FT-CI

Hollande et Merkel au parlement européen. Un couple à l’unisson ?

08/10/2015

Hollande et Merkel au parlement européen. Un couple à l’unisson ?

Ce mercredi François Hollande et Angela Merkel sont apparus unis au parlement européen. Sur la crise migratoire les deux chefs d’Etat se sont montré inflexibles, fustigeant les replis nationalistes. Mais derrière le drapeau européiste qu’ils ont brandi, l’Europe forteresse a rapidement donné le ton. Quant au dossier grec, sa simple réouverture fait réapparaître les divergences.

Combattre les tendances souverainistes nationales… pour une souveraineté européenne

« Le nationalisme, c’est la guerre », a lancé François Hollande à la tribune, reprenant le discours de François Mitterrand en 1995 devant ce même Parlement européen. Une position pro-européenne, partagé par Angela Merkel, visant directement la droitisation qui s’exerce en Europe. « Le souverainisme, c’est le déclinisme » a t-il ajouté, s’opposant en premier lieu au Front National, dans un contexte où le déchainement xénophobe de Marine Le Pen atteint des sommets, mais aussi au souverainisme qui se développe à la gauche du Parti Socialiste, de figures intellectuelles estampillé à gauche, comme Sapir ou Onfray, mais aussi à la gauche radicale, et aux positions de Mélenchon. Mais un souverainisme que le président français et la chancelière allemande transposent au niveau européen. Pour François Hollande, « le débat n’est pas entre plus d’Europe et moins d’Europe, mais entre l’affirmation de l’Europe et la fin de l’Europe » tandis qu’Angela Merkel a appuyé cette position appelant à « plus d’Europe », jugeant que « l’Etat-nation » était incapable de relever les défis posés par la crise migratoire.

Un glissement qui appuie, derrière l’humanisme de façade, les politiques réactionnaires d’une Europe forteresse. Renforcement des frontières extérieures et intérieures, hot spots, camps « de transit », équipe de garde-frontières européens, lutte contre les passeurs en méditerranée et remise en cause des accords de Dublin sur l’accueil des demandeurs d’asiles, qu’Angela Merkel a présentés comme « obsolète ». Les positions européistes du couple franco-allemand face à la crise migratoire visent ni plus ni mois à coordonner à l’échelle du continent la lutte contre les migrants, mais aussi la poursuite des politiques impérialistes guerrières à plus grande échelle, Hollande déclarant qu’il serait « dangereux » que l’Europe dans son ensemble ne prenne pas part aux actions sur le terrain. Il faudrait ainsi coordonner les frappes des forces européennes en Syrie et en Irak, dans la droite lignée de l’intervention française.

Des divergences de fond sur la question grecque glissées temporairement sous le tapis

Dès la situation en Grèce abordée, des divergences de fond apparaissent… mais sont rapidement mises sous le tapis. Hollande veut à tout prix éviter un « Grexit », même provisoire comme le proposait Wolfgang Schäuble, ministre des finances allemands. Angela Merkel ne souhaite pas franchir ce qu’elle identifie comme une ligne rouge infranchissable pour Hollande. Peu d’avancées sur ce terrain-là , la prudence est de rigueur pour éviter d’égratigner la fragile unité que souhaitent renforcer les deux impérialismes. La ligne allemande visant à l’accélération de l’intégration au système économique européen de la Grèce, autrement dit une poursuite des réformes dans le cadre de la Troïka sous impulsion allemande, reste toujours de mise. En résumé, faire porter toujours plus le fardeau du remboursement de la dette sur ceux qu’elle écrase déjà .
Le statu quo est également de vigueur en ce qui concerne l’approfondissement de l’union monétaire. Sur ce plan Hollande souhaite la constitution d’une « avant-garde » au sein de l’Union européenne, avec un gouvernement de la zone euro doté d’un budget spécifique et d’un Parlement. Ligne que soutient toujours Angela Merkel, notamment dans le cadre d’une contribution franco-allemande adressée à Jean-Claude Juncker, le président de la Commission Européenne, et visant également les positions du Royaume-Uni de Cameron, sur les questions de politique économique, dans la recherche de convergences économiques, fiscales et sociales et de stabilité des finances et des investissements. Aux antipodes, le premier ministre britannique maintient son appel à une révision des traités, non pas pour renforcer l’Union européenne, mais au contraire pour renforcer les prérogatives des Etats.

Eviter les sujets sensibles, relancer la machine européiste tout en continuant d’agiter l’épouvantail de la crise migratoire, tant bien que mal une position commune face à Cameron sur l’approfondissement de l’union monétaire : tel était leur pari, sur fond d’anniversaire de la réunification allemande. Mais derrière l’appel à une souveraineté européenne, c’est avant tout la coordination plus efficace des mêmes politiques réactionnaires et mortifères, anti-migrants à l’intérieur, impérialistes et militaires à l’extérieur, afin de stabiliser de part et d’autre des frontières, et naturellement la zone du moyen-orient, et d’y préserver les intérêts des classes dominantes, encore et toujours.

Notas relacionadas

No hay comentarios a esta nota

Periódicos

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)