus de trente secteurs impliqués dans le mouvement, ce sont près de 350.000 fonctionnaires qui sont concernés. Nous reproduisons ci-dessous un article de Clarissa Menezes, étudiante de l’Université Fédérale de Rio de Janeiro et travailleuse précaire dans la recherche publique (Fiocruz), publié dans le dernier numéro du journal de nos camarades brésiliens de la LER-QI, Palavra Operária [1].

Un combat qui nous prépare pour affronter les futurs plans d’ajustement

L’opposition très grande du gouvernement à l’égard des grévistes ne s’explique pas seulement en raison de l’impact de ceux-ci sur certains secteurs stratégiques de l’économie du pays. On pensera par exemple à la grève des travailleurs de l’Agence de veille sanitaire (ANVISA) qui a un impact direct sur l’activité portuaire ou aéroportuaire, au mouvement des travailleurs du ministère des finances (« Receita Federal ») ou encore du ministère de l’Agriculture. L’opposition du gouvernement de Dilma Rousseff du Parti des Travailleurs (PT) s’explique également par les plans d’ajustement qui se trament en coulisse.

On estime que près d’une trentaine de secteurs sont actuellement en grève, ce qui représente environ 350.000 grévistes. Le mouvement va des enseignants et personnels techniques et administratifs des universités et des instituts fédéraux, souvent soutenus par les étudiants, aux travailleurs de l’Incra (Institut National de la Réforme agraire), du secteur de la Santé (Funasa, Fiocruz, ANS, Anvisa, DataSUS, Hôpitaux Fédéraux, etc.), de la Sécurité sociale, de la Funai (Fondation Nationale de l’Indien), de l’Agence Nationale du Pétrole, de l’Anatel (télécommunications), en passant par ceux de l’Ancine (Agence Nationale du Cinéma), etc.

Afin de justifier sa charge contre le droit de grève le gouvernement de Dilma Rousseff évoque les salaires soi-disant élevés des fonctionnaires. Une chose est sure : ce n’est certainement pas en rognant sur les acquis sociaux des fonctionnaires que l’ensemble de la classe ouvrière réussira ã avancer et ã faire valoir ses droits. Revendiquer, à l’inverse, l’extension de tous ces acquis à l’ensemble du monde du travail, ã commencer par las travailleurs précaires et en CDD employés au sein de l’administration fédérale, permettrait de démasquer le discours du PT. L’ensemble du monde du travail doit de plus être conscient que l’attaque au droit de grève lancée par le gouvernement pourrait se retourner demain contre les mouvements salariaux dans d’autres secteurs de l’administration, comme la poste, la Banque du Brésil, Caixa Econômica ou Pétrobrás, ou du secteur privé. Une défaite de la grève actuelle des fonctionnaires serait autant de gagner pour le gouvernement Rousseff et la bourgeoisie afin de mettre en place la réforme syndicale et des retraites que le gouvernement du PT a annoncé pour après les prochaines élections locales [2]. C’est pourquoi l’ensemble du monde du travail doit faire entendre un seul et même cri : « funcionalismo somos todos nós », « nous sommes toutes et tous des fonctionnaires » [3].

Quels sont les obstacles ã ce que cette grève devienne une grande grève politique nationale ?

Les directions syndicales majoritaires de la CUT (la plus grande centrale syndicale du pays, liée au PT) et de la CTB (liée au PCdoB) ont pris position contre les mesures prises par le gouvernement Rousseff. Des syndicalistes de la CUT ont même sifflé Gilberto Carvalho, le ministre en chef du secrétariat de la Présidence [équivalent du Premier ministre]. Les travailleurs fédéraux ne doivent pas oublier que ce sont ces mêmes syndicalistes qui, il y a moins de dix ans, ont appuyé Lula dans son offensive contre les travailleurs du service public en 2003.

La grève actuelle est en réalité beaucoup plus une grève concomitante de différentes catégories de travailleurs dépendant de l’Etat fédéral qu’une véritable grève nationale unifiée. Si c’était l’objectif de la CUT, cela ferait longtemps que la centrale aurait appelé ã une Rencontre nationale de l’ensemble des travailleurs en lutte, qu’elle se serait opposée à l’abandon de la grève par le syndicat des enseignants du supérieur (Proifes), ou qu’elle aurait appelé son syndicat le plus puissant, celui des métallos de l’ABC, le cordon industriel de Sao Paulo, ã se solidariser avec la grève. Il n’en est rien. Par-delà les sifflets et les frictions avec Carvalho, le gouvernement de Rousseff continue ã être défendu par la CUT comme « son » gouvernement.

Le rôle du PSOL et du PSTU (les deux principales organisations de l’extrême gauche brésilienne) est d’autant plus réduit qu’en raison du nombre de secteurs en lutte, le poids de la CUT et de la CTB dans les négociations avec le gouvernement est élevé. Cela n’explique en aucun cas cependant pourquoi dans des villes importantes comme Rio de Janeiro, Niteroi ou Sao Paulo, les courants syndicaux liés à la gauche radicale, en l’occurrence le CSP-Conlutas et les Intersindicales, n’aient même pas été à l’initiative d’une coordination élémentaire des secteurs en lutte, par-delà les rassemblements unitaires qui ont eu lieu.

Cela s’explique dans la mesure où ces courants veulent se maintenir au même niveau de revendications économiques que la CUT et ne pas sortir des clous fixés par la plus grosse centrale syndicale. La seule façon de renverser cette situation, ce serait en coordonnant les différents secteurs en lutte. Ce serait la seule façon pour faire pression sur la bureaucratie syndicale et montrer de façon très claire la force et la puissance de la grève. Cela permettrait également au mouvement étudiant de participer de façon beaucoup plus active à la grève des personnels enseignants, techniques et administratifs des universités.

Une telle coordination permettrait au gros des travailleurs de l’Exécutif fédéral mobilisés aux côtés des travailleurs de la Santé, de l’Education ou de l’IBGE [équivalent brésilien de l’INSEE], d’avoir une politique coordonnée afin de créer un rapport de force bien différent avec le gouvernement. Dans leur ensemble, ces travailleurs en lutte auraient la possibilité de montrer au reste du monde du travail brésilien là où se trouvent les vraies injustices de cette société, comment il serait possible d’améliorer réellement le système public de Santé, dénoncer les profits qui se font sur le dos de la population dans le cadre des « plans Santé » (ANS), comment il serait possible de mettre la recherche publique au service de la population et non pas des entreprises pharmaceutiques, etc.

Cela n’a pas lieu avant tout en raison de la politique de la bureaucratie syndicale bien entendu mais également parce que les syndicats dirigés par la gauche antigouvernementale maintient la mobilisation exactement dans les mêmes cadres que ceux fixés par la CUT et la CTB. Il est encore temps cependant pour regrouper l’ensemble des secteurs les plus avancés dans les grandes villes du pays et d’essayer de construire, sur cette base, une grève réellement nationale. Des rencontres au niveau municipal de délégués de base, [dans des villes comme Rio ou Sao Paulo] pourraient permettre de construire une Rencontre au niveau national de l’ensemble des fonctionnaires mobilisés mais également des autres secteurs en lutte comme les métallos de General Motors ainsi que d’autres usines du secteur automobile [4] ou des travailleurs précaires du BTP. A l’appel de la CSP-Conlutas et des Intersindicales, cela permettrait de mettre en difficulté la bureaucratie syndicale et exiger d’elle qu’elle rompe tous ses accords avec le gouvernement et qu’elle mette toute sa force dans la balance pour contrer les attaques.

Nous appelons en ce sens CSP-Conlutas et les Intersindicales ã reprendre cette orientation afin de mettre en place dès que possible des coordinations au niveau municipal et dans chaque Etat afin de mettre sur pied une Rencontre nationale de tous les secteurs en lutte, sur la base des Assemblées générales de secteur et de leurs délégués.

Il faut que la grève des travailleurs du secteur public soit victorieuse !

Pour le droit de grève ! Non au décompte des jours de grève ! Non à la substitution des grévistes par des briseurs de grève !

Pour la mise en place de toute urgence de coordinations municipales et au niveau de chaque Etat, sur la base de délégués, afin d’unifier les différents mouvements en une grande grève commune des travailleurs du secteur public fédéral !

14/08/12

Traduit par CCR4

  • NOTAS
    ADICIONALES
  • [1Voir C. Menezes, « A maior greve do funcionalismo federal em anos. Unificar as greves contra o ataque ao direito de greve e como preparação aos planos de ajuste da burguesia e de Dilma », Palavra Operária n°85, Sao Paulo, 14/08/12, www.ler-qi.org/spip.php ?arti...

    [2Au sujet des prochaines élections locales, voir L. Ventuira, « Une campagne qui occulte les grands problèmes du monde du travail », [« Um cenário eleitoral que encobre os grandes problemas e desafios para a classe trabalhadora »], 11/08/12, http://www.ler-qi.org/spip.php?arti...

    [3Comme nous le soulignons dans l’édito du journal cependant, il existe des secteurs que nous n’appuyons en aucun cas, responsables de la répression des luttes sociales et du contrôle du mouvement ouvrier, en l’occurrence la Police Fédérale et la Police de la route (Policia Rodoviária Federal).

    [4Voir ã ce sujet D. Bocalini, « Le conflit de GM face à l’impact de la crise sur le Brésil », [« O conflito da GM frente ao impacto da crise no Brasil »], 12/08/12, http://www.ler-qi.org/spip.php?arti...

Notas relacionadas

No hay comentarios a esta nota

Periodicos

  • PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)