FT-CI

TRAVAILLEURS ET ÉTUDIANTS UNIS

Chili. La mobilisation pour une éducation publique pour tous s’amplifie

19/06/2015

Chili. La mobilisation pour une éducation publique pour tous s’amplifie

Pour la cinquième fois depuis avril, des centaines de milliers d’étudiants et de professeurs sont descendus dans les rues de Santiago pour exprimer leur rejet des réformes du système éducatif proposées par le gouvernement socialiste dans le cadre d’une mobilisation qui secoue le Chili depuis mi-avril. Environ 150 000 personnes ont de nouveau défilé ã travers le pays le 17 juin contre le projet de « Carrera Docente », pour l’éducation publique de qualité pour tous et contre l’intransigeance du gouvernement.

Une nouvelle manifestation massive pour l’éducation gratuite, publique et universelle

Les manifestants se sont retrouvés un peu après 11 heures à la Plaza Baquedano en plein cœur de Santiago et ont progressivement remonté l’avenue Cardinal Caro jusqu’à Estación Mapocho, gare abandonnée devenue aujourd’hui centre culturel. Cette nouvelle manifestation a été appelée par le syndicat des enseignants et soutenue par la Coordination Nationale des Élèves du Secondaire (CoNES) et la Confédération des étudiants de Chili (CONFECH), ainsi que par diverses fédérations syndicales. Dans un symbole de solidarité fort, les élèves de divers lycées et les étudiants ont notamment manifesté aux côtés des enseignants.

Cette nouvelle manifestation a surtout témoigné de l’unité entre enseignants et étudiants qui commence ã s’installer au sein du mouvement. En effet, ces deux secteurs se battent contre les réformes du système éducatif proposées par le gouvernement socialiste. En ce qui concerne les enseignants, c’est la Carrera Profesional Docente, ce nouveau règlement de l’évolution des carrières des enseignants en fonction d’évaluations successives et de primes d’encouragement, qui cristallise le mécontentement.

Quant aux étudiants, malgré les annonces timorées du gouvernement en matière de gratuité de l’université pour les personnes les plus démunies, ils revendiquent une véritable réforme en profondeur du système éducatif chilien, largement privatisé, extrêmement inégalitaire et hérité de la dictature d’Augusto Pinochet.

Une mobilisation qui s’amplifie et s’étend devant l’intransigeance du gouvernement

En dépit de l’ampleur de la mobilisation, le gouvernement et le Ministère de l’Éducation restent intransigeants et refusent de faire la moindre concession. Certains hauts fonctionnaires sont allés jusqu’à déclarer « ne pas comprendre le mouvement » piloté par les enseignants. Pis encore, lorsque le gouvernement décide de répondre, c’est uniquement par une répression policière brutale.

Un comité tripartite chargé de négocier et de trouver une issue au conflit a été mis en place par le gouvernement, mais son objectif principal est avant tout de trouver le moyen pour mettre fin à la grève des enseignants sans satisfaire aucune des revendications.

La mobilisation s’est poursuivie le 18 juin avec une journée nationale de grève et de mobilisation appelée par l’Union portuaire, SITECO, les travailleurs forestiers, la coordination nationale des travailleurs No+AFP, CONFECH et Ukamau. Des barricades ont été dressées ã Santiago, des ports bloqués ã travers le pays et des manifestations tenues pour exiger l’abrogation de la nouvelle loi sur la pêche, des réformes du marché du travail en faveur des travailleurs et une réforme du système éducatif, mais surtout pour dénoncer « la corruption et l’incapacité du gouvernement ã apporter des réponses aux problèmes rencontrés par tous les travailleurs ».

L’entrée d’autres secteurs du mouvement ouvrier dans la mobilisation renforce considérablement celle-ci. Pour qu’elle continue ã s’amplifier, il faudrait renforcer les coordinations des étudiants et des travailleurs comme l’Assemblée des mobilisé-e-s qui s’est créée ã Santiago. Les organisations syndicales et étudiantes mobilisées doivent imposer une grève nationale capable d’unifier les diverses revendications. Pour l’instant, l’Assemblée nationale des enseignants a reconduit la grève illimitée et les étudiants continuent ã occuper leurs universités. Ils savent que leurs revendications ne seront satisfaites qu’à travers une mobilisation nationale unie et de grande ampleur.

Notas relacionadas

No hay comentarios a esta nota

Periódicos

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)