FT-CI

Manuel Georget, dirigeant syndical de la CGT dissidente, dans le journal Página/12 de l’Argentine

"Nous sommes capables de produire et de payer des salaires"

22/08/2010

Lorsque l’on lui demande quels sont ses origines politiques, il se reconnaît dans la lutte de sa famille polonaise contre le régime nazi. Il travaille, depuis très jeune, dans le site que le fabricant de téléviseurs Philips possède ã Dreux. C’est dans cette ville qu’il a commencé son militantisme syndical, lorsque le xénophobe Front National de Jean-Marie Le Pen grimpait dans les sondages pré-électoraux.

Avant le meeting pour le 70° anniversaire de l’assassinat de Léon Trotsky, qui aura lieu demain dans le micro-stade de Racing Club, Manuel Georget –dirigeant syndical de la CGT dissidente- a rencontré Página/12 dans le local central du Parti des Travailleurs Socialistes (PTS). "Je fais partie de ce que l’on appelle en France « la génération perdue" ou "génération Mitterrand », qui dans les années 80 a vu arriver le néolibéralisme avec une forte attaque contre les travailleurs", a souligné le promoteur de la Tendance Révolutionnaire du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA).

Qu’est-ce que vous a amené ã créer la CGT dissidente ?

- Un grand désaccord avec la politique de la CGT nationale, dirigée avec une attitude réformiste par Bernard Thibault, qui face aux attaques du néolibéralisme a trahi les intérêts des travailleurs.

Vous avez sûrement vu le film « Ressources Humaines » qui propose l’optimisation de la production en réduisant la journée de travail…

- La situation en France est plus grave encore. Des grands groupes comme Philips sont en train de détruire l’industrie française en la délocalisant vers d’autres pays, en sous-traitant sa production pour précariser et exploiter davantage les travailleurs français et de l’Est européen.

L’année 2009 a été marquée par des suspensions ou des licenciements partiels en Europe. Est-ce que c’est ã ce moment-là que vous avez pensé au contrôle ouvrier comme alternative ?

- C’est une idée que j’avais d’avant. En 2008, ã partir de la grève chez Philips qui s’est soldée par le licenciement de près de 300 travailleurs et, dans le cadre des conflits de 2009, nous avons commencé ã discuter cette alternative (la seule qui permettait maintenir les postes de travail) avec mes camardes du syndicat et avec d’autres travailleurs qui n’avaient jamais participé d’une grève.

Quels défis posait cette mesure ?

- En plus du contrôle sur l’outil de travail, a surgi l’idée du contrôle des travailleurs sur ses propres vies et sur l’Etat. L’expérience de Philips a inquiété le gouvernement et le patronat. Cette expérience a démontré que les travailleurs sont capables de produire et de payer ses propres salaires.

L’expérience de Philips et de Zanon sont-elles comparables ?

- Dans le conflit de Philips il a manqué un parti qui puisse apporter la solidarité d’étudiants et de secteurs populaires. En revanche, Raul Godoy ã Zanon a eu le soutien du PTS, son parti.

En mars on a occupé des usines en France où l’on a séquestré les patrons.

- Depuis 2008 cette expérience a eu une contradiction. Les travailleurs séquestraient les patrons pour négocier des indemnités de départ. Suivant cette logique on crée un martyr : le patron séquestré. Si l’on dénonce les crimes du patronat cela pourrait être une bonne méthode.

Dans le cadre de la crise économique, comment imaginez vous le futur des travailleurs européens ?

- Ils doivent se préparer parce qu’il y aura une "guerre de classes". Je ne pense pas que l’utilisation de ces méthodes soit la meilleure préparation pour la lutte contre les patrons. En tant que militant j’essaye apporter une conscience de classe pour rompre avec le fatalisme et la résignation d’accepter l’argent sale des indemnités de départ.

La gauche ne devrait-elle pas critiquer son atomisation politique face à la progression de la droite en Europe ?

- Surtout il faut faire l’autocritique des partis qui n’accompagnent pas les luttes des travailleurs. Aussi des secteurs de gauche qui soutiennent de plus en plus les politiques de droite.

La crise économique a mobilisé une vague de chauvinisme parmi beaucoup de travailleurs européens.

- Dans les années 80, il y a eu une grande grève dirigée par des travailleurs immigrés dans une usine de Citroën et c’est le gouvernement de Mitterrand qui a diffusé l’idée selon laquelle les musulmans voulaient prendre le pouvoir en France. "Universités seulement pour les français » ou « travail seulement pour les français" sont des mots d’ordre qui datent des années 30. La crise tend ã approfondir ces tendances. Pour décharger la crise sur les travailleurs, le capitalisme connait deux alternatives : une de Front populaire qu’implique la collaboration de classes ; l’autre qui va vers le fascisme.

Notas relacionadas

No hay comentarios a esta nota

Periódicos

  • PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)