FT-CI

Opposition au barrage de Sivens

Retour sur les Zadistes

07/11/2014

Retour sur les Zadistes

La résistance au projet s’est construite par l’intermédiaire de plusieurs types d’organisations : le collectif Testet, qui a été fondé dès 2011 pour défendre la zone humide, a de longue date dénoncé la rétention des avis défavorables lors de l’enquête publique par les autorités ainsi que le refus de la part du Conseil Général de tout dialogue avec les opposants ; la Confédération Paysanne, qui s’oppose traditionnellement à la politique agricole de la FNSEA ; des associations écologistes ; et enfin les zadistes, qui occupent le terrain depuis une année déjà .

Si le collectif Testet procède surtout sur le plan juridique en épuisant tous les recours possibles, les zadistes, eux, ont surtout tenté de lutter chaque jour sur le terrain contre la garde mobile qui protègent les machines et les empêche de dialoguer avec les ouvriers présents (pour la plupart étrangers, intérimaires et maîtrisant peu le français). Les zadistes et tous les sympathisants qui les rejoignent régulièrement dans la zone dévastée, quotidiennement victimes de violences policières (flashball, grenades lacrymogènes) mais aussi d’humiliations et d’intimidations, ont ainsi vu leurs affaires personnelles (dont les papiers d’identité) incendiées, la nourriture gazée, les campements détruits, et ce parfois même avant que l’huissier ne soit passé pour procéder à l’expulsion. Beaucoup ont été blessés, et certains hospitalisés (par exemple lors des affrontements de début septembre) avant les événements dramatiques mais prévisibles ayant conduits à la mort de Rémi Fraisse.

La presse et les politiques, jusqu’à José Bové, EELV, ou le Front de Gauche, se sont empressés avec plus ou moins de nuance de pointer du doigt les « casseurs » et de séparer les « bons militants » pacifistes qui rendent hommage ã Rémi Fraisse ã coup de fleurs et de hérissons, des dangereux autonomes violents, tous donnant de fait crédit au discours gouvernemental qui n’a pas hésité ã condamner les violences des manifestants au nom du pacifisme de Rémi Fraisse. A l’opposé de cette dichotomie, sur le plan de la stratégie capable de construire un mouvement d’ensemble contre l’Etat bourgeois, le gouvernement et sa répression, il est surtout déterminant d’analyser comment la forme et les cadres politiques d’organisation des militants zadistes traduisent un réel manque de perspective au plan stratégique, et ce indépendamment de leur positionnement plus pacifique ou plus porté à l’affrontement, formés à l’expérience de Notre-Dame-Des-Landes (élément qui contribue ã expliquer la radicalité des affrontements récents ã Nantes même).

Dominé par une tendance anarchisante et autogestionnaire, les zadistes réduisent en grande majorité le « politique » aux « politiciens », et sur cette base refusent toute structuration qui serait susceptible d’être appuyée, et donc récupérée, par des partis, toutes les organisations politiques étant mises dans le même panier. D’où des contradictions multiples, ã deux niveaux principaux : 1) confusion de la tactique (construction ponctuelle et localisée d’un rapport de forces avec le dispositif policier, au Testet ou dans une manifestation) et de la stratégie (conditions requises pour créer un mouvement global de résistance dessinant la capacité réelle non seulement de stopper, mais surtout de faire plier le gouvernement), confusion donnant lieu ã un activisme de harcèlement des forces de répression ou du capital qui, souvent, s’en trouve autoalimenté. 2) Appels ã une mobilisation « nationale » ou « citoyenne » faisant le pari bien classique d’une multiplicité de soulèvements individuels spontanés sans structuration collective assumée, et en particulier avec refus d’appeler, même au travers d’interpellations critiques, à l’intervention des forces politiques en l’état, organisatrices du mouvement ouvrier et des mouvements sociaux. Et pourtant, seule une stratégie ne faisant pas l’impasse sur ces points de levier permettrait d’initier le mouvement de masse, par-delà l’affaire particulière de ce barrage et la seule préoccupation écologique, nécessaire pour affronter efficacement la politique anti-ouvrière, anti-sociale et destructrice de l’environnement, de ce gouvernement d’assassins à la solde des patrons [voir http://www.ccr4.org/A-une-semaine-du-meurtre-de-Remi-Fraisse-par-la-police-L-Etat-veut-interdire-toute-riposte-collective-contre-son-crime].

Ce gouvernement est la pointe avancée d’une véritable guerre menée, par-delà la criminalisation des « nouveaux djihadistes verts » (selon la formule d’un dirigeant de la FNSEA), contre les travailleurs, les classes populaires, et naturellement contre la jeunesse. De Malik Oussékine ã Rémi Fraisse, de Zyed ã Bouna, il faut bien comprendre qu’il n’hésitera pas ã tuer de nouveau si c’est nécessaire, comme en témoignent les quadrillages militaires et la répression féroce qui a continué de s’abattre sur les récentes manifestations de colère qui se sont déroulées en province et ã Paris. Notre contre-offensive doit être à la hauteur de cette guerre.

04/11/2014

Notas relacionadas

No hay comentarios a esta nota

Periódicos

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)