FT-CI

Pride : L’alliance stratégique des opprimé-e-s et des exploité-e-s, sur grand écran

21/09/2014

Pride : L’alliance stratégique des opprimé-e-s et des exploité-e-s, sur grand écran

Mars 1984 : la plus grosse grève de la dernière période en Angleterre démarre, sous les effets des contre-réformes imposées par la restauration bourgeoise. Les mineurs refusent l’annonce de fermeture de leurs mines et lutteront un an durant, face à la répression sans merci envoyée par le gouvernement Thatcher. En même temps, d’autres souffrent d’une répression similaire : pas question pour la « Dame de fer » d’accepter les pratiques « déviantes » des lesbiennes et gays. Mais c’est ce point commun qui fera leur plus grande force. Et c’est en le comprenant que le jeune militant communiste Mark Ashton va lancer le groupe LGSM : Lesbians and Gays Support the Miners [Lesbiennes et gays soutiennent les mineurs]. C’est ce que raconte superbement le film réalisé par Matthew Warchus, Pride, qui nous fait revivre sur grand écran les difficultés et les avancées capitales qu’a permis cette alliance apparemment improbable.

Le combat contre les préjugés homophobes au sein de la classe ouvrière

Les villages miniers n’ont en effet pas été épargnés par l’idéologie dominante, et le masculinisme du métier renforce les préjugés homophobes. Ainsi pour tout un secteur de LGBT londoniens, les mineurs ne méritent pas leur aide. Le groupe LGSM ne naîtra alors que grâce à la détermination d’une poignée de courageux-euses : que la quête commence ! La répression homophobe et anti-ouvrière a en effet créé un pont entre les deux secteurs, mais un pont barrés d’obstacles, et les bureaucraties syndicales en sont d’ailleurs un des éléments en tentant d’empêcher LGSM d’apporter leur soutien aux grévistes. Mais plus largement, le groupe de lesbiennes et gays devra prouver à l’ensemble des mineurs et de leur famille l’utilité de leur soutien et cassera progressivement les modèles de virilisme, jusqu’à montrer combien tous ces préjugés ne sont que mensonges d’une classe dominante visant à les diviser. Comme le dit très bien l’un des mineurs :« Ils mentent sur nous [mineurs], pourquoi diraient-ils la vérité sur eux [lesbiennes et gays] ? ». Par cette alliance "improbable", c’est l’idéologie dominante qui est finalement ridiculisée.

« Donnez nous du pain, mais aussi des roses »

C’est quand l’une des femmes de mineurs se lève un soir et entame ce chant hérité d’une grève du textile aux États-Unis en 1912, que l’on prend conscience combien leur rôle est primordial. Ces femmes qui sont les « petites mains » des « gros bras », mais dont le rôle est en réalité indispensable à la grève. Souffrant tout autant des privations conséquentes à la grève, elles s’organisent pour populariser la lutte, obtenir des soutiens, trier les dons, gérer les repas... Ce sont également elles, en plus d’un mineur, qui mèneront la bataille en interne pour que les LGSM soient acceptés.

« On a écrit l’histoire ! » Un échec empreint de victoires

Malgré les avancées, les directions syndicales ont manœuvré : le soutien des LGSM ne sera plus le bienvenu. Quelques temps plus tard, au début de l’année 1985, les mineurs perdront face au gouvernement. La fermeture des mines est sans appel, anéantissant au moins pour un temps les forces de la classe ouvrière anglaise, mais l’ouverture d’esprit apportée par cette expérience est une énorme victoire ! Ainsi, à l’heure de la naissance du SIDA, qui renforce la marginalisation des homosexuels, les ex-grévistes, venus soutenir leur compagnons de lutte, prennent massivement le cortège de tête de la Marche des Fiertés, donnant un poids considérable aux revendications de la communauté gay et lesbienne, et politisant fortement la lutte. La même année, une résolution proposant d’inclure les droits des gays et lesbiennes dans le manifeste du parti travailliste, qui avait été rejetée par le passé, est votée, et ce grâce à l’appui inconditionnel du syndicat des mineurs.

De l’autre côté, les mineurs se verront accorder la possibilité de créer des commissions spécifiques LGBT au sein des syndicats, alors que certains d’entre eux, comme on le voit dans le film, en profiteront pour révéler leur homosexualité.

Par ailleurs, la remise en cause des normes sexuelles permettra également une certaine émancipation des femmes. Ainsi la compagne du mineur Sian James accédera à la fac où elle sera diplômée avec succès, et deviendra député travailliste en 2005.

Ce film démontre magistralement la nécessité de l’alliance des secteurs opprimés à la classe travailleuse. C’est par leur soutien mutuel qu’ils ont trouvé la force de lutter jusqu’au bout, pour casser l’idéologie dominante et faire émerger une conscience de classe et de défense de tou-te-s les opprimé-e-s. Le spectateur suit l’aventure exceptionnelle des personnages à l’écran, mais qui, bien plus, représentent la stratégie qui fera la victoire de notre camp social.

Notas relacionadas

No hay comentarios a esta nota

Periódicos

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)