FT-CI

Francia

Face à la militarisation et les fausses annonces du gouvernement dans le 93, solidarité ouvrière !

23/11/2014

Face à la militarisation et les fausses annonces du gouvernement dans le 93, solidarité ouvrière !

Comme nous le signalions la semaine dernière, la ville de Saint-Denis (93) a été complètement militarisée pour empêcher la mobilisation des jeunes lycéens pour dénoncer les violences policières dans le cadre de la lutte contre l’assassinat de Rémi Fraisse. Cette semaine la militarisation a continué. Des cars de CRS et la police montée dans le centre-ville, des voitures de police aux abords des lycées. Cette fois la militarisation visait notamment la grève et la mobilisation appelée par les syndicats de l’éducation nationale. Pour calmer le jeu la ministre Najat Vallaud-Belkacem annonçait la veille de la grève la création de 500 postes supplémentaires… d’ici 2017 !

La semaine dernière on a assisté à la militarisation de St-Denis. Même à l’intérieur de l’université Paris 8 on a vu la police en civil. Leur objectif était clairement d’intimider le mouvement lycéen et étudiant. En effet, bien que ce dernier ne soit pas encore à la hauteur de la situation (sauf peut-être ã Toulouse), juste la perspective d’un début de mobilisation et convergence avec les lycéens effraye le gouvernement Hollande-Valls. En effet, « c’est la hantise de ce gouvernement comme des précédents : un coup de colère de la jeunesse » (Lejls.com, 17/11/14).

La militarisation de Saint-Denis continue

C’est pour cela que même si la mobilisation étudiante sur St-Denis ã du mal ã démarrer (au moins pour l’instant) et qu’il y avait des signes très clairs qui indiquaient que la dynamique de mobilisation des lycéens avait été stoppée par l’intimidation de la police et, en partie, par la répression au sein même des lycées de la part des proviseurs, la ville de St-Denis continuait militarisée cette semaine. La police montée, la police municipale et les cars de CRS étaient toujours présents dans le centre-ville et devant les lycées.

Il s’agit d’une claire limitation des droits de s’exprimer et de manifester. En effet, même convaincus par la justesse et légitimité de leur contestation, beaucoup de lycéens et lycéennes font part de leurs craintes face aux représailles et intimidations.

Le gouvernement emploie une arme ã double tranchant. En pariant sur le tout répressif en Seine-Saint-Denis la situation risque de se tendre, voire de provoquer une explosion sociale dans les quartiers populaires. Certes, pour le moment l’intimidation et la répression semblent marcher pour le gouvernement, mais on ne peut pas exclure un retournement dans la situation, notamment si des secteurs de la classe ouvrière rentrent dans la lutte.

Les instits et les profs mobilisés et solidaires des lycéens réprimés

Cette semaine le dispositif policier visait notamment la grève et la mobilisation de l’éducation nationale appelées pour le 20 novembre dans le 93. La grève était initialement appelée pour exiger plus de moyens pour l’éducation dans la Seine-Saint-Denis et pour dénoncer les nombreux problèmes et disfonctionnement dans le département (salaires des contractuels et profs stagiaires non payés, manque de personnel, postes non pourvus, etc.).

Cependant, au vu de la militarisation de Saint-Denis et la répression contre les lycéens une réunion unitaire réunissant organisations politiques et syndicales de la ville s’est tenue. Dans celle-ci on a décidé d’appeler ã manifester le 20 au matin dans la ville pour défendre les revendications des profs et pour exprimer le soutien à la mobilisation des lycéens et lycéennes.

Ainsi, 500 personnes dont des parents d’élèves, des profs et des étudiants de l’université de Paris 8 ont défilé dans les rues de la ville avant de rejoindre la manifestation devant le ministère de l’économie ã Paris.

Il s’agit d’un petit exemple mais très important pour faire progresser l’idée de la nécessité de la convergence entre les luttes de la jeunesse des quartiers populaires et de la classe ouvrière.

Les fausses annonces du gouvernement

Alors que pour désamorcer la mobilisation des lycéens du 93 le gouvernement utilisait des « méthodes musclées », pour essayer de calmer le mécontentement dans l’éducation nationale, la veille de la grève, la ministre Najat Vallaud-Belkacem, parmi d’autres mesures, annonçait la création de 500 postes supplémentaires dans le département d’ici 2017. Une blague qui risque de ne faire sourire personne ! Comme déclarait une représentante du Snudi-FO : « Ce sont des effets d’annonce puisque ces recrutements étaient déjà prévus. On ne va pas refuser des créations de postes, mais le retard reste trop important ».

En effet, les problèmes du département ne se réduisent pas simplement au manque de moyens dans l’éducation nationale. Celui-ci n’est qu’un aspect d’une situation sociale globalement désastreuse, résultat d’une politique consciente de marginalisation et ségrégation des couches populaires qui habitent le 93.

S’attaquer aux problèmes structurels du 93 impliquent résoudre la question du chômage, du logement précaire, du manque de services publiques ou la mauvaise qualité de ceux-ci. Mais aussi il s’agit de lutter contre le racisme et la répression d’Etat.

Le gouvernement PS est incapable de s’attaquer ã ces problèmes-là . C’est un gouvernement au service des riches et des classes dominantes directement responsables de cette situation. C’est pour cela qu’il n’a rien d’autre ã offrir que de la répression. C’est le sens profond de la répression brutale qu’ont subi les lycéens du 93 la semaine dernière.

En ce sens, la solidarité totale avec les jeunes mobilisés et la lutte contre la militarisation des villes et des quartiers, de la part du gouvernement national et/ou municipal, est une question fondamentale pour notre classe. Permettre au gouvernement de réprimer les jeunes du 93 c’est le renforcer pour réprimer toute lutte qui remette en cause ses politiques. La solidarité ouvrière et la convergence des luttes sont décisives pour avancer contre les attaques du patronat et du gouvernement ainsi que contre les crimes d’Etat et les violences policières.

22/11/2014.

Notas relacionadas

No hay comentarios a esta nota

Periódicos

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)