FT-CI

TRAFIC D’INFLUENCE…

Une affaire Sarkozy de plus.... est-ce que ce sera l’affaire de trop ?

07/07/2014

Une affaire Sarkozy de plus.... est-ce que ce sera l’affaire de trop ?

L’interview de Sarkozy au « 20h » de TF1, le soir même de sa sortie de garde ã vue, la reprise de ses propos sur quasiment toutes les chaînes TV, les commentaires tous azimuths finissent par totaliser un score époustouflant d’heures d’antenne et d’espace médiatique. Après la campagne virulente et mensongère des médias contre la grève des cheminots, l’interview de Sarko vient opportunément tourner la page. La flambée de colère est étouffée et le projecteur se rallume sur la bonne vieille politique bourgeoise au quotidien.Rappelons que c’est à la demande de Sarko lui-même que cette interview a lieu et qu’Elkabbach, ã qui il répond « les yeux dans les yeux », est un Sarkozyste notoire. Sarkozy, avec toutes ses casseroles, se berluscosnise de plus en plus. Pêle-mêle, il attaque les « juges rouges », la gauche, et se fait passer pour une victime. Comme avec Berlusconi, il y a ceux, ã droite, dont le sort est lié à la personne de l’ex-président qui le défendent bec-et-ongles ; ceux, à l’UMP, qui rêvent de s’en débarrasser ; ceux, « ã gauche », ã commencer par Hollande, qui espèrent qu’en ayant maille ã partir avec la justice, mais sans condamnation, Sarkozy candidat aux présidentielles de 2017, fera office de repoussoir au bénéfice de l’actuel président. Derrière les effets de manche, quel enjeu politique ?

Une affaire ? La belle affaire !

De Cahuzac ã Sarkozy en passant par Woerth, Tapie,Copé et plusieurs autres, les affaires se suivent et se ressemblent au moins sur un point : même si elles continuent ã scandaliser les « honnêtes gens » et surtout la classe ouvrière consciente, elles tendent ã se banaliser, sous l’effet de l’entreprise idéologique de la bourgeoisie. Les« coups » politiques, financiers ou juridiques ne sont que le corollaire du jeu capitaliste où les patrons trichent, les banques aussi, les états renflouent et font rendre gorge aux travailleurs en pillant les fonds publics et en puisant dans les poches des plus pauvres. Et que dire d’un Juppé qui après avoir été condamné ã dix ans d’inéligibilité dans l’affaire des emplois fictifs de la ville de Paris, fait aujourd’hui figure de présidentiable. Décidément, une chose est sûre : « leur morale n’est pas la nôtre ! »

Des chefs d’accusation qui n’ont rien de "grotesque"

La dernière « affaire Sarkozy » quivaut ã un ancien président de la république une mise en examen pour"trafic d’influence actif", "corruption active" et "recel de violation du secret professionnel"est une situation inédite dans les annales judiciaires.Sarkozy est en effet soupçonné d’avoir promis un poste prestigieux ã un haut magistrat en échange d’informations sur l’avancée de l’enquête Bettencourt. Cette affaire s’était d’ailleurs soldée pour Sarkozy par un non-lieu.

C’est une autre affaire, celle d’un possible financementlibyen de sa campagne électorale en 2007 qui est à l’origine de l’apparition de ces nouveaux chefs d’accusation : en tirant le fil de leurs investigations, autour de cette dernière affaire, les juges ont été amenés ã placer N. Sarkozy sur écoutes. Ils interceptent alors des conversations avec son avocat, Me Thierry Herzog, qui nourrissent leurs soupçons ã propos du comportement de Sarkozy durant l’instruction de l’affaire Bettencourt et entraînent sa mise en examen, ainsi que celles de son avocat et de l’un des deux magistrats concernés.

Au 20h de TF1, Sarkozy réfute en bloc les trois chefs d’accusation cités en les qualifiant de "grotesques". Mais ils sont, bien entendu, gravissimes, y compris du point de vue des institutions bourgeoises.

Un système de défense qui fait pschitt !

En acrobate consommé du sport politique, Sarko tente de retourner la situation ã son avantage via l’interview sur TF1. Il y adopte un système de défense éculé dont il a déjà lui-même usé et abusé:je botte en touche et j’attaque, tout en jouant les victimes. Sa « contre-attaque » est dirigée nonpas contre les trois chefs d’accusation, mais contre les deux magistrates chargées de l’instructionqui l’ont placé en garde ã vue : il incrimine"une volonté d’humilier" et "l’instrumentalisation politique d’unepartie de la justice aujourd’hui".Dommagepour lui, les principaux arguments qu’il avance ne tiennent pas la route, ni aux yeux de l’institution judiciaire, ni aux yeux des travailleurs :

« Est-il normal que je sois placé en garde ã vue pendant 15 heures » ? …dit-il. Des milliers de gens sont tous les jours placés en garde ã vue, et quoi que l’on puisse critiquer des procédures de la justice bourgeoise, elles ne sont pas réservées spécialement ã Sarkozy mais frappent bien plus souvent et plus lourdement les jeunes des banlieues par exemple ou les postiers grévistes du 92.

« Ces deux dames, juges d’instruction (...), m’ont signifié, sans même me poser une question, trois motifs de mise en examen ». C’est l’argument que lui ont soufflé ses avocats. Il vise la juge Claire Thépaud dont il prétend qu’elle veut sa« destruction ».En tout état de cause, serait-il plus normal que les magistrats doivent rendre compte de leur appartenance syndicale pour être en droit d’exercer leur fonction ? Ou, comme le suggère Nadine Morano, qu’il n’aient plus le droit de se syndiquer ?

« Ces deux dames, juges d’instruction (...),m’ont signifié, sans même me poser une question, trois motifs de mise en examen ».Présentée pour justifier le caractère« grotesque »des trois chefs d’accusation, cette pratique relève en fait de la procédure légale et de l’exercice des « droits du prévenu » : le juge d’instruction constate l’identité de la personne et lui fait connaître expressément, en précisant leur qualification juridique, chacun des faits dont il est saisi et pour lesquels la mise en examen est envisagée. Sarkozy n’est donc victime d’aucun acharnement particulier et ce qui « est grotesque » c’est sa propension ã se poser en victime, lui dont les méfaits contre la classe ouvrière ne se comptent plus.

La route vers 2017, une voie royale ou un chemin de croix ?

Sarkozy, rasé de près selon un code signifiant son « retour », a donc voulu pendant 20 minutes s’adresser« aux Français ».Le message était clair, « On m’en veut ; je n’ai rien ã me reprocher, et surtout, je ne renonce pas ã mon projet politique ».

« Les Français » sont-ils prêts à l’entendre ?Selon un sondage publié au lendemain de l’interview,63% des personnes interrogées considèrent que l’ancien chef de l’Etat est"traité comme n’importe quel justiciable". Par ailleurs,52% des français n’ont pas été convaincus par ses explications, (selon un sondageHarris Interactive pour LCP-Assemblée).Dans son propre camp, on estime ã peu près ã 85% le soutien de l’UMP, mais les ténors présidentiables ou non, les Jupé, Fillon, Raffarin co.le soutiennent du bout des lèvres en affirmant une confiance absolue dans la capacité de la justice à « faire son travail ». …Si des fois elle pouvait l’éliminer définitivement du terrain politique…

Quant ã Hollande, il a mis trois jours ã réagir et se cantonne dans des énoncés de principe très généraux : « séparation des pouvoirs »… « respect des droits de la défense »… « présomption d’innocence »… D’indépendance syndicale, d’écoutes, d’implication présidentielle, de soutien à la juge Thépaud ou ã Christiane Taubira… il ne souffle pas mot. On comprend pourquoi. A l’instar du centre-gauche italien qui a tout fait, pendant près de quinze ans, pour que son « meilleur ennemi » Berlusconi ne soit jamais condamné, malgré la kyrielle d’affaires qui lui pendait aux basques, Hollande souhaite simplement que Sarkozy soit écorné par la justice sans que pour autant sa possibilité de se présenter en 2017 en pâtisse ; iI servirait alors de repoussoir et lui permettrait de sortir gagnant des élections grâce à l’appel au « vote utile ». Le président devrait pourtant tirer les leçons de l’expérience italienne et se rappeler que le calcul du centre-gauche s’est avéré perdant.

Tout cela est-il de nature ã changer la donne politique dans la perspective des présidentielles ? Ces joutes médiatiques peuvent-elles entamer encore un peu plus l’image déliquescente du président et du PS ? Cette dernière affaire sera-t-elle l’affaire de trop qui discréditera Sarkozy ?Il faut attendre les prochains déploiements juridiques et politiques pour formuler des hypothèses. Pour l’instant il semble que le plaidoyer de Sarkozy ne l’ait pas véritablementremis en selle. Pour le monde du travail, les classes populaires, la jeunesse, c’est réjouissant d’apprendre de bon matin que Sarkozy se trouve en garde-à-vue. Mais ce qui nous permettra réellement d’en finir avec toute cette caste de politiciens bourgeois, véreux ou complices de véreux, c’est un mouvement d’ensemble, en défense de nos intérêts, contre le système qu’ils défendent et qu’ils servent, et certainement pas l’avancée de tel ou tel dossier dans le bureau d’un juge.

06/07/14

Notas relacionadas

No hay comentarios a esta nota

Periódicos

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)