FT-CI

Culture

Tableaux de la révolution égyptienne

02/10/2011

par J. Masqat

Faire la révolution, ça s’apprend sur le tas, et on a toujours beaucoup ã apprendre*. C’est notamment le cas des Egyptiens qui viennent de commencer la leur et auxquels il reste encore un long chemin ã parcourir si l’on en croit Laila et Ruud.

Laila Soliman est une metteur en scène et écrivaine égyptienne de trente ans. Ruud Gielens, trente-quatre ans, est belge, Cairote d’adoption, metteur en scène également et producteur. Tous deux sont à l’origine et codirigent Lessons in revolting/Dourous fil thaoura, une performance théâtrale d’une heure et demie qui a fait salle comble entre le 19 et le 23 août 2011 au théâtre Rawabet, situé dans une ruelle étroite et animée de Wast el-Balad, le centre-ville du Caire.

Les vingt premières minutes du spectacle sont consacrées aux dix-huit jours de la révolution qui ont conduit à la chute d’Hosni Moubarak. Le fil des événements se reconstruit ã travers des images et des séquences vidéo prises place Tahrir en janvier et février. On y retrouve les visages des artistes qui sont sur scène, car Aly, Mariam, Karima, Saida et les autres étaient de toutes les manifestations. Certains se connaissaient déjà –la scène artistique cairote étant assez réduite– d’autres avaient déjà travaillé avec Laila. L’idée de monter un spectacle avec eux lui est venue au mois de mai.

« Le titre de la pièce est volontairement ambigu, soulignent les metteurs en scène. On a choisi de jouer sur les mots : se révolter d’une part, c’est-à-dire se rebeller, mais aussi être révolté, dégouté, en avoir assez. Pour ce qui est des "leçons", on ne pense pas être en mesure d’en donner ã quiconque. C’est plutôt une façon de se moquer de la presse occidentale qui a décrit la révolution égyptienne comme une révolution exemplaire, triomphante, alors que ça a été quelque chose de très dur et ça continue à l’être ».

Et comme on n’en est qu’au premier acte, Lessons in revolting invite les Egyptiens ã s’entraîner, ã se préparer, à la fois physiquement et spirituellement, pour résister et poursuivre sur la voie qui s’est ouverte le 25 janvier.

« Nous avons beaucoup travaillé sur le corps et les mots ne sont venus qu’après, racontent Ruud et Laila. C’est en partie parce que les mots, souvent, nous ont semblé trop limités. Notre révolution a été extrêmement physique ».

Faire tenir la place Tahrir sur une scène de théâtre

La scène se transforme l’espace de quelques minutes en place Tahrir, traversée par les cris des manifestants, leurs slogans, les charges de la police, les explosions des grenades assourdissantes. Dans la salle les acteurs s’entrainent ã combattre, avec rage ou euphorie. Ils apprennent ã tomber. Ils s’arrêtent, hors d’haleine, pour mieux recommencer.

Chacun a son arme, qu’il s’agisse d’un poème, d’une épée, d’une chanson ou d’un monologue. Un monologue dur et amusant comme celui d’Aly Sobhy qui avec sarcasme et ironie rend hommage au rôle exemplaire qu’auraient joué les militaires égyptiens pendant tout le processus. Au même moment les images qui nous sont projetées derrière lui nous racontent comment ce sont ces mêmes militaires qui l’ont arrêté le 9 mars et qui l’ont torturé pendant les quatre jours passés derrière les barreaux dans la prison d’Hikestep.

« Quand nous avons commencé ã travailler nous avons décidé que chacun devait apporter sa contribution. Nous avons vécu la même révolution mais nous avions des choses différentes ã dire et tout le monde devait se sentir libre de donner sa version des événements, explique Ruud. Ça n’a pas été facile de mettre en scène le spectacle. On s’est pas mal engueulés, poursuit-il en souriant, parce qu’il s’agissait de mélanger l’expérience à la fois politique et personnelle de tous les acteurs. Apparemment, on a fini par se comprendre ».

Laila n’en est pas ã sa première mise en scène au Caire. Lessons in revolting a néanmoins représenté quelque chose de profondément nouveau pour elle.

« La question ce n’est pas de savoir si l’on travaille avec ou sans censure, dit-elle ou si maintenant on peut s’exprimer plus librement qu’avant. C’est d’abord une question de courage ».

Et il en a fallu du courage pour monter ce spectacle. Pour les acteurs comme pour les metteurs en scène l’enjeu était de relancer le pari politique du peuple égyptien : se débarrasser non seulement des symboles les plus évidents de l’ère Moubarak mais se défaire réellement de l’ancien régime, ne pas hypothéquer les sacrifices qui ont été fait jusqu’à présent, être vigilant –en dépit de la fatigue presque physiologique accumulée au cours des derniers mois de mobilisations– et rester déterminé ã reprendre le combat, comme les acteurs, ã bout de souffle, épuisés par la danse exténuante qui clôt le spectacle et qui néanmoins luttent pour rester debout jusqu’à la fin.

En juillet, lorsque les répétitions ont commencé, place Tahrir était ã nouveau occupée. On y trouvait les tentes des familles des « shaïds », des martyrs de la révolution, exigeant que justice soit rendue. Les comédiens se partageaient donc entre Tahrir pendant la journée et les répétitions le soir et ce jusqu’à ce que le Conseil suprême des forces armées (SCAF), qui assure l’intérim depuis la chute de Moubarak, ne décide de vider la place de ses manifestants, juste avant le début du mois de ramadan, le 31 juillet 2011.

Une armée toujours bien présente

C’est en ce sens que Laila dit combien Lessons in revolting n’est pas un spectacle sur la révolution. C’est un morceau de révolution qui prend position pour affirmer que les contradictions sociales sont loin d’être résolues, que les piliers de l’ancien régime sont encore là –malgré les procès intentés contre Moubarak, ses fils et certains ministres et hauts fonctionnaires– que la « transition démocratique » est sérieusement compromise par différents acteurs de la politique égyptienne, ã commencer par le SCAF.

Le spectacle fait feu ã plusieurs reprises sur les forces armées égyptiennes et soutient activement la campagne « No to military trials for civilians » (non à la cour martiale pour les civils). Cette campagne s’oppose ã ce que les manifestants arrêtés au cours des mobilisations depuis janvier soient jugés par des tribunaux militaires. En effet, selon Human Rights Watch et Amnesty International, plus de 10.000 personnes ont été jugées par des cours martiales.

Pendant ces procès, qui dépassent rarement les vingt minutes, les accusés passent devant un juge par groupe de cinq ã trente. Les accusations vont du non-respect du couvre-feu lorsqu’il était en vigueur, ã celle d’atteinte à la propriété privée, d’incitation à l’émeute ou d’insulte aux forces armées. Les peines peuvent aller de six mois ã 25 ans de prison ferme.

« Aucun civil ne devrait être traduit devant la justice militaire a reconnu dernièrement le général Mamdouh Shaheen, mais l’urgence de la situation à laquelle nous avons ã faire face nous y oblige malheureusement, et ce jusqu’à ce que la justice civile soit en mesure d’assurer cette tâche ». Laila et Ruud ne sont pas d’accord avec cette interprétation du « droit » égyptien. « L’armée n’a jamais été du côté de la révolution. C’est un malentendu que les militaires entretiennent. L’armée a réprimé et a torturé avant la révolution et continue à le faire. Hier c’était une blogueuse qui était emprisonnée, aujourd’hui c’est au tour d’un militant de gauche, et ainsi de suite. C’est une façon pour mettre la pression et intimider la population », témoignent Ruud et Laila.

Un spectacle en [r]évolution

Tous les après-midi, ã quatre heures et demie, les répétitions reprennent. Les monologues des comédiens sont constamment retravaillés puisqu’il y a tous les jours quelque chose de nouveau ã dire. Ainsi, la mort le 18 août de cinq soldats égyptiens dans le Sinaï tués par des tirs de Tsahal et les manifestations de protestations devant l’ambassade israélienne au Caire, deviennent partie intégrante de la pièce.

Tous les soirs les spectateurs applaudissent longuement. Beaucoup de jeunes. Ils sont nombreux ã avoir participé aux manifestations et certains y ont pris goût. A la fin de la pièce, public et acteurs se retrouvent aux tables du café qui jouxte le théâtre, autour d’un thé et d’une chicha, entre les voitures, capot ouvert, sur lesquelles travaillent jusqu’à tard dans la nuit les mécanos du garage d’en face.

Lessons in revolting est arrivée en Europe. Représentée ã Zurich fin août, la pièce passe par la Suisse, l’Allemagne et la Hollande. Laila et les autres espèrent que ça pourra contribuer ã raconter auprès d’un public occidental une version plus articulée et moins radieuse de ce qui s’est passé en Egypte au cours des derniers mois. Non pas la révolution démocratique et pacifique des réseaux sociaux mais une lutte violente et épuisante qui n’a pas dit son dernier mot. Voilà une des leçons dont il faudra se souvenir.

Notes liées

No hay comentarios a esta nota

Journaux

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)