FT-CI

Manifestation ã Nantes contre l’Ayraulport de Vinci : les temps changent ?

26/02/2014

Manifestation ã Nantes contre l’Ayraulport de Vinci : les temps changent ?

A Nantes, la tradition anarcho-syndicaliste fait qu’on déclare la manifestation et son parcours mais qu’on ne demande pas d’autorisation à la préfecture. Résultat des courses : les CRS se sont donc installés sur le parcours d’une manifestation massive pour la bloquer au bout d’un kilomètre. Surtout dès le départ de la manifestation des canons ã eaux blindés derrières des grilles sont installés ã quelques mètres des manifestants. La petite tourelle du canon ã eau pointe alors en permanence les manifestants - sans tirer - pendant que les CRS lancent des grenades assourdissantes et des pétards très régulièrement. Tout cela évidemment sous l’œil d’un hélicoptère volant en permanence ã basse altitude et prenant des photos. La stratégie de la tension et de la provocation policière est évidente, on voit d’ailleurs rapidement que des familles avec poussettes craquent et partent, des enfants pleurent. Les plus pacifiques des manifestants n’ont qu’une seule envie : rentrer dans ce dispositif répressif alors que la manifestation est alors parfaitement bon enfant.

D’autant plus que les manifestants sont nombreux : 20 000 selon la police – seul chiffre reprit dans les médias – mais sans doute bien plus proche des 50 000 personnes, soit plus que pour la manifestation de réoccupation de la ZAD du 17 novembre 2012. Des politiciens de premiers plans sont là , interviewés par des caméras : Mélenchon ou Jean-Vincent Placé qui disparaîtront dès que la manifestation se mettra en marche. Philippe Poutou est également présent mais n’apparaîtra dans aucun journal télévisé.

Sur ce qui s’est passé ensuite, les médias et les politiciens de la bourgeoisie sont unanimes : une bande de « casseur d’ultra-gauche » a saccagé Nantes. Soyons clair, c’est simple : c’est un mensonge. Les destructions se résumaient ã : la vitrine d’une boutique Vinci, une façade de commissariat repeinte, deux engins d’un chantier Vinci brûlé, des impacts sur une BNP, une agence de voyage et une pharmacie, et 4 abris bus brûlés. Voilà le cortège de dévastations décrit par nos médias. Et personne ne pourrait dire vraiment qui a brûlé les abris bus ou les engins de chantiers. Le lendemain toutes les traces de la manifestation avaient disparu à l’exception de la vitrine Vinci. A aucun moment la police n’est intervenu pour tenter d’empêcher les dégradations ou procéder ã des interpellations. Dès le lendemain pourtant la mairie organise des poursuites judiciaires et appellent les commerçant ã faire de même – notamment dans Ouest-France.

Pourtant pendant la manifestation, la vie continue comme à l’ordinaire et la population profite du soleil pour boire en terrasse ou faire ses courses dans ce centre-ville devenu digne du Marais parisien par sa richesse et ses magasins, et cela ã 50 mètres de la manifestation.

Le chiffre du millier de « black block » avancé par le ministère de l’intérieur est tout simplement ridicule même si beaucoup de manifestants ont tenus tête aux CRS qui ont utilisé une véritable armada de blindés lanceurs d’eau – au moins cinq utilisés pendant plus de deux heures. Les CRS n’ont d’ailleurs pas véritablement chargés, ils se sont contentés d’un nuage continu de lacrymo tirés de très loin par des grenades ã fragmentations sans précisions et tombant de très haut. Bien sûr, les CRS ont arrosés sans discrimination, y compris des manifestants cherchant ã partir.

Surtout, l’usage également continu de flashballs et de grenades assourdissantes a blessé un jeune manifestant pourtant éloigné des affrontements et qui n’y participait pas. Le médecin cité par Médiapart parle de flashball. Ce jeune charpentier qui a perdu son œil, aucun média – à l’exception de Médiapart – n’en parle. En revanche, les chiffres de 27 membres des forces de police admis au CHU, sont abonadmment cités, sans plus de détails – peut être pour des entorses après avoir glissés sur les douilles de leurs projectiles ? Deux autres manifestants dont un photographe ont été blessés par des flashballs.

Le message politique le plus clair n’a pas seulement été délivré par le premier Ministre, le ministre de l’Intérieur qui ont parlé de violences inadmissibles – sans évoquer celles de la police - mais par le préfet de Loire-Atlantique qui explique que les associations d’opposants sont devenues « la vitrine légale d’un mouvement armé »….on cherchera vainement des armes autres que les pavés et les feux d’artifices sur les photos prises ce jour-là . L’idée du gouvernement est de diviser le mouvement et cela marche, certaines associations demandant ã ce que les « violences » soient dénoncées avec plus de vigueur.

Rappelons que les Verts participaient officiellement ã cette manifestation, même si plusieurs pancartes les dénonçaient comme des « jaunes ». Nous citerons Julien Durand, porte-parole de l’Acipa, principale association de lutte contre l’aéroport : « L’unité de l’action et de l’opposition se vit tous les jours sur la zone. Nous sortons de six mois d’occupation militaire, qui a occasionné la destruction de maisons, d’outils de travail, la pression militaire sur les habitants de la zone. J’appelle ã mettre à leur juste place les dégradations matérielles de samedi par rapport aux préjudices physiques que nous avons connus. Parmi nous, certains ont perdu un œil et ont eu des orteils arrachés. »

La préfecture de Loire-Atlantique a publié fin 2013 les décrets nécessaires à l’ouverture des travaux mais aucune intervention n’est attendue sur le terrain avant les imminentes élections municipales et européennes. La lutte continue. Cette manifestation, malgré la violence et la tension créée par les forces répressives de l’État bourgeois, n’ont pas empêché une masse de plus en plus importante de se déplacer.

25-02-2014

Notas relacionadas

No hay comentarios a esta nota

Periódicos

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)