FT-CI

La question de l’indépendance de classe du prolétariat

Ukraine. Retour sur les luttes des mineurs du Donbass dans les années 1990

10/02/2014

Ukraine. Retour sur les luttes des mineurs du Donbass dans les années 1990

Dans le mouvement actuel de contestation en Ukraine, on peut voir des secteurs des classes populaires descendre dans la rue pour soutenir des projets politiques bourgeois comme l’intégration de l’Ukraine au sein de l’UE. Malheureusement ce n’est pas la première fois que les masses d’Ukraine, par manque d’une alternative politique qui défende réellement leurs intérêts, soutiennent des projets bourgeois. De ce point de vue, le cas le plus dramatique est celui des mineurs du Donbass, région la plus industrialisée du pays, majoritairement russophone.

Dans cette région, face à la dégradation de leurs conditions de vie, les mineurs avaient déclenché des grèves très importantes à la fin des années 1980 contre « Moscou ». Ils sont par la suite devenus l’un des piliers de la lutte pour l’indépendance de l’Ukraine, mais aussi de celle pour l’établissement d’un régime de démocratie bourgeoise et l’ouverture au marché capitaliste : « le premier et le deuxième congrès du syndicat des mineurs, tenus ã Donetsk en juin et octobre 1990, sont devenus des événements bien plus politiques que syndicaux. Les résolutions adoptées accusaient le Parti Communiste et le gouvernement central de bloquer la transition vers l’économie de marché et la démocratie » [1].

Pour autant, l’espoir porté par les mineurs derrière ces revendications n’étaient nullement les mêmes que celles des bureaucrates et de « l’intelligentsia » cherchant ã s’enrichir et devenir la nouvelle classe dominante au niveau national : « les objectifs des mineurs et des autres groupes d’opposition en Ukraine qui s’opposaient à l’Etat soviétique et à la ‘bureaucratie de Moscou’ étaient presque identiques. Cependant, cette similarité était basée sur des croyances différentes. (…) Lors du premier congrès du Rukh [principal groupe d’opposition bourgeois], la motion proposant de promouvoir ‘la démocratisation et l’extension de la glasnost’ a été appuyée par 75% des délégués ; 73% des délégués a défendu ‘le développement de la langue et de la culture ukrainiennes’, et seulement 46% a donné la priorité à la ‘résolution des problèmes économiques pressants’. Au contraire de l’intelligentsia, les travailleurs ont soutenu l’indépendance de l’Ukraine car ils pensaient que cela pourrait permettre d’améliorer leur situation matérielle » [2].

Au milieu des années 1990, les mineurs du Donbass constatant les effets désastreux de l’application des réformes pro-marché, se sont affrontés aux nouvelles autorités ukrainiennes. Mais malheureusement, une fois encore ils se sont associés ã des projets bourgeois « alternatifs », cette fois-ci celui des nouvelles « élites » régionales, en soutenant le Parti des Régions du président Ianoukovitch dans cette partie du pays. L’auteur de l’article cité ci-dessus résume ainsi en deux phases les luttes des mineurs : « [durant la première phase] les opportunités politiques créées par l’action commune des mineurs du Donbass et des intellectuels de Kiev ont été finalement saisies par l’ancienne nomenklatura et par les nouvelles élites. Pendant la seconde phase, le soutien apporté antérieurement par l’intelligentsia nationale avait disparu. Les managers, les groupes régionaux clientélistes, les élites affairistes et de larges segments de la population russophone locale sont devenus les nouveaux alliés des mineurs » [3]. Vers la fin des années 1990, les luttes des mineurs pour l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail avaient nettement diminué et une certaine démoralisation avait gagné les rangs des travailleurs. Cela pourrait expliquer, en partie, leur attitude de méfiance, voire de soutien au gouvernement, face au mouvement de contestation actuel.

Tirer les leçons tragiques de la période stalinienne ainsi que celles de la restauration capitaliste, est une question de vie ou de mort pour que le prolétariat d’Ukraine se présente comme une force indépendante et puisse imprimer un caractère progressiste aux événements ã venir.

10/2/2014.

    [1] Vlad Mykhnenko, “State, Society and Protest under Post-Communism : Ukrainian Miners and Their Defeat”, avril 2000.

    [2] Idem.

    [3] Idem.

Notes liées

No hay comentarios a esta nota

Journaux

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)