FT-CI

Réunion entre Lula et Obama

Un leadership régional au service de l’impérialisme

26/03/2009

Un leadership régional au service de l’impérialisme

Le 14 mars 2009 Lula a été le premier président de l’Amérique Latine et le troisième du monde, après Taro Aso (japonais) et Gordon Brown (britannique), ã être accueilli par Barack Obama à la Maison Blanche.
En plus de la réunion de deux heures entre les deux présidents et Lawrence Summers, l’économiste de la Maison Blanche, le voyage de Lula aux Etats-Unis a été complété par de multiples rencontres entre les ministres des deux pays, comme par exemple entre Hillary Clinton et Celso Amorim.

L’objectif de ces rencontres, selon les propres mots d’Obama, serait “d’avancer dans la préparation du G20”, qui aura lieu le mois d’avril prochain ã Londres. D’après ce que l’on peut constater, cela sera une nouvelle preuve de l’absence de réponses concernant la résolution de la crise économique mondiale.

Les Etats-Unis voient Lula comme l’interlocuteur privilégié et le plus efficace de la région. Cela s’explique par le fait qu’il vienne du PT, par sa côte de popularité, et par sa volonté de garantir les intérêts impérialistes et ceux des patrons, dans un moment où les anciens alliés des Etats-Unis, tel que Alvaro Uribe de la Colombie, sont assez mal vus par ses populations, et Hugo Chavez vient d’obtenir une victoire aux élections. Si dans le passé il l’avait déjà fait avec Bush, même avec l’impopularité que le président nord-américain avait dans la région, maintenant ceci a été bien plus facile avec Obama : le président Lula a fait de nombreuses déclarations de fidélité envers le président des Etats-Unis. La rencontre de Lula avec Obama a été montrée par la presse bourgeoise brésilienne comme une preuve de l’impérialisme envers le “leadership” que représente Lula dans la région.

C’est ã partir de cette rencontre que le président Obama essaye de faire passer le message qu’il a pour objectif le rétablissement des voies de domination de l’impérialisme nord-américain envers l’Amérique Latine, celles-ci ayant été affaiblies après la politique mise en place par l’administration Bush. Obama cherche ã établir une politique qui a pour but la marche arrière sur la polarisation ouverte pendant la période de l’administration Bush, tout en reconnaissant le fait que ses anciens alliés et sa propre domination étaient affaiblis. Cependant, malgré la signification symbolique de la rencontre, les points fondamentaux de l’accord de vassalité de Lula envers l’impérialisme n’ont pas été modifiés.
Du point de vue de l’impérialisme nord-américain, on voit clairement, tout comme précédemment, une politique qui vise ã garantir ses propres intérêts. C’est ainsi que la rencontre Lula – Obama a fait échouer les expectatives de la bourgeoisie semi-coloniale brésilienne représentée par Lula, du fait qu’il serait possible de signer un accord plus favorable ã ses intérêts en ce qui concerne les politiques commerciales, ou même sur la revendication de Lula par rapport ã augmenter son poids géopolitique dans la région en devenant membre du Conseil de Sécurité de l’ONU. Cela montre que les ambitions de Lula et de la bourgeoisie brésilienne ã devenir une des puissances les plus importantes du monde connait des limites très claires.

La preuve a été le manque d’accord par rapport aux barrières protectionnistes imposées par les Etats-Unis sur l’éthanol brésilien, un des sujets qui n’avait pas été résolu au Sommet de Doha. Obama a réaffirmé la continuité de la taxe de US$0.54 par gallon d’éthanol brésilien imposée par l’impérialisme, en même temps qu’il a soutenu les clauses protectionnistes incluses dans la disposition “Buy American” du paquet économique adopté par le Congrès nord-américain en début d’année. À l’origine, cette disposition prévoyait uniquement que le fer et l’acier produits aux Etats-Unis pouvaient être utilisés dans le plan des travaux publics adopté par le gouvernement d’Obama. Après les tensions annoncées sur le plan international qui menaçaient la légitimité d’Obama déjà au début de son mandat, la disposition a été redigée ã nouveau tout en donnant des garanties d’une certaine participation dans le paquet au Canada, à l’UE et au Japon, tant que cette possibilité est interdite pour la Chine, l’Inde, le Brésil et la Russie.

Malgré le discours anti-protectionniste de l’impérialisme, il est évident qu’il y a des tendances ã ce genre de messures qui commencent ã se voir avec la crise. Cela nous montre que toute vision d’un équilibre pacifique du pouvoir, la montée des pays émergents et la politique “multilatérale” de Barack Obama, n’arrivent pas ã résoudre les contradictions les plus profondes qui opèrent dans le scénario international. Cela confirme aussi la vision d’un analyste bourgeois de Folha de Sao Paulo qui affirme le 14 mars “il est impossible d’éviter la sensation de deuxième partie d’un vieux film dans les déclarations prononcées après la rencontre de Lula et Obama. (…) Il est clair que, même si le monde a changé grâce à la montée des pays émergents, c’est l’accord entre les deux géants économiques, l’Union Européenne et les Etats-Unis, qui donne la possibilité d’arrvier ã quelque chose de réel et coordonné”. C’est ainsi que le “rôle principal” d’une semi-colonie, comme par exemple le Brésil, malgré son poids économique et politique acquis dernièrement avec la croissance économique (mis en question avec la crise), ne peut être entendu qu’en tant que commanditaire de l’impérialisme.

Lula : attaque envers les travailleurs sur le plan interne et emplacement réactionnaire sur le plan externe

C’est dans un milieu signé par l’énorme crise économique mondiale que la réunion entre Lula et Obama a eu lieu. Elle a fini avec les mythes de “désacouplement” des pays nommés “en voie de développement” en ce qui concerne les conséquences de la crise. Au mois d’Octobre 2008, lorsque la crise a donné ses premiers sauts ã partir de la faillite du Lehman Brothers aux Etats-Unis, Lula disait aux travailleurs que la crise n’aurait pas de mauvaises conséquences sur le pays. Depuis ces déclarations, Lula n’a fait que garantir les profits des patrons et il a déjà donné des milliards pour sauver les banques et les entreprises.
En 2009 le chômage formel peut atteindre les 9% rapidement. Les ouvriers industriels seront les plus affectés avec près de 200.000 licenciements (seulement ã Sao Paulo) entre Décembre et Janvier de cette année, et jusqu’à 800.000 postes de travail supprimés entre Octobre et Janvier. Ceci, sans compter l’avancée de la précarisation et l’offensive patronale qui ont l’accord de la bureaucratie syndicale, surtout la CUT, directement liée au gouvernement.

Pendant que Lula est sur le point d’approuver le payement de R$ 37,2 milliards envers l’impérialisme et ses agences internationales, la classe ouvrière et le peuple n’ont d’autre possibilité que de faire face à la misère et au chômage. Non seulement il continue sa politique de pillage et de soumission économique, mais il continue aussi ã commander les troupes d’occupation ã Haïti, la MINUSTAH, qui ne fait qu’assassiner et réprimer le peuple d’Haïti afin de montrer à l’impérialisme sa capacité d’exercer ce rôle réactionnaire, tout en essayant d’obtenir son siège au Conseil de Sécurité de l’ONU. De la même manière, Lula a déjà déclaré qu’il était prêt ã collaborer avec les politiques de l’impérialisme envers Cuba et le Venezuela, en tant que “médiateur”. Lula a suivi ce même rôle d’une façon réactionnaire ã plusieures reprises en Amérique Latine, tel que le sommet de l’UNASUR appelé l’année dernière afin de discuter la pacification de l’affrontement ouvert entre le peuple de la Bolivie et la bourgeoisie de la demi-lune. De plus, la demande de Lula pour que les Etats-Unis enlèvent le blocage économique ã Cuba ne montre pas une préocupation de la part de Lula par rapport aux travailleurs et au peuple cubain. Cela a pour but d’apparaître comme le seul interlocuteur capable de se mettre en tête de la région, de dialoguer avec les gouvernements les plus ã droite (la Colombie et le Pérou), ainsi qu’avec les gouvernements pos-néolibéraux (la Bolivie et le Venezuela).

C’est ainsi que toutes les manoeuvres, telle que la formation d’une “armée de sécurité” de l’UNASUR et la supercherie de l’unité bourgeoise latino-américaine, sont des messures auprès desquelles la classe ouvrière et le peuple ne peuvent tirer aucun profit. Il est indispensable que les travailleurs et le peuple de l’Amérique Latine dépassent les immenses illusions éveillées par Obama ou par des différents présidents, tel que Lula. Cela est nécessaire pour avancer de façon indépendante dans la lutte pour la Fédération des Républiques Socialistes de l’Amérique Latine, seule débouché capable de mettre fin aux misères et souffrances imposées par l’impérialisme et par les bourgeoisies locales.

Notes liées

No hay comentarios a esta nota

Journaux

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)