FT-CI

« ”‰En Argentine, la gauche anticapitaliste et socialiste commence ã se profiler comme une alternative réelle”‰ »

Interview de Christian Castillo dans L’Anticapitaliste, hebdo du NPA

07/02/2014

Interview de Christian Castillo dans L’Anticapitaliste, hebdo du NPA

Hebdo L'Anticapitaliste 228 · 06/02/2014 Propos recueillis par Virginia de la Siega et Laura Varlet

Entretien. Christian Castillo est membre de la direction du Parti des travailleurs socialistes d’Argentine (PTS). Lors des élections d’octobre 2013, il a fait partie de ces camarades éluEs sur les listes du Front de Gauche et des Travailleurs (FIT) sur lesquelles se sont portées 1,2 million de suffrages (entre 5 et 6”‰% des voix), du jamais vu en Argentine. Venu en Europe le mois dernier, avant l’ouverture de la session parlementaire, Castillo s’est rendu ã Londres, Berlin, Barcelone et Madrid, Athènes (l’invitation d’Antarsya), Toulouse et Paris. Après une rencontre de la revue Contretemps et du mensuel Ideas de Izquierda, a eu lieu une réunion organisée par le NPA à laquelle ont assisté une centaine de militantEs et de sympathisantEs. L’occasion de revenir avec lui sur certains aspects de la situation argentine et sur les leçons que l’extrême gauche internationale peut tirer du FIT.

Au beau milieu des vacances d’été dans l’hémisphère Sud, le gouvernement vient d’annoncer la dévaluation du peso, sur fond d’inflation. Jusqu’à il y a peu pourtant, l’Argentine faisait figure de « ”‰pays émergent”‰ » ayant définitivement tourné la page de la crise de 2001…

On voyait déjà ce tournant à l’horizon. En deux ans, les réserves en dollars de la Banque centrale sont passées de 50 ã 29 milliards de dollars, l’inflation s’élève ã 28”‰%, le tout sur fond de décélération économique. Tout au long de la campagne, le camp de la présidente Kirchner, qui traverse une crise de succession, a répété qu’il n’y aurait pas de dévaluation. C’est pour cela aussi qu’un des axes du FIT a été de dire que les classes populaires devaient se préparer ã un tournant austéritaire, et que pour cela il fallait voter et s’organiser. Nos pronostics sont confirmés par l’offensive de ces derniers jours, qui combine dévaluation et inflation, et qui entame directement le salaire des travailleurs.

On a l’impression, en Europe du moins, que l’extrême gauche n’est pas en mesure de capitaliser électoralement en période de crise. Comment expliques-tu le résultat du FIT”‰ ?

Il y a un mécontentement social vis-à-vis du gouvernement. Le kirchnérisme, au pouvoir depuis 2003, avait fait 54”‰% aux présidentielles de 2011 et n’a récolté que 33”‰% des voix en octobre. Entretemps, il y a eu la grève générale du 20 novembre 2012. Le FIT, lui, a doublé son score sur la même période. On a donc obtenu plusieurs députés dans différentes provinces (j’ai été élu sur celle de Buenos Aires, la plus peuplée du pays), ainsi que trois élus au Parlement. À cela, il faut ajouter le profil d’indépendance de classe qu’a défendu l’extrême gauche au fil des dernières années et le choix, dans le cas du PTS notamment, d’intervenir de façon privilégiée, mais non exclusive, en direction du mouvement ouvrier. L’intervention résolue dans différents phénomènes de la lutte des classes, la présence dans les entreprises et la délimitation claire vis-à-vis des différents secteurs capitalistes, voilà ce qui nous a permis de capitaliser le mécontentement qui existe chez les travailleurs et la jeunesse.

Dans quelle mesure votre campagne a-t-elle été conduite sur un terrain de classe”‰ ?
Ces dernières années, on voyait que, dans les entreprises, les travailleurs votaient aux élections syndicales pour nos camarades et contre la bureaucratie syndicale, mais sans faire le pas, politiquement, de nous appuyer. Aujourd’hui, on est passés ã un déploiement politique supérieur, avec des usines, en banlieue nord de Buenos Aires par exemple, où 20 ã 40”‰% des salariés ont voté pour le FIT et où des dizaines de travailleurs, qui militent avec nous syndicalement, ont participé activement à la campagne. C’est les premières confirmations d’une reprise du militantisme politique au sein du salariat. En Argentine, la gauche anticapitaliste et socialiste commence ã se profiler comme une alternative réelle, non seulement dans les luttes (Zanon, Kraft, chez les cheminots, pour ne prendre que quelques exemples), mais également au niveau politique.

Il existe en Europe un débat au sujet du programme des anticapitalistes, son adaptation ou non ã ce qui serait la phase actuelle. Quelle a été l’orientation du FIT”‰ ?

Je ne vais pas énumérer les 27 points du programme. Disons qu’il consiste en une combinaison de revendications immédiates, sociales et démocratiques, et de revendications transitoires, liées à la perspective stratégique d’un gouvernement des travailleurs.

C’est ce qu’on tracté ã des centaines de milliers d’exemplaires. C’est également ce qui a été porté dans les spots télé, avec deux idées phares”‰ : d’une part que faire élire des députés du FIT, c’est pour renforcer les luttes, pour éviter le malentendu selon lequel il suffirait d’avoir des élus pour résoudre les problèmes”‰ ; de l’autre, que dans un pays où le péronisme a eu un poids décisif dans le mouvement ouvrier, notre orientation est celle d’une alternative politique du monde du travail.

Certains disent que le FIT devrait « ”‰s’élargir”‰ »…

Le FIT regroupe fondamentalement trois courants qui se réclament du trotskysme”‰ : le PTS, le Parti ouvrier (PO) et Gauche socialiste (IS). Ceux qui souhaitent que le FIT « ”‰s’ouvre”‰ » ont souvent eu dans le passé une orientation assez ambiguë de soutien de gauche au gouvernement et ne partagent ni le programme du FIT ni son orientation d’indépendance de classe.

Pour que la crise du kirchnérisme ne soit pas canalisée par la droite, qui a réussi a capté la majorité des voix de l’opposition en octobre, mon parti, le PTS, estime qu’il est essentiel d’ouvrir la discussion sur la construction d’un parti révolutionnaire unifié du monde du travail. Un simple front électoral peut être un outil très important pour l’agitation politique, mais insuffisant pour disputer le pouvoir aux capitalistes.

Et quelles répercussions pour l’extrême gauche, ailleurs dans le monde”‰ ?

Après la crise de 2001, l’extrême gauche argentine est intervenue sur plusieurs terrains”‰ : celui des travailleurs au chômage, pour le PO notamment, et celui des entreprises « ”‰récupérées”‰ », avec Zanon comme exemple, pour le PTS. Les résultats du FIT montrent qu’il est faux de penser que pour obtenir l’appui de franges importantes du monde du travail et de la jeunesse, il faut s’adapter aux programmes réformistes de gestion du capitalisme que défendent Syriza ou le Front de gauche. Ils montrent à l’inverse qu’il est possible d’avancer sur la base d’une orientation posant clairement l’indépendance politique des travailleurs et un programme anticapitaliste pour faire face à la crise.

Dans ce cadre, avec les fermetures d’usines que l’on connaît, défendre la perspective de l’occupation, de la mise en production sous contrôle des travailleurs et de la nationalisation sous contrôle ouvrier (un des slogans de Zanon dont le combat dure depuis 13 ans), eh bien je crois que ça pourrait avoir une vertu pédagogique et politique, que l’extrême gauche en Europe pourrait porter. Je crois aussi que les résultats du FIT, les défis que l’on pourrait relever, pourraient être l’occasion de poser la question, ã échelle mondiale, de la reconstruction d’une internationale révolutionnaire du monde du travail.

Notas relacionadas

No hay comentarios a esta nota

Periódicos

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)