FT-CI

LA PAIX EN TEMPS DE GUERRE

Syrie. Mascarades diplomatiques à Genève

31/01/2016

Syrie. Mascarades diplomatiques à Genève

La paix en temps de guerre ; la guerre par d’autres moyens. Genève. Ville des « négociations de paix » par excellence. Mais aussi ville des mascarades et de l’hypocrisie. Les puissances mondiales, spécialement les États-Unis, voulaient ce processus de discussions pour trouver une issue face à la guerre civile syrienne. L’ONU, comme d’habitude, prête main forte. Même la Russie a poussé son protégé syrien, Bachar Al-Assad, à y participer. Cette fois, le coup de théâtre est venu de la part des alliés des Occidentaux : le Haut-Conseil pour les Négociations (HCN), formé à Riyad en décembre et représentant la principale force d’opposition au régime, n’a pas envoyé des représentants pour l’ouverture des négociations.

La rencontre avait été préparée par l’ONU, dans la personne de son émissaire spécial Staffan de Mistura, pour que tout se passe bien. Pour éviter les face-à-face, on avait même préparé deux salles où les différentes parties seraient installées, l’émissaire de l’ONU ferait la navette entre les deux pour faire avancer les négociations. Selon le plan, les négociations se prolongeront durant six mois et dans 18 mois il y aurait des élections surveillées par l’ONU.

Les puissances impérialistes attendent beaucoup de ces pourparlers, notamment celles de l’UE qui espèrent pouvoir mettre un frein au flux de migrants qui arrivent quotidiennement à leurs côtes.

Cependant, le HCN qui est chapeauté par l’Arabie Saoudite et soutenu par des puissances comme les États-Unis ou la France (qui a dépêché à Ryad des « experts » en négociations ces dernières semaines), refuse (pour le moment) d’y prendre part. Ses représentants expliquent qu’ils ne participeront que lorsqu’ils auront la garantie de la part du secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, que le régime arrêtera les bombardements, mettra fin au siège sous lequel se trouvent plusieurs villes rebelles et laissera passer l’aide humanitaire.

Toutes les pressions de l’ONU et de ses alliés n’ont pas réussi à les convaincre. « Ils font pression sur l’opposition pour qu’elle vienne (…) Pourquoi il ne font pas la pression sur ceux qui sont en train de tuer le peuple syrien », déclarait un représentant du HCN.

En effet, la situation est délicate pour les forces rebelles sur le terrain. Militairement, ils sont en train de reculer face aux forces du régime. Celle-ci est la raison de fond de leur refus de participer des discussions de Genève. Le rapport de forces est trop désavantageux en ce moment pour eux. Ils sont sous le feu d’une intensification des combats, ce qui était prévisible : plus la date des pourparlers approchait, plus les camps en dispute allaient essayer de peser sur la table des négociations à travers leurs positions militaires.

Selon le New York Times, les rebelles sont dans un dilemme : « ils sont sous une forte pression pour participer à toute discussion politique au moment où leurs forces sont en train de subir une intensification des attaques de la part des troupes du gouvernement syrien et de leurs soutiens russes. Les leaders de l’opposition risquent de perdre toute crédibilité vis-à-vis de leurs combattants et de la population civile vivant dans leurs territoires s’ils participent à des négociations sans aucune garantie que les bombardements et les sièges vont finir ». Comme il lui est impossible aujourd’hui d’imposer ces conditions sur le terrain de bataille, l’opposition essaye de le faire au travers d’une pression sur ses alliés qui, à leur tour, doivent exercer une pression sur la Russie et le régime syrien.

Comme on le voit, ce coup de théâtre n’a rien à voir avec des valeurs humanistes, mais bien avec des calculs cyniques faits sur les souffrances et horreurs que vivent les populations sur les territoires en guerre. D’ailleurs, le début des discussions était prévu lundi dernier mais a dû être repoussé car une dispute persistait encore pour savoir qui représenterait l’opposition. Le HCN voulait en effet avoir le monopole de cette représentation ; la Russie et Assad voulaient inviter des groupes « dissidents » plus proches de leurs visions.

Un autre absent important, cette fois parce qu’il n’a pas été invité, était le Parti de l’Union Démocratique (PYD), une des principales formations kurdes de Syrie. La Russie voulait qu’il participe mais la Turquie s’y oppose aujourd’hui farouchement, car cette dernière craint que le renforcement de cette formation, liée au PKK, affecte ses intérêts dans la région.

A Genève, on parle de « paix » et de « sauver des vies ». Ce n’est qu’une farce. La réalité de ce qui se joue dans ces pourparlers, ce sont des positions économiques, politiques, géopolitiques et militaires, à conserver ou à conquérir.

Notas relacionadas

No hay comentarios a esta nota

Periódicos

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)