FT-CI

Program européen

La lutte pour les Etats-Unis Socialistes d’Europe

18/02/2006

La lutte pour les Etats-Unis Socialistes d’Europe
L’unité de l’Europe et les marxistes révolutionnaires
Document Programmatique de la FT-Europe

Elaboré en 2005. Publié en Février 2006

L’Union Européenne après les “non” français et hollandais.

Plus que jamais, avec le processus de ratification du Traité Constitutionnel Européen (TCE), la discussion sur le devenir de l’Union Européenne (UE) et quel type d’Europe doit se construire se retrouve au centre du débat politique. Sortant des couloirs bruxellois, des bureaux des commissaires ou des sommets périodiques entre ministres ou chefs d’Etat et de gouvernement, le débat s’est invité sur la place publique, au-delà de l’impasse que représentaient pour les classe laborieuse et la jeunesse le « oui » comme le « non » proposés au vote lors des référendums français et hollandais. Dans les pays où le processus de ratification devait être sanctionné par les urnes le débat a laissé libre cours à la démagogie bourgeoise des partis de gauche et de droite et de leurs intellectuels organiques qui prétendaient de concert qu’avec l’adoption du texte giscardien une Europe politique, démocratique, de la paix et des acquis sociaux sortirait renforcée. Ce débat a également suscité, de manière inattendue, un fort mouvement confus de vote de protestation populaire aux caractéristiques poly-classistes au sein duquel le discours pour une autre Europe, moins libérale et plus sociale, a pris pied. En même temps, le débat a aussi réveillé de manière contradictoire les vieux démons du chauvinisme, du racisme et du nationalisme, présents dans les discours des partis de gauche et de droite qui prétendaient défendre les spécificités nationales des pays impérialistes soumis au vote, défendant au nom d’une espèce de souveraineté nationale la construction d’une Europe qui représenterait une protection contre la « globalisation néo-libérale », la fuite des emplois, les délocalisations, le danger de l’entrée de la Turquie dans l’UE ou la concurrence chinoise et asiatique. Ce qui est sûr, c’est que ce débat a polarisé et politisé toute la société.

Dans ce débat, divers projets “alternatifs” à l’UE actuelle se sont affrontés. Cependant, les partisans du « non » défendaient dans leur grande majorité -ou du moins ne remettaient pas en question- le caractère impérialiste des Etats qui structurent l’UE. Cela était également le cas des partisans du « non » de gauche qui prétendaient se différencier ã bon compte du « non » de droite en se contentant d’appeler ã former « de nouveaux rapports avec les pays du Sud ». D’autre part, les partisans du « non » en général défendaient la lutte pour une place préférentielle de leurs monopoles nationaux sur le marché mondial aux dépends des blocs impérialistes concurrents. En réalité, tous ces projets bourgeois alternatifs à l’UE actuelle ne différaient du TCE que sur la question de la défense de ces intérêts et de la manière ã construire un consensus au sein des classe subalternes d’Europe afin de mener ã bien ce projet impérialiste, qui derrière un discours ouvertement droitier, qui derrière un discours pseudo-progressiste.

L’impact du « non » comme la perte pour la social-démocratie allemande de son bastion historique de Westphalie et le match nul électoral entre CDU/CSU et SPD à la suite des élections fédérales de septembre sont ã mesurer ã échelle continentale, dans le cadre d’un ralentissement économique important qui frappe cinq des principaux pays européens, dont l’Italie, pays au bord de la récession pure et simple.

Il est vrai que la victoire du « non » en France et en Hollande est symptomatique. Elle est ã insérer dans un contexte de lent déplacement ã gauche des masses qui s’est manifesté sur le plan électoral au cours des dernières années. On songera dans ce sens aux tous derniers résultats de Respect en Grande-Bretagne, du Bloc de Gauche au Portugal, du Linkspartei-WASG en Allemagne. Cette translation sur la gauche s’est également manifestée sur le terrain social, avec le rôle joué par le mouvement anti-globalisation dans certains pays puis le mouvement anti-guerre, ainsi que sur le terrain des luttes ouvrières, avec des phénomènes avancés d’avant-garde en Italie, des luttes importantes en France en 2003 et 2004 et les grèves générales de la péninsule italienne, en Grèce, ou en Hollande, pour ne citer que quelques exemples. De plus, la victoire du « non » souligne ã nouveau la tendance à la crise des mécanismes de représentation démocratique-bourgeois frappant les pays d’Europe les plus importants.

Les effets réels du “non” ont en fait été une accélération des temps politiques qui ont mis en lumière les contradictions structurelles auxquelles font face les bourgeoisies impérialistes du continent et qu’elles sont bien incapables de dépasser ã moyen terme malgré la lutte exacerbée que mènent l’axe rhénan d’une part -Paris et Berlin- et la Grande-Bretagne de l’autre pour le leadership européen. Cette lutte intestine ne naît pas uniquement du problème stratégique de l’orientation de l’UE par rapport ã Washington et de la question du rythme de l’approfondissement des contradictions entre les deux blocs. Cette bagarre est également liée aux dissensions internes existant entre les pays européens et le renforcement conjoncturel du projet blairiste par rapport ã celui de l’axe rhénan. Cette lutte révèle en tout cas qu’en l’état actuel des choses, malgré les contradictions objectives existant entre les différents blocs bourgeois au sein de l’UE candidats ã son leadership, ces blocs en question ne peuvent sortir du cadre actuel et politique qu’ils ont contribué ã construire depuis un demi-siècle et qui aujourd’hui sert de plateforme défensive bien que toujours plus offensive face aux blocs antagoniques externes. Cependant, en même temps, les blocs impérialistes internes à l’UE ne peuvent se mettre d’accord sur la manière de renforcer structurellement l’échafaudage économique et institutionnel actuel. Il s’accordent en revanche tous sur le fait que pour mener ã bien la bataille externe pour le marché mondial -avec des rythmes et une intensité distincts-, il est nécessaire d’augmenter les attaques sur le front interne, contre la classe ouvrière dans son ensemble, et contre son pré carré -les pays d’Europe Centrale et Orientale (PECO)- et ses zones d’influence en Asie, Afrique et Amérique latine. Plus que jamais, la crise actuelle que traverse l’Europe met en lumière le caractère relatif de l’intégration à laquelle sont arrivés les pays centraux d’Europe occidentale depuis la naissance du projet européen après-guerre. En même temps, elle met également en lumière le caractère contradictoire et fictif de cette intégration.

Les tâches des marxistes révolutionnaires et la lutte pour les Etats-Unis Socialistes d’Europe

En tant que marxistes révolutionnaires nous entendons réaffirmer, en reprenant l’étendard de la Troisième et de la Quatrième Internationale, que seul la classe ouvrière d’Europe saura tracer le chemin d’une unification authentique du continent. Pour ce faire, elle devra liquider le plus grand obstacle s’opposant ã cette unification : les différents capitalismes nationaux, retranchés derrière leurs Etats, qui aujourd’hui s’accordent pour unir leurs destins afin de mieux concurrencer les blocs impérialistes antagoniques externes -Etats-Unis, Japon- mais qui ne conduiront en dernière instance qu’aux guerres et aux destructions que le continent a déjà connues dans le passé. Le capitalisme, disait Jaurès, porte la guerre comme la nuée l’orage. Bien que la phase actuelle du capitalisme ne soit qu’à de fortes frictions économiques entre blocs impérialistes et ã des dissensions géopolitiques directes et indirectes dans différentes régions périphériques de la planète, non seulement l’UE n’unifie pas le continent mais elle prépare également les affrontements de demain.

Si la bourgeoisie continue de vouloir approfondir d’une manière ou d’une autre son projet d’intégration européenne, pour le monde du travail cela ne signifiera que plus de pertes d’acquis, plus de précarité, de chômage et de misère. Afin de ne pas laisser la possibilité ã ce que la concurrence impérialiste actuelle ne s’accentue toujours plus et nous amène ã des affrontements plus importants dont nous serons les premières victimes comme nous l’avons déjà été au cours des deux guerres mondiales, nous devons prendre en main la tâche historique de l’unification du continent, ce qui impliquera une lutte implacable contre les bourgeoisies, leurs gouvernements et la lutte pour le pouvoir politique dans les pays d’Europe.

La bourgeoise n’est pas en train de construire l’Europe de la paix, de la démocratie et des droits sociaux. L’Europe de la paix qu’elle a construit, c’est celle qui a bombardé Belgrade et l’Afghanistan, celle qui mène une guerre inégale et sans pitié contre nos frères et sœurs de classe en quête d’une vie meilleure en les noyant au large des côtes européennes. L’Europe démocratique qu’elle a construite, c’est celle de la « lutte antiterroriste » coordonnée entre ses différents services de renseignement et de police, celle de la négation systématique des droits démocratiques des immigrés. L’Europe des droits sociaux qu’elle a construite, c’est celle de la liquidation du vieux pacte social de l’Etat Providence qui a été remplacé aujourd’hui plus que jamais par une brutale offensive rimant avec précarité, chômage et misère, notamment pour les secteurs les plus exposés des classes subalternes et du prolétariat.

Comme le soulignait Trotsky en 1929, « l’avant-garde du prolétariat européen dit ã ses maîtres actuels : pour unifier l’Europe, il faut avant tout arracher le pouvoir de vos mains. Nous le ferons. Nous unirons l’Europe. Nous l’unirons contre le monde capitaliste hostile. Nous en ferons la première puissance du socialisme militant. Nous en ferons la pierre angulaire de la fédération socialiste mondiale ».

C’est en ce sens que nous présentons ici en vue de sa discussion, propagande et de l’action, vis-à-vis des autres courants politiques revendiquant la perspective de la révolution ouvrière et socialiste, vis-à-vis de l’avant-garde ouvrière et de la jeunesse, des secteurs les plus combatifs des opprimé-e-s, ce programme -adopté par la Troisième Conférence de la Fraction Trotskyste pour la Quatrième Internationale en avril 2005 et actualisé à la suite de la victoire du « non » en France et en Hollande-, un programme qui entend défendre la seule issue viable pour le continent, le combat pour les Etats-Unis Socialistes d’Europe.

Septembre 2005.

1. En guise de définition, contextualiser les positions historiques de la Troisième Internationale et de Trotsky

L’UE actuelle plonge ses racines dans la vieille Communauté Economique Européenne (CEE) qui s’est transformée radicalement et qualitativement au cours des ses trente années d’existence. Il s’agit d’un accord interétatique des pays impérialistes d’Europe occidentale afin de lutter pour la domination des marchés mondiaux au détriment des blocs impérialistes concurrents, les Etats-Unis et le Japon, dans le cadre du déclin hégémonique de Washington depuis la seconde moitié des années 1970. Cet accord interétatique entre bourgeoisies impérialistes est né dans un contexte bien particulier. Les classes dominantes des pays d’Europe occidentale sont bien conscientes que seules et isolées les conditions de possibilité de la lutte pour les marchés contre leurs concurrents les plus importants sont inexistantes. Cela ne signifie pas que l’UE, au cours de cette première phase de concurrence pacifique de lutte pour les marchés constitue un système d’alliances définitif derrière lequel les bourgeoisies défendront ã mort et par tous les moyens leurs intérêts contre leurs rivaux dans un second temps. Les changements d’alliance entre impérialismes au cours de la décennie précédent la Première Guerre Mondiale mais aussi au cours des années 1930 démontrent que les systèmes d’alliances sont extrêmement complexes et que ce qui prime en dernière instance, entre des impérialismes aux intérêts antagoniques en lutte pour la domination et l’hégémonie mondiale, c’est la défense des intérêts nationaux contre le concurrent impérialiste le plus immédiat. Cependant, en se basant sur l’UE, cette plateforme économique et politique qui constitue la première puissance économique mondiale ã bien des égards, les bourgeoisies européennes se sentent en meilleure position pour faire face au géant américain. A cela il est nécessaire d’ajouter l’annexion formelle, depuis mai 2004, de huit pays de l’Est européen qui ne sont rien d’autre que la tête de pont de la pénétration capitaliste ouest européenne en direction du reste des pays semi-colonisés de l’Est dont font partie les PECO et les anciennes républiques soviétiques limitrophes de la Fédération russe dont les tendances centrifuges son plus évidents que jamais face à la force d’attraction du capital occidental.

Après la Première Guerre Mondiale, face aux tentatives des bourgeoisies européennes de réorganiser le continent afin de sortir de l’impasse de la crise économique et face à l’émergence des Etats-Unis comme puissance hégémonique mondiale, la Troisième Internationale de Lénine et de Trotsky soulignait que seul le prolétariat, avec ses alliés de classe, serait capable de mener ã bien cette tâche inaccessible pour la bourgeoisie à l’ère du capitalisme impérialiste. Aujourd’hui cependant, nous nous trouvons face ã une étrange animal, l’Union Européenne, dont la réalité économique, politique et sociale va bien au-delà des rêves utopiques réactionnaires des congressistes bourgeois paneuropéens des années 1920, au-delà des simples unions douanières multilatérales que la bourgeoisie mondiale a construit au cours de la seconde moitié du XX° siècle. L’existence de l’UE infirmerait donc les positions historiques de la Troisième Internationale et de Trotsky ? En aucune manière, car plus que jamais, dans le contexte actuel d’accroissement des tensions et des frictions inter-impérialistes, seule la classe ouvrière d’Europe a la possibilité d’unifier réellement et authentiquement le continent. Cependant, le cadre et la réalité actuels de l’UE comme le débat européiste -mené ã droite comme ã gauche par ceux qui veulent occulter le contenu réel de l’UE- font qu’en tant que révolutionnaires nous ayons ã répondre politiquement ã ce défi renouvelé, dont l’expression est plus complexe que les projets européistes auxquelles ã répondu avec justesse la Troisième Internationale en maintenant le cap stratégique, encore valable aujourd’hui, des Etats-Unis Socialistes d’Europe. Cette revendication est intrinsèquement liée à la classe sociale capable de mener ã bien ce projet. Les Etats-Unis Socialistes d’Europe sera le couronnenement d’un processus révolutionnaire qui commencera dans un ou plusieurs pays d’Europe et finira par l’unification continentale.

2. De l’importance de Mister Marshall et des Trente Glorieuses

2.1. Des Communautés Européennes...

L’UE actuelle est liée par sa fondation aux Communautés Européennes, notamment à la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier (CECA, 1952) et à la Communauté Economique Européenne (CEE, 1958). Ce qui est surprenant et apparemment paradoxal c’est que ce qui sert aujourd’hui de plateforme politique défensive des intérêts des bourgeoisies centrales d’Europe de l’Ouest -et notamment de l’axe rhénan- s’est construit sous le parapluie et dans une certaine mesure la tutelle économique, militaire et politique de l’impérialisme américain qui était sorti grand vainqueur de la Seconde Guerre Mondiale. La CECA représentait une tentative de gérer régionalement deux productions stratégiques clefs considérées comme à l’origine des deux conflits mondiaux en Europe. La CECA et par la suite la CEE n’étaient en fait que les produits indirects du Plan Marshall (1948), de l’Organisation Européenne de Coopération Economique (OECE, 1950) et de la volonté de voir, de la part des Etats-Unis, la « constitution d’un marché unique sans restrictions quantitatives extérieures aux mouvements de marchandise ». L’impérialisme nord-américain a donc favorisé les projets européistes de l’après-guerre dans la mesure où ils répondaient ã ses intérêts comme à la nécessité de stabiliser la situation mondiale en accord avec le dogme politique des accords de Yalta-Potsdam. Une Europe occidentale constituée tant par les anciens alliés que par les anciens ennemis de Washington devait répondre ã un triple défi.

Washington et les bourgeoisies occidentales épuisées par six années de guerre entendaient constituer un glacis européen face au bloc oriental pro-soviétqiue. Bien que la bureaucratie moscovite, également garante de l’ordre de Yalta-Potsdam, ne voulait en aucune manière appuyer un quelconque changement du statu quo négocié à la fin de la guerre -comme l’a démontré le rôle de Moscou depuis le début de l’offensive allemande jusqu’à 1949- elle entendait en revanche élargir passivement et de manière étroitement contrôlée sa sphère d’influence. Face au COMECON (1949) et au Pacte de Varsovie (1955), les bourgeoisies européennes avaient besoin plus que du simple parapluie atomique étasunien.

Dans un second temps, ã partir du Plan Marshall et ã travers la CECA puis la CEE, le but du camp occidental n’a été autre que celui de reconstruire un marché capitaliste européen qui puisses sous-tendre le glacis ouest européen et ébaucher une issue au chaos économique dans lequel se débattaient des économies européennes en pleine « année zéro ». Washington entendait de surcroît que ce marché soit un réceptacle pour les exportations américaines.

Enfin, les bourgeoisies européennes avaient besoin de forger un nouveau type de système d’alliances et se reconstruire sous la tutelle étasunienne après six années d’une guerre totale de manière ã éviter leur propre balkanisation et un affaiblissement encore plus important, ce qui avait été le cas à la suite de la Première Guerre Mondiale. C’est ainsi que la reconstruction européenne dans le cadre d’une croissance relative des forces productives avait pour objectif de permettre aux puissances coloniales d’administrer dans les meilleures conditions possible la décolonisation de leurs prés carrés respectifs afin d’éviter, ou au moins amortir le choc, d’une dynamique révolutionnaire permanentiste qui, en partant de la périphérie et se propageant vers le centre, aurait pu secouer des pays impérialistes extrêmement affaiblis.

Ces trois axes fondamentaux qui ont présidé à la construction des différentes Communautés Européennes depuis 1952 tout comme le panorama exceptionnel des Trente Glorieuses -époque de croissance relative des forces productives- ont permis que les secteurs les plus conscients des bourgeoisies européennes, par le biais de leur hommes politiques démocrates-chrétiens les plus brillants tels Monnet, Schuman ou Adenauer, profitent de ces conditions exceptionnelles afin de développer un projet qui allait bien au-delà du simple programme d’union douanière régional appuyé par les Etats-Unis.

Le rythme de l’intégration régionale, bien entendu, n’a été ni linéaire ni exempt de bien des contradictions. Les tentatives d’intégration ont parfois été entravées par certains secteurs bourgeois européens arriérés qui ne percevaient pas la nécessité stratégique -vouée à l’échec à long terme, certes- du pari de l’intégration continentale impérialiste comme la manière de se préparer dans les meilleures conditions possibles ã des époques où le panorama international serait totalement transformé. Ainsi, ã maintes reprises, les représentants les plus importants de la bourgeoisie française ont hésité ã approfondir la construction européenne face au renforcement inexorable de la République Fédérale Allemande (RFA) sur la scène régionale et internationale. C’est ainsi qu’ont réagi le gaullisme au cours des années 1950 ou Mitterrand bien plus tard face à la problématique de la réunification allemande à la suite de la chute du Mur. Mitterrand et les représentants les plus clairvoyants de la bourgeoisie française ont fait le choix cependant de l’approfondissement de l’alliance franco-allemande, la seule manière de défendre les intérêts français sur l’échiquier international.

Bien que l’accélération du processus d’intégration européenne se situe au milieu des années 1980 avec l’Acte Unique de 1986, il est intéressant de souligner que la grande majorité des éléments économiques et politiques proto-étatiques qui aujourd’hui sous-tendent l’UE ont leur origine dans cette période exceptionnelle marquée par les Trente Glorieuses.

2.2. ...à l’Union Européenne

La transformation profonde du panorama international au cours des années 1970 et 1980 a donné un nouveau souffle au projet européiste. Cette transformation l’a relancé de manière radicalement distincte, acheminant le continent autrefois quasi sujet de l’impérialisme hégémonique étasunien vers la constitution d’un bloc régional inter-impérialiste autonome et toujours plus opposé ã Washington. On peut notamment souligner cinq modifications clefs de la situation internationale qui ont permis la transformation du projet européiste.

Il faut d’abord tenir compte du déclin de l’hégémonie étasunienne ã partir des années 1970, bien que Washington ait tiré un grand profit politique et idéologique de la chute de l’URSS. C’est dan ce cadre qu’est ã considérer le rôle croissant joué par les anciens partenaires impérialistes des Etats-Unis, toujours plus indirectement opposants et qui accentuent leur pression sans toutefois pouvoir remplacer le vieil hégémon.

D’un autre côté, nous avons également la chute de l’URSS et le démembrement du bloc oriental entre 1989 et 1991. Depuis le début de la Perestroïka et URSS et l’apparition d’éléments restaurationnistes dans les pays de l’Est -notamment ã partir de la défaite du cycle ouvrier ascendant des années 1970 et du début des années 1980-, la pression potentielle exercée par Moscou contre l’Europe occidentale a été bien moins forte. Progressivement, les bourgeoisies occidentales ont pu reprendre petit ã petit l’initiative.

Lié aux deux facteurs précédents, il est nécessaire de souligner comme troisième élément clef la réunification allemande. L’absorption de la République Démocratique Allemande par Bonn a représenté un saut qualitatif qui a renforcé l’Allemagne sur l’échiquier international et a représenté un atout supplémentaire pour la transformation du projet européiste.

Il est également nécessaire de considérer ã partir des années 1980 la défaite des projets nationaux dans les semi-colonies avec l’arrivée au pouvoir de gouvernements complètement alignés sur l’impérialisme, résultat de l’échec du cycle ascendant de la révolution anti-coloniale et de ses derniers soubresauts à la fin des années 1970 et au cours des années 1980. Ce changement décisif dans le monde semi-colonial a ouvert un boulevard au capitalisme européen qui a opéré une seconde pénétration impérialiste dans son pré carré traditionnel. Comme nous l’avons vu, la reconstruction de l’Europe sous la tutelle étasunienne au cours de l’immédiat après-guerre avait notamment pour but d’amortir les contrecoups de la révolution anti-coloniale ã venir. Une fois éloignée la perspective de n’importe quel type d’authentique révolution nationale et sociale dans les pays périphériques et tout risque de contagion ainsi que la mise en place d’un nouveau pacte post-colonial de la part des directions nationaliste-bourgeoises traditionnelles, le nouveau panorama dans le monde semi-colonial a donné un nouveau souffle à l’UE. En même temps cependant, les pays périphériques se sont transformés en un terrain de frictions croissantes entre blocs impérialistes, allant parfois jusqu’à des affrontements militaires indirects comme en a été témoin l’Afrique au cours des années 1990.

Il est nécessaire, pour conclure, de souligner l’élément clef et en dernière instance déterminant de manière ã analyser l’évolution de la situation internationale : l’intensité de la lutte de classes. La bourgeoisie a su mettre en échec, dévier ou du moins canaliser le grand cycle international de lutte de classes 1968-1981 -dont les derniers soubresauts ont été marqués en Europe par la défaite de la grève des mineurs britanniques- qui a secoué tout particulièrement le continent d’Est en Ouest, ouvrant une situation révolutionnaire ã échelle continentale. Cela a permis à la bourgeoisie de reprendre l’initiative, attaquant ã coups redoublés le salariat et les classes subalternes afin d’amortir les effets de la crise économique internationale et renforcer de cette façon l’édification politique et économique construite jusqu’alors (CEE) qui bientôt allait se transformer en Union Européenne (UE).

L’ensemble de ces éléments permettait de relancer l’offensive capitaliste contre les classes subalternes tant sur le plan intérieur qu’extérieur, d’élargir la sphère d’influence de la CEE/UE et d’accentuer la pénétration impérialiste du capital européen dans son pré carré semi-colonial traditionnel.

Ce processus ne s’est pas néanmoins déroulé sans que les blocs concurrents ne réagissent. En témoignent le démembrement de la Fédération Yougoslave et par la suite l’offensive contre Belgrade en 1998. La guerre des Balkans avait pour double objectif la réaffirmation de la domination de l’OTAN et le maintien de l’Europe comme pôle subordonné à l’Alliance Atlantique afin d’éviter que l’UE ne prenne ou du moins ne propose un chemin distinct ã celui préconisé par Washington dans une zone stratégique, articulation et tampon entre l’Asie et l’Europe. Grâce ã cette guerre, les Etats-Unis ont réussi ã maintenir militairement un lien avec l’Europe de l’Est contre l’axe rhénan qui ne domine qu’économiquement les PECO.

La CEE s’est malgré tout renforcée et transformée qualitativement ã partir du début des années 1980, devenant postérieurement en UE. Actuellement, dans un contexte marqué par des frictions diplomatiques de basse intensité et des affrontements plus ouverts sur le terrain économique et tarifaire contre les blocs concurrents -ce qui n’exclut pas des tendances ponctuelles au rapprochement ou à la stabilisation relative- l’objectif de l’UE a été et reste le renforcement de l’Union comme plateforme défensive et graduellement offensive autour de trois axes.

2.3. Quand on résume ã Lisbonne les objectifs stratégiques de l’UE

Un des principaux objectifs de l’UE est de se renforcer en tant que bloc tarifaire et douanier le plus compact possible face à la concurrence extérieure. L’UE entend également favoriser la concentration capitaliste ã échelle régionale sous la houlette des Etats dominants d’Europe de l’Ouest, un des principaux moteurs du processus de fusion acquisition à l’heure actuelle. Cela se lit clairement dans des secteurs bien spécifiques et relativement nouveaux -si l’on tient compte de l’histoire du capitalisme industriel- comme l’aéronautique par exemple ou les technologies de pointe de l’armement. Cela se voit également dans d’autres secteurs, comme les services ou la banque, sans exclure des branches plus traditionnelles de l’économie comme la sidérurgie ou la pétrochimie. Cela ne signifie pas mécaniquement que l’on assiste à l’émergence d’un capitalisme unifié ã échelle européenne accompagnant une fusion progressive entre les différentes bourgeoisies européennes. Cependant, dans le cadre de la concurrence actuelle, l’UE réunit les conditions nécessaires aux concentrations capitalistes vitales pour résister et conquérir de nouveaux marchés.

Le second objectif de l’UE consiste ã coordonner dans le cadre européen le front interne des bourgeoisies menant l’offensive contre leurs propres prolétariat et classes subalternes. Afin de résister et de combattre sur le front extérieur, il est nécessaire pour les bourgeoisies européennes d’augmenter la productivité relative du travail et de baisser les coûts salariaux tant ã échelon national que continental. Ces offensives aux facettes multiples ne se limitent pas uniquement aux attaques les plus visibles contre la classe ouvrière. Elles englobent également toutes les politiques gouvernementales menées indirectement, à l’image du démantèlement du vieil Etat Providence, de manière ã redistribuer le produit national en faveur du capital. En ce sens, les politiques éducatives, de formation, de recherche et développement, destinées ã augmenter la productivité relative du travail, sont également très importantes.

Enfin, l’UE entend garantir et faciliter la pénétration impérialiste dans ses zones d’influence d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine ainsi qu’institutionnaliser sa domination dans les PECO et autre pays de l’Est européen.

Au cours du Sommet de Lisbonne de mars 2000 les gouvernements européens -alors dirigés dans leur grande majorité dominés par les sociaux-démocrates, à l’image de celui de Jospin/Buffet/Voynet- ont ã nouveau ratifié ces objectifs de manière officielle. Avec l’Agenda de Lisbonne, les bourgeoisies européennes entendent transformer le continent en l’économie la plus compétitive au monde d’ici à l’horizon 2010. Les préceptes de Lisbonne, synonymes de plus d’exploitation et d’oppression non seulement pour les classes subalternes européennes mais également pour les peuples semi-coloniaux, représentent aujourd’hui le programme le plus achevé des bourgeoisies du continent. Voilà donc les lignes directrices auxquelles se réfèrent tous les partis européens répondant à la bourgeoisie, tant les sociaux-démocrates allemands que la droite française et même le « Projet pour l’Italie », le futur programme politique de Prodi et ses alliés de Refondation Communiste pour les élections d’avril 2006.

3. Risorgimento européen ou unification fictive ?

L’UE est une coalition interétatique relativement intégrée de bourgeoisies impérialistes dominant un pré carré semi-colonial. L’UE n’a pas d’équivalents historiques et ne peut être comparée aux zones de libre-échange actuelles comme l’ALENA (Amérique du Nord) ou l’ASEAN (Asie-Pacifique). La CEE commence ã se transformer qualitativement ã partir de l’adoption de l’Acte Unique en 1986 puis l’Accord de Maastricht en 1992. Les deux textes approfondissent le projet initial de 1958. Depuis lors, la vieille CEE ayant donné lieu à l’UE s’est-elle transformée en un Etat, un proto-Etat ou même un post-Etat comme le dirait les néo-autonomistes ? La réponse est négative. Cependant, l’UE est plus qu’une simple union douanière régionale de libre-échange. Au-delà des assertions valables du marxisme classique par rapport à l’incapacité de la bourgeoisie, à l’époque du capitalisme impérialiste, ã constituer de nouvelles entités nationales qui permettent ou répondent ã une croissance des forces productives, il est nécessaire d’analyser pourquoi l’UE n’est pas un Etat tout en considérant, en raison du caractère complexe de sa structure, comment elle représente plus qu’un simple organisme de coopération intergouvernementale.

3.1. Conseil et Commission, Bruxelles et les gouvernements nationaux

Bien que l’UE ait toutes les caractéristiques apparentes d’un Etat, avec un marché soi-disant unifié, une Banque Centrale et une monnaie partiellement commune, un pouvoir Exécutif et Législatif partagé entre le Conseil des ministres et chefs d’Etat, Commission et Parlement, et même un appareil judiciaire, cela n’en fait pas pour autant un Etat. Ces institutions supranationales sont symptomatiques du degré d’interdépendance des économies européennes. C’est ce que montrent notamment la Commission et le Parlement par le biais de l’adoption de directives et de lois qui en vertu du principe de subsidiarité devraient s’appliquer de manière unifiée dans tous les pays de l’UE. Cependant, ce qui prime avant tout reste le degré de consensus existant au sein des différents Conseils des ministres qui fixent l’agenda économique, social, politique et diplomatique en fonction des recommandations de la Commission.

Au sein de cette trame institutionnelle qui structure l’UE en tant qu’accord interétatique, c’est le Conseil Européen qui a le plus de poids. C’est lui qui décide en effet des orientations politiques générales ã court terme. Bien que la Commission Européenne ait un pouvoir exécutif ainsi que de proposition de directives et de réglementations, la Commission dépend en fait étroitement du Conseil Européen et des différents Conseils des ministres. En dépit du discours démagogique d’une partie de la gauche européenne considérant la Commission comme la source de tous les maux, elle est loin d’être un organe tout-puissant. Ce sont les différents gouvernements nationaux qui jouent un rôle décisif dans l’orientation donnée aux offensives menées contre le prolétariat et les classes subalternes. Ce sont bien entendu les points de vue des représentants des bourgeoisies impérialistes qui priment au sein des Conseils depuis l’intégration de dix pays semi-coloniaux en mai 2004. C’est seulement ainsi que l’on peut comprendre l’importance de la Constitution giscardienne pour l’axe rhénan, leader incontesté de la construction européenne jusqu’il y a peu. Le TCE renforçait, bien plus que le Traité de Nice, le poids central de la France et de l’Allemagne sans pour autant les nommer, au sein du mécanisme complexe de prise de décisions les plus importantes pour l’UE aux dépends des nouveaux pays intégrés.

Les différentes institutions régies par l’ensemble des Traités existants depuis la fondation de la CECA ne sont ainsi rien de plus, malgré leurs apparences, que le cadre au sein duquel les différentes bourgeoisies impérialistes essaient de coordonner, tant sur le plan intérieur qu’extérieur, leurs politiques réactionnaires. En ce sens, Bruxelles n’est que le lieu symbolique où se prennent les décisions les plus importantes, les différents gouvernements d’Europe occidentale les appliquant par la suite en toute souveraineté.

3.2. Le Parlement comme couverture “démocratique”

Tout au long de son histoire, les bourgeoisies impérialistes ont voulu conférer au processus de construction européen un caractère consensuel et démocratique. Le but était que les classes subalternes elles-mêmes participent de manière passive à la structure en construction de manière ã donner une assise plus importante au processus d’intégration. Ce discours s’est renforcé encore plus avec l’intégration des dix nouveaux pays en 2004. Si l’on compare l’UE aux autres marchés intégrés ou zones de libre-échange ã niveau mondial (ALENA, ASEAN, etc.), ce type de structuration politique à laquelle participent sur un pied d’égalité apparent des pays impérialistes de premier et de second ordre et des pays semi-coloniaux reste une exception. Cependant, à la différence des projets utopiques des fédéralistes bourgeois de la première moitié du XX° siècle, les gouvernements se sont refusés ã convoquer un processus constituant européen comme l’avait fait la bourgeoisie, activement ou passivement, lors des processus de constitution des nations au cours des XVIII° et XIX° siècle. La construction interétatique s’est donc faite par en haut, le Parlement servant par la suite ã conférer au processus une légitimité démocratique fictive.

Le Parlement à l’origine devait être un simple organe consultatif. Bien que ses pouvoirs aient été progressivement étendus allant jusqu’à la possibilité de « voter » le budget européen et de « contrôler » la Commission, le Parlement a en fait un simple pouvoir consultatif et « co-décisionnel » secondaire par rapport à la Commission et au Conseil. Cette institution qui pourrait passer pour être la plus démocratique n’est rien d’autre que l’organe de validation des politiques décidées par consensus au sein des Conseils. C’est également la couverture pseudo-démocratique des rapports d’oppression impérialistes entre l’Europe de l’Ouest et les PECO dont les représentants occupent un siège aux côtés de leurs homologues de l’Ouest.

Le Parlement n’est pas une entité réformable. C’est un appendice des politiques nationales et les députés appartenant aux différents groupes parlementaires qui y siègent ne représentent pas en dernière instance des courants politiques mais bien en réalité les intérêts nationaux de la bourgeoisie à laquelle ils répondent. Que l’UE ne soit pas un Etat ni soit en passe de le devenir n’a rien ã voir avec le déficit démocratique de ses institutions[1]. L’UE ne pourrait pas non plus se transformer en un Etat par le biais d’une Constitution qui donnerait à l’appareil économique un échafaudage politique renforcé comme aime à le faire croire la social-démocratie européenne.

3.3. L’utopie réactionnaire de l’unification bourgeoise

Au delà de ses contradiction structurelles, afin de se transformer en Etat au sens classique du terme, l’UE aurait ã se structurer autour d’une bourgeoisie hégémonique unificatrice. L’Etat moderne est la réponse politique bourgeoise à la nécessité d’unifier un marché interne en vue de la libre circulation des capitaux, des marchandises, des services et de la force de travail afin de favoriser la croissance des forces productives. L’idée proto-bourgeoise et bourgeoise d’Etat s’est cristallisée au cours des XVIII° et XIX° siècle en tant que nécessité d’unification d’un marché national autour d’une nouvelle classe dominante afin de permettre le libre développement des forces productives. Cette idée d’Etat entra en contradiction bien entendu avec l’atomisation du système économique basé sur la rente féodale et les vieux obstacles socio-économiques hérités du mode de production féodal et post-féodal. Cette idée nouvelle d’Etat est ainsi née dans le cadre de grandes guerres livrées contre la réaction interne et externe.

La constitution des Etats modernes a été menée ã bien au cours de l’histoire moderne et contemporaine -jusqu’aux unifications allemande et italienne- par un secteur bourgeois hégémonique à la tête d’autres secteurs bourgeois ou dominants secondaires. Aujourd’hui, au-delà de l’importance relative de l’axe rhénan -dont la crise est apparue au grand jour à la suite du discrédit électoral qui a frappé Schröder et Chirac- il n’existe pas en Europe de secteur bourgeois qui puisse agir comme pôle hégémonique afin d’exercer son leadership sur les autres secteurs dominants des différents pays impérialistes. Le caractère irréductiblement impérialiste des pays d’Europe occidentale reste un obstacle majeur face ã toute tentative d’unification étatique. Ce qu’ont structuré jusqu’à présent les architectes de l’UE n’est rien d’autre qu’un conseil d’administration des bourgeoisies impérialistes souveraines du continent dont le siège se trouve ã Bruxelles et au sein duquel toute décision est le fruit d’âpres négociations entre les représentants des différentes bourgeoisies impérialistes européennes.

Par conséquent, la bourgeoisie française, ni allemande, ni leur alliance rhénane, ni même la Grande-Bretagne ne sont capables de dépasser les contradictions historiques de l’ère impérialiste et arriver sur le tard ã une unification bourgeoise du continent. Les partis et courants politiques qui affirment qu’il est possible d’arriver ã une Europe démocratique et sociale supérieure aux vieux Etats nations sans en finir avec le capitalisme et qui « oublient » également que seul la classe ouvrière pourra mener ã bien cette unification ne sont rien d’autre que les garibaldiens utopistes et réactionnaires d’un processus d’unification inexistant, béquille de gauche des Chirac et des Schröder qui n’arrivent même pas à la hauteur des Cavour et des Bismarck de l’Histoire.

4. Une Europe des multinationales et du capital financier

Barroso souligne qu’il est nécessaire de persuader les Européens que « les réformes que nous proposons ne sont pas une fin en soi, qu’elles n’ont pas davantage pour but ‘d’américaniser’ l’Europe mais qu’elles ont surtout comme objet de préserver son modèle social. (...) Le renouveau du modèle social européen de solidarité [passe par] une stratégie de croissance et d’emploi articulée autour de trois axes : la compétitivité, la société de la connaissance, la modernisation du marché du travail et de la Sécurité sociale ». Par souci d’honnêteté, il aurait pu rajouter « au plus grand profit des multinationales et du capital financier ».

Pour tous ceux et celles qui ont manifesté lors des Sommets européens au cours des dernières années, pour l’avant-garde ouvrière et de la jeunesse, ce n’est pas un secret que cette Europe a été pensée pour satisfaire les intérêts et les nécessités des multinationales, des trusts et du capital financier. Les privatisations, les coupes sombres dans les budgets sociaux, les réformes du marché du travail, voilà tous les « bénéfices » que le monde du travail et les secteurs populaires tirent de cette Europe-là alors que Bruxelles coordonne ces politiques au profit des bourgeoisies impérialistes. C’est une lutte sans merci qu’elles livrent contre le salariat tout en renforçant leur poids dans les PECO et la domination semi-coloniale des nouveaux pays intégrés en échange d’un poste de Commissaire et quelques dizaines de sièges au Parlement. Voilà les deux lignes de front autour desquelles évoluent les bourgeoisies impérialistes européennes de manière coordonnée -en dépit de leurs différends stratégiques internes à long terme- grâce à l’aide inestimable de leurs partenaires de l’est européen et la collaboration des bureaucraties syndicales afin d’atteindre les objectifs de Lisbonne, c’est-à-dire faire baisser le coût du travail et en augmenter la productivité relative afin de transformer l’Europe en l’économie la plus compétitive dans le cadre actuel de la guerre économique que se livrent les pôles impérialistes concurrents. Nous commencerons, avant d’étudier plus en détail la structuration économique de l’UE, par les secteurs les plus exposés et touchés par les politiques réactionnaires coordonnées par Bruxelles.

  • TAGS
Notas relacionadas

No hay comentarios a esta nota

Periodicos

  • PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)