FT-CI

Deuxième congrès du NPA

Faire front contre le virage stratégique de la direction

11/02/2013

Les délégué-e-s au Congrès du Courant Communiste Révolutionnaire (CCR) – PZ

Le Congrès s’est tenu dans un contexte de crise grave, après le départ de la GA, et d’hémorragie militante. Par-delà la continuité du processus révolutionnaire en Tunisie et en Egypte (pour ne citer que les deux des exemples les plus avancés dans un contexte international dominé par la crise du capitalisme), nous assistons en France, malgré la persistance de la crise du mouvement ouvrier, aux premiers signaux d’une remontée. Face ã cela, les révolutionnaires devraient faire le pari de proposer une orientation pour la classe ouvrière et ses luttes, alternative ã celle de la bureaucratie réformiste, pour faire converger les bagarres, pour tenter d’arracher de premières victoires et aider à la recomposition du monde du travail en tant que sujet hégémonique et révolutionnaire.

Mais le Congrès a validé la courte majorité de la PX qui défend une politique opposée, axée sur la recherche permanente d’accords par le haut avec les réformistes du Front de Gauche (FG). Elle réitère l’objectif stratégique d’un gouvernement anti-austérité qui tranche dans un sens qui s’éloigne d’une stratégie révolutionnaire l’ambiguïté des principes fondateurs alors que le FG adopte également la perspective « d’imposer une alternative à l’austérité » dans le cadre de la « nouvelle étape ».

Quoi qu’en dise la PX, les formules de gouvernement défendues, sans aucun contenu de classe, n’ont d’autre but que préparer l’idée qu’il serait possible voire même souhaitable de constituer un gouvernement réformiste des anticapitalistes et des antilibéraux, et ce dans le cadre des institutions du régime capitaliste, plus ou moins bousculées. Le suivisme politique à l’égard du FG, reproduisant en plus petit ce que Mélenchon répète ã plus large échelle, ne sera pas ã même de sortir le parti de son impasse stratégique.

Cette dérive est le résultat d’un profond scepticisme à l’égard des potentialités du mouvement ouvrier, résultat d’une lecture erronée de la période que nous traversons, et par conséquent du programme ã défendre et du type de parti ã construire à la suite de la chute de l’URSS. Cela amène la PX ã approfondir sa politique de recherche permanente de raccourcis, ã travers l’occupation d’espaces médiatiques ou électoraux, la constitution de blocs politiques avec les réformistes, etc., ã échelle nationale mais aussi internationale.

Mais la constitution de la courte majorité PX s’explique également en partie par la politique de la gauche du parti, rassemblée surtout autour de la PY. Bien qu’elle ait offert une certaine résistance aux tournants de la majorité, elle n’a pas choisi de présenter d’alternative globale ã ce virage opportuniste. En effet, la PY, bien qu’ayant avancé des éléments de critique à l’absence de délimitation du NPA par rapport au réformisme, craint de préciser cette délimitation par rapport ã des bases théoriques et politiques qui sont au fondement de la conception des « partis larges » qu’elle partage avec la majorité, des bases théorico-politiques qui ne nous ont pas permis de nous préparer ã ce qu’ont représenté cinq années de crise capitaliste mais aussi une lente mais persistante remontée du mouvement ouvrier. Cela s’est notamment traduit par l’absence de déclaration politique de fin de Congrès de la PY.

Dans leur tribune parue sur le TEAN hebdo postérieur au Congrès les camarades font cependant un bilan plus serré, soulignant que la majorité « réadapte la politique de front permanent (…) avec le FG portée en son temps par la GA [ce qui est] une impasse ». Le parti devrait à l’inverse proposer « une politique qui commence par mettre en mouvement notre camp social sur des objectifs de lutte précis, qui propose de s’affronter au gouvernement, tout en avançant la question du pouvoir ». Sur ces bases, et dans un cadre qui nous permettrait de continuer ã débattre de nos divergences stratégiques, nous sommes persuadés qu’il serait possible de constituer un front face à l’orientation de la majorité et surtout structurer en commun, pour l’ensemble du parti, un travail ambitieux en direction du monde du travail. Mais pour ce faire, il faudrait aussi en finir avec tout sectarisme à l’égard de la PZ, dont le CCR est partie prenante.

Les tentatives de regroupement au sein des secteurs avancés du monde du travail -avec la question de la convergence des luttes- et l’offensive patronale et gouvernementale font apparaître clairement la nécessité de défendre une politique et la perspective d’un regroupement des révolutionnaires sur de nouvelles bases si l’on veut être à la hauteur de la situation qui se prépare.

Notes liées

No hay comentarios a esta nota

Journaux

  • PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)