FT-CI

CPN du NPA des 14 et 15 mars

CPN du NPA : Pourquoi nous n’avons pas voté la motion sur la Grèce

27/03/2015

CPN du NPA : Pourquoi nous n’avons pas voté la motion sur la Grèce

La situation grecque a été un grand sujet de débat au sein de l’extrême-gauche, et ce à l’échelle internationale. En ce qui concerne le NPA elle a traversé fortement nos débats de Congrès, que ce soit ceux sur la situation internationale, ou ceux sur les questions stratégiques que nous avons décidé d’ouvrir.

Notamment parce qu’elle réactualise les débats autour de notre hypothèse de pouvoir en tant qu’anticapitalistes et révolutionnaires. « Gouvernement anti-austérité » ? « Gouvernement anticapitaliste soutenu par des mobilisations » ? Quels rapports entre les institutions et la lutte extra-parlementaire ? Sous quelles conditions cela peut se justifier de participer ã un gouvernement élu dans le cadre des institutions actuelles ? Quelle attitude des révolutionnaires face ã des formations politiques telles que Syriza et Podemos, que certain-e-s ici ont choisi de désigner par la formule de « nouveaux réformismes » ?

Tous ces débats sont encore en grande partie devant nous mais nous devrions commencer par tirer le bilan des positions et des pronostics défendus par les uns et les autres pendant la période du Congrès. Les camarades de la P1 nous expliquaient à l’époque que l’on ne pouvait pas soutenir le peuple grec sans soutenir Syriza et Tsipras, et ont fait presque un casus belli du refus majoritaire au sein du CE de participer au meeting de la salle Japy. Ces mêmes camarades affirmaient également que l’élection de Tsipras allait encourager les luttes, que son élection était une bouffée d’air frais pour les peuples de toute l’Europe et (en paraphrasant un célèbre passage du Programme de Transition) qu’on ne pouvait pas exclure que la direction réformiste de Syriza soit poussée par les évènements ã aller plus loin que ce qu’elle aurait voulu dans sa rupture avec le capitalisme. Certains se sont même lancés sur des généralisations expliquant qu’il était très probable que les prochains processus révolutionnaires soient déclenchés par des victoires électorales. Il nous semble que le moins qu’on puisse dire aujourd’hui c’est que la réalité a réfuté sans appel l’ensemble de ces positions.

Nous avons tout de même considéré que si un pas en avant, même partiel, pouvait être fait pour tirer des conclusions de l’évolution de la situation en Grèce et définir des axes pour une politique du NPA, ce serait positif. Surtout si cela permettait de mettre le parti en ordre de bataille pour une campagne internationaliste de soutien aux travailleurs et au peuple grecs pour l’annulation de la dette que nous appelions de nos veux depuis plusieurs semaines. C’est dans cet état d’esprit et dans une démarche constructive que nous avons participé à la commission chargée de travailler sur une motion là -dessus.

Mais malheureusement ce n’est pas ce qui s’est passé. En partie du fait de renoncements des camarades de la P2 présents dans cette commission sur des positions et formulations qu’ils avaient eux-mêmes proposées, le résultat est un texte qui, certes, ne correspond pas à l’ensemble des positions de la P1, mais reste confus et imprécis et surtout ne permet pas de définir une position du parti et d’éviter les débats récurrents ã chaque fois qu’il faut se prononcer sur la signature d’un appel ou la participation ã une initiative.

Ainsi, le texte approuvé par le CPN refuse d’appeler la capitulation de Tsipras devant l’Eurogroupe par son nom, ce qui, loin de tout faux prétexte terminologique, sert ã poser les jalons pour une politique de « pression » sur un gouvernement « en dispute » comme le définit d’ailleurs clairement le texte : « Seule la mobilisation populaire sera capable de contraindre le gouvernement ã rompre son accord avec la Troïka afin d’imposer la rupture avec l’austérité ».

Non, nous ne partageons pas cette vision des choses dont la conclusion logique est une politique de soutien critique au gouvernement Tsipras. Nous sommes persuadés que, comme nous l’avions prévu lors de nos débats de Congrès, l’élection de Tsipras a joué surtout le rôle de canaliser sur le terrain institutionnel le mécontentement populaire avec l’illusion d’obtenir par ce biais ce que les masses n’ont pas pu obtenir dans la rue. Que la coalition avec l’ANEL n’est pas un fait anodin mais au contraire confère ã ce gouvernement un caractère de conciliation de classes qui ne pouvait pas présager de bonnes choses pour la classe ouvrière et les couches populaires. Qu’il s’agit dans cette situation de rester parfaitement indépendant du gouvernement pour pouvoir préparer des rebonds du mouvement de masses qui auront lieu bien plus probablement en opposition à la politique menée par Tsipras-Kammenos qu’en son soutien, aussi critique soit-il. Ou encore face ã une sortie « accidentelle » de la Grèce de la zone euro, variante qui ne correspond pas aujourd’hui à la politique de l’Eurogroupe… mais encore moins de Tsipras.

Daniela (93) Elise (93), Gaétan (31), Guillaume (75), Laura (93), Sarah (75) et Vincent (68) - élus CPN du CCR

Notas relacionadas

No hay comentarios a esta nota

Periódicos

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)