FT-CI

Francia

Hollande : une guerre par an

16/09/2014

Hollande : une guerre par an

S’il y a un terrain sur lequel notre président se montre efficace, c’est bien celui de l’intervention militaire, où il bat des records, si l’on s’en réfère à l’histoire récente de l’Hexagone. Tout d’abord, il y a eu le Mali, puis la Centrafrique, et maintenant la France s’engage aux côtés des Etats-Unis en Irak et prépare d’ores-et-déjà une possible intervention en Libye. Un enchaînement inédit pour la cinquième puissance impérialiste du globe. Bien que sa témérité n’ait pas encore porté ses fruits, Hollande cherche ã faire contrepoids à la mauvaise situation économique et ã son immense discrédit ã échelle nationale, en se montrant ferme sur le plan de la politique extérieure.

Le rôle de la France en Irak

La France prend un poids croissant dans cette opération. Vendredi dernier, Hollande était le premier chef d’Etat ã se réunir avec le nouveau gouvernement iraquien. Parallèlement, des militaires français sont désormais associés à la planification des opérations aériennes au siège de l’Etat-major nord-américain de Centcom ã Tampa (Floride).

Pourquoi la France est-elle tant au premier plan, si sur le plan militaire les Etats-Unis n’ont pas besoin de l’aviation française pour mener ã bien leur intervention ? La réponse réside dans l’avantage politique qu’y trouvent l’un et l’autre. Côté américain, Obama a tout intérêt ã montrer que les Etats-Unis ne sont pas seuls engagés contre les djihadistes. Et effectivement, ã défaut d’intervenir militairement, une vaste coalition d’Etats cherche ã donner une caution politique ã cette nouvelle et dangereuse intervention nord-américaine. Telle était la fonction du sommet coprésidé par l’Irak et la France qui s’est tenu ce lundi 15 septembre ã Paris, en présence des cinq Etats membres permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU et de 39 Etats d’Occident et du Moyen Orient qui participent d’une manière ou d’une autre à la coalition montée par les Etats-Unis. Côté français, le voyage de Hollande, la conférence internationale ã Paris, les quelques bombes bien tirées sur les djihadistes quelques jours après avoir fourni des mitrailleuses de 12,7 mm et de l’aide humanitaire aux Kurdes - le tout devant les caméras du monde entier - sont autant d’éléments qui donnent à la France l’illusion d’apparaître pour un moindre coût sur un théâtre d’opérations où elle n’a depuis longtemps, pas joué de rôle important.

En même temps, la crise iraquienne est l’un des rares sujets, qui sur le plan interne fait consensus au sein de la classe politique française. Ministre de la Défense sous Sarkozy, Hervé Morin, aujourd’hui membre du parti centriste UDI, revendique le rôle de la France dans ce conflit. Récemment, l’ancien premier ministre François Fillon ainsi que Pierre Lellouche, également membre de l’UMP, ont voyagé en Irak pour soutenir les chrétiens d’Orient, une cause populaire dans l’opinion publique. Même Aymeric Chauprade, conseiller politique de Marine Le Pen pour les questions internationales, soutient les attaques nord-américaines et l’implication française.

Bientôt le tour de la Libye

Mais en réalité, la guerre qui intéresse véritablement l’impérialisme français se situe de l’autre côté de la Méditerranée. Il y a quelques jours,Jean-Yves Le Drian,ministre de la défense, a demandé ã ce que la France dirige une opération en Libye, en arguant du fait que le pays était en train de devenir "une sorte de ’hub’ où les groupes terroristes viennent s’approvisionner, y compris en armes, et se réorganiser". En Libye, l’hypocrisie française n’a rien ã envier ã celle des Etats-Unis en Irak. En effet, il y a trois ans, la France et l’Angleterre ont bombardé ce pays avec le soutien logistique des Etats-Unis, en livrant des armes ã une coalition de milices islamistes liées ã Al Qaeda et aux forces tribales pour détruire l’Etat libyen et assassiner son dirigeant, le colonel Mouammar Kadhafi. Aujourd’hui, ces mêmes puissances profitent cyniquement du chaos qu’elles ont semé en l’utilisant comme prétexte pour envahir ã nouveau le pays, soi-disant pour lutter contre les forces islamistes qu’elles ont soutenues en 2011.

C’est pour cette raison qu’il est impératif de rayer de la carte la première cause de tous ces désastres : la domination impérialiste mondiale. Qu’elle soit présentée comme humanitaire et comme une aide aux révolutions arabes, comme ça a été le cas en Libye ; comme la seule issue pour les réfugiés poursuivis et assassinés par les djihadistes comme c’est le cas en Irak ; ou pour freiner le chaos comme actuellement en Libye, ces interventions militaires aggravent les maux auxquels elles prétendent s’attaquer. Par là même, elles ne font qu’ajouter des pays décimés aux terres brûlées que laissent les puissances impérialistes après leur passage. L’état désastreux dans lequel se retrouvent pendant des années les pays cibles des interventions est une démonstration supplémentaire de la décadence de l’impérialisme nord-américain et de son acolyte français – dont les ressources économiques sont plus limitées - qui ne peuvent l’un comme l’autre garantir la moindre stabilité ã ce qu’ils touchent.

15/09/2014

Notas relacionadas

No hay comentarios a esta nota

Periódicos

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)