FT-CI

Edito du 31/03/14

Gifle, claque, raclée, Valls… et nous dans tout ça ?

02/04/2014

Gifle, claque, raclée, Valls… et nous dans tout ça ?

Le second tour des élections municipales n’a fait qu’amplifier les résultats du 23 mars. Il marque un cinglant revers pour les socialistes au gouvernement. C’est aussi une avancée de la droite et une percée de l’extrême droite. Il a également été marqué par un fort taux d’abstention reflétant une certaine défiance, en particulier dans les quartiers populaires, vis-à-vis de cette « démocratie au service des riches et des copains », sans pour autant que les listes de gauche, notamment d’extrême gauche, n’en bénéficient.

Hollande et les socialistes : reniements et mauvais coups

Alors, certes, voter ã droite ou à l’extrême droite, c’est voter contre son camp. Mais on peut difficilement reprocher aux travailleur-euse-s et aux jeunes qui avaient pensé se débarrasser de Sarkozy et de sa politique en 2012 en votant Hollande de s’être détourné-e-s de la « gauche » de gouvernement lors du dernier scrutin. Depuis prés de deux ans, c’est coups sur coups que l’on prend dans la figure : Hollande a fait l’ANI, la contre-réforme des retraites, celle des rythmes scolaires, couvre celle de l’assurance chômage et s’apprête ã faire valider le pacte de Responsabilité qui va faire cadeau de 35 milliards d’euros aux patrons et rogner 50 milliards sur les services publics et le budget de l’Etat. Cerise sur le gâteau : le premier flic de France devient Premier ministre…

Une extrême droite qui exulte

Au soir du second tour, Marine Le Pen jubilait : avec une douzaine de villes et prés de 1.200 élus, le F-Haine va pouvoir essayer de démontrer qu’il est un parti de gestion aussi responsable que les autres, juste un peu plus raciste et xénophobe. Cela ne veut pas dire qu’il faille faire le « front républicain » avec la droite ou Valls pour faire barrage au FN. Mais ce score indique qu’il sera un obstacle supplémentaire pour construire l’unité de notre camp, car le FN fait son lit de la division du monde du travail entre les « Français » et les « étrangers », « les assistés » et les « vrais travailleurs ».

La droite, de son côté, laisse le Figaro titrer sur le « tsunami bleu », mais évite plutôt de fanfaronner. L’UMP et ses alliés savent que le vote de dimanche est avant tout un vote par défaut et de défiance à l’égard du gouvernement plus qu’une réelle adhésion à leur projet qui ne diffère guère du social-libéralisme de Hollande.

Mieux que la vague bleue : un gouvernement bleu CRS

Hollande, lui, va faire le choix de « changer » sur la forme, en nous proposant avec Valls un casting gouvernemental plus ou moins renouvelé et « musclé », pour essayer de garder la ligne sur le fond : le Pacte de responsabilité qu’il voudrait voir adopté dès avril, qu’il y ajoute ou non en « contrepartie » un « coup de pouce » en direction des salarié-e-s qui ne sera de toute façon pas à la hauteur de la dégradation de nos conditions de vie, de travail et de salaire depuis 2007-2008.

Sur les plateaux télé, les ténors socialistes ont essayé de se dédouaner de la responsabilité de cette défaite électorale majeure, qui disant que « ça allait trop vite », qui déclarant que « ça n’allait pas assez vite ». La question, fondamentalement, c’est que ça ne va plus du tout !

Il faut faire entendre notre voix !

Pour le dire haut et fort et faire cesser les mauvais coups qui nous tombent dessus, on ne peut ni attendre les prochaines élections européennes, ni déposer une quelconque confiance en Valls et ses ministres ni se tourner vers les meilleurs amis des patrons (la droite) ou les pires ennemis des travailleurs (le FN). La seule façon de faire entendre la voix de notre camp social, ce sera par la mobilisation, sur la durée.

Alors oui, ce n’est pas avec une seule journée d’action isolée, comme celle du 18 mars, que l’on pourra réellement construire le rapport de force, encore moins lorsque les directions syndicales y appellent du bout des lèvres tout en continuant ã participer ã tous les cadres de dialogue possibles et en se gardant de mettre en avant l’opposition au Pacte de responsabilité qui pourrait unifier tout notre camp, travailleur-euse-s du privé, du public et la jeunesse.

Ce n’est pas pour cela qu’il faut délaisser les dates de mobilisation. La prochaine en vue, c’est le samedi 12 avril, pour dire aux côtés de toutes les forces de gauche qui ne sont pas au gouvernement, les organisations ouvrières et les syndicats, notre rejet de la politique du gouvernement, de la droite et de l’extrême droite. Plus un pôle ouvrier, indépendant, combatif et lutte de classe sera fort dans la mobilisation, plus il sera possible à la base d’imposer aux Lepaon, aux Mailly et autres dirigeants tiédards qu’il faut rompre tout cadre de négociation avec le gouvernement et le patronat et organiser sérieusement un calendrier de mobilisations pour faire remballer ã Hollande et Valls leurs politiques d’austérité et leurs cars de flics !

31/03/14

Notas relacionadas

No hay comentarios a esta nota

Periódicos

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)