FT-CI

La Syrie prise en étau entre la brutalité du régime baasiste et la menace d’intervention impérialiste

Seuls les travailleurs, les paysans et la jeunesse sauront se défaire du régime dictatorial de Bachar Al-Assad et libérer le pays

01/04/2012

Par Ciro Tappeste

Des morts par milliers, trente mille réfugiés en Turquie et au Liban, deux cent mille déplacés dans le pays, des prisons pleines de prisonniers politiques, des manifestations réprimées dans le sang, des villes assiégées par les blindés de l’armée, un pouvoir qui montre son visage le plus cynique et brutal, des tractations de couloir entre les principales puissances impérialistes pour accorder leurs violons au sujet d’une possible intervention ou, a minima, le renforcement des sanctions actuelles, afin d’essayer une dérive incontrôlée de la situation qui pourrait leur nuire également. Pourtant, les manifestations continuent, envers et contre tout. Voilà le visage qu’offre aujourd’hui la Syrie, un an après les premières explosions de colère dans la ville de Deraa.

Un mouvement déterminé, par delà la propagande impérialiste et celle du régime

Parallèlement on assiste ã une véritable guerre de communiqués entre la propagande du régime d’Al-Assad et les médias pro-impérialistes, Al-Jazeera et Al-Arabyia en tête, relayés par les chaines occidentales, qui ont bien appris de leur mission de désinformation systématique avant et pendant l’agression contre la Libye en 2011. Combien de morts ? Combien de brigades blindées sur le terrain ? Combien de déserteurs dans les rangs de la soi-disant Armée Syrienne Libre(ASL) ? Combien de défections au sein de la haute administration baasiste et du gouvernement ? Si l’on fait exception de la démission du ministre des hydrocarbures, Abdo Hussameddin, et d’une cinquantaine de hauts gradés, tout ceci est difficile ã savoir en raison, d’abord et avant tout, du black-out médiatique entretenu par le régime.

La censure syrienne a au moins le mérite de démentir dans les faits la thèse officielle de la dictature. Selon Al-Assad, ce qui a lieu en Syrie ne serait qu’une campagne de déstabilisation orchestrée par des groupes terroristes salafistes liés aux monarchies du Golfe. Le régime continuerait ã bénéficier du soutien de la majorité de la population, comme le laisseraient entendre les images de l’importante manifestation pro-Assad du 15 mars ã Damas. Que des courants islamistes participent au soulèvement et que les dictatures du Golfe, en lien avec la Turquie, arment une partie de l’opposition syrienne ne fait aucun doute. Mais ce ã quoi on assiste, ã échelle globale, et par delà le soutien dans la population dont se prévaut le régime (soutien réel quoique très relatif comme nous le verrons plus bas), c’est au contraire ã un véritable mouvement populaire massif en Syrie. La secousse populaire n’a pas encore complètement touché les deux grands centres urbains du pays, Alep et Damas, mais la contestation ne courbe pas l’échine en dépit de la répression féroce qui est à l’œuvre [1].

Une course de vitesse entre l’impérialisme et le régime dont risque de faire les frais le soulèvement

Cependant, les limitations du mouvement, à la fois en terme de direction politique et en termes sociaux de secteurs mobilisés (avec, à la différence de ce qui s’est passé en Egypte et en Tunisie, une atonie des principaux bastions de la classe ouvrière syrienne), font peser une menace sourde sur le « printemps syrien ». Parallèlement, les impérialistes trépignent d’impatience pour transformer ce mouvement de fond en « une révolution de couleurarmée », du nom de ces « opérations de changements de régime » pilotées par les pays occidentaux dans l’ex bloc soviétique dans les années 2000. L’idée serait de rééditer, avec ou sans intervention militaire directe mais en accentuant l’ingérence impérialiste, le scénario libyen de l’an dernier. Comme en Libye d’ailleurs, si ce scénario prend corps, ce serait pour le plus grand malheur de la Syrie et au profit d’une plus grande semi-colonisation du pays.

La situation ayant décanté, ce qui se joue actuellement en Syrie est bien plus complexe que ce qui pouvait s’exprimer il y a un peu plus d’un an au tout début de la vague révolutionnaire qui commençait ã secouer le monde arabe. Celle-ci avait pris de court non seulement l’impérialisme mais également les régimes despotiques lui étant liés ou étant, au bas mot, partenaires de l’Occident.

Ce qui est à l’œuvre en Syrie est une véritable course de vitesse entre d’un côté la contre-révolution interne exercée par le régime d’Al-Assad qui compte pour l’instant sur le soutien déclinant, mais appui tout de même, de Moscou et de Pékin. De l’autre on trouve la pression exercée par l’impérialisme, flanqué de la Ligue Arabe et de la Turquie. Cette seconde poussée exprime une autre tendance contre-révolutionnaire, parée de ses oripeaux démocratiques et humanitaires, et qui a pour objectif de mettre un coup d’arrêt au « printemps arabe », non seulement en Syrie mais ã échelle régionale. Pris entre ces deux feux, le mouvement populaire de contestation tend aujourd’hui ã reproduire les mêmes errements que le mouvement libyen de l’année dernière et ã plonger dans l’impasse dans laquelle s’est fourvoyée la contestation en Cyrénaïque quelques semaines seulement après le début de l’insurrection de Benghazi [2].

Entre printemps arabe et spécificités nationales

Les causes de la détresse du peuple syrien qui a débouché sur le mouvement actuel sont semblables ã celles qui expliquent les soulèvements de la région : un régime dictatorial couplé d’une aggravation des tensions économiques et sociales. Pour analyser les ressorts du processus actuel, il ne faut cependant pas oublier une spécificité de l’histoire syrienne récente. A la différence de la Tunisie ou de l’Egypte par exemple, le régime a peiné, au cours des vingt dernières années, ã se réinsérer pleinement dans le nouvel ordre impérialiste hérité de la dislocation du Bloc de l’Est.

En dépit des maigres espoirs d’ouverture bercés par la société syrienne à la suite de l’arrivée au pouvoir du fils de l’ancien dictateur, Bachar Al-Assad, en 2000, la situation, sur le plan politique, n’a aucunement changé, le régime continuant ã exercer son pouvoir ã travers ses multiples ramifications policières. Si certains camps de concentration dans lesquels ont péri deux générations de militants de la gauche syrienne et de l’opposition islamique ont été fermés, les prisonniers politiques ont été déplacés dans d’autres bagnes.

En même temps, les libéralisations économiques initiées sous Hafez Al-Assad se sont intensifiées au cours des dix dernières années. Elles ont largement bénéficié aux élites locales, associées au capital occidental, notamment européen [3] ; aux financiers véreux liés à la clique au pouvoir ; aux capitalistes syriens dont l’appétit s’est encore plus aiguisé à la suite de la perte de la mainmise partielle sur le marché libanais, après le retrait forcé des forces syriennes d’occupation en 2005. Parallèlement, des pans entiers de la population s’enfonçaient dans la misère, notamment dans les campagnes et les villes de province, largement sunnites, subissant de plein fouet les contrecoups de la dislocation de l’étatisme économique qui avait garanti, des décennies durant, une certaine cohérence intérieure garantie par le régime (contrôle des prix, interventionnisme étatique sur le terrain économique et social, etc.).

Ce double état de fait (libéralisations et paupérisation de la société), couplé au maintien d’un régime dictatorial et à l’aggravation des tensions économiques, explique les causes profondes du mouvement actuel. C’est également ce qui explique ses limitations : l’opposition, notamment celle de gauche (mais également l’opposition bourgeoise, au grand dam des impérialistes d’ailleurs, à la recherche d’interlocuteurs), a été systématiquement liquidée. Le processus de contre-réformes économiques a, quant à lui, ultérieurement transformé le rapport de force au profit de la bourgeoisie. Il a considérablement affaibli et fracturé le monde du travail qui n’a pas été en mesure de résister au rouleau compresseur néolibéral version baasiste, à la différence de ce qui a pu avoir lieu, par exemple, dans certains secteurs de la classe ouvrière égyptienne [4].

Chronique d’une année de mobilisation populaire et de contre-insurrection baasiste

Entre janvier et février les premières manifestations qui surviennent un peu partout en Syrie comme dans de nombreux autres pays arabes ont du mal ã percer. Réprimées systématiquement par le régime qui ne laisse aucune marge de manœuvre à la contestation, il semble dans un premier temps que la Syrie ne connaîtra pas la vague révolutionnaire qui secoue la région [5]. Ce n’est que partie remise. En effet, à la mi-mars, à la suite de la répression menée ã Deraa, dans le Sud, après l’arrestation et la torture d’adolescents par les services de sécurité, la contestation prend de l’ampleur. Le mouvement croît en ciseaux, secouant tour ã tour, et avec une intensité différente, les principales régions et villes du pays, notamment l’intérieur du pays.


Manifestants syriens arrachant des portraits officiels de Bachar et Hafez Al Assad respectivement ã gauche et ã droite

Cette mobilisation importante, mais inégale, s’explique en partie par la stratégie mise en œuvre par le régime afin de briser les reins du mouvement, de le circonscrire à la province et, en tout état de cause, éviter au possible qu’il ne secoue les principales villes du pays, notamment Alep et Damas. Dans un premier temps, les manifestations sont réprimées brutalement, et par les forces de sécurité et par les shabeeha, l’équivalent syrien des baltagiyya de Moubarak, des hommes de main à la solde du régime agissant en dehors de tout cadre légal. Tout en comptant sur le soutien des principales autorités religieuses (alaouites bien entendu, mais également sunnites et chrétiennes) dans un pays qui est une véritable mosaïque confessionnelle, le régime ne se contente pas de mobiliser ses partisans et de faire jouer le clivage communautaire en évoquant le spectre des deux décennies de guerre civile libanaise et du chaos iraquien à la suite de l’intervention impérialiste de 2003 [6]. Il poursuit la répression, d’une part en faisant tirer sur les manifestants, et d’autre part en arrêtant puis relà¢chant, une fois torturés, des milliers de contestataires, suivant ainsi le « modèle » employé par les Ayatollahs iraniens pendant la « Révolution verte » ayant suivi les élections de 2009. Cette terrible stratégie a certes limité un temps le mouvement mais n’a pas brisé son élan comme escompté. Entre temps, les tentatives d’auto-réformes opérées par le régime n’ont eu aucun effet sur les mobilisations. L’enjeu n’était d’ailleurs très certainement que d’alimenter les médias, journaux et télévisions, liés au régime, afin de donner l’illusion qu’Al-Assad était prêt ã des concessions [7].

Ce n’est que dans un troisième temps, depuis quelques mois, alors que la contestation a commencé ã s’armer et ã être alimentée par quelques milliers de soldats déserteurs, que le régime est passé à la vitesse supérieure. La guerre civile ouverte a véritablement commencé lorsqu’Al-Assad a ordonné à l’armée de prendre d’assaut les principales zones de la révolte qui échappent complètement aux mains du régime. Pour certains il s’agit des trois quarts du pays. Pour les analystes proches de Damas, il ne s’agit que de certaines zones, dans des villes de province, ou de localités entières. Ce qui est sûr cependant, c’est que le régime a perdu la main, partiellement, et qu’il lui est extrêmement compliqué de reprendre le contrôle de la situation, d’où sa brutalité redoublée. C’est ce qui a eu lieu par exemple au cours des dernières semaines ã Homs, la ville ouvrière de l’Ouest du pays, lors de l’offensive sanguinaire menée contre les quartiers aux mains de l’opposition. C’est ce qui est à l’œuvre actuellement dans le Nord, contre la ville d’Idleb notamment, proche de la frontière turque. En dépit de la puissance de feu de son armée, le fait que l’Etat-major syrien soit obligé de procéder par phases dans son offensive contre les villes rebelles montre néanmoins que même du point de vue militaire, en raison de la profondeur du mouvement, le régime est loin d’avoir gagné la guerre contre-insurrectionnelle.


Un régime qui a rendu de bons et loyaux services à l’impérialisme

Comme lors de l’agression contre la Libye, on a vu fleurir dans la gauche institutionnelle latino-américaine (pro-Chávez notamment) et dans certains courants staliniens en Europe et dans le monde arabe un certain nombre « d’analyses » reprenant l’argument selon lequel les occidentaux trameraient contre la Syrie un vaste complot visant ã mettre au pas un régime qui représentait jusqu’à présent une ligne de résistance contre l’ordre impérialiste. Certains se risquent même ã dire que les révolutionnaires devraient se ranger en conséquence derrière la Syrie baasiste. Tristes (et inquiétants) « marxistes » que ceux qui, face ã une menace d’agression impérialiste, confondent « camp militaire » et subordination politique, voire pire, repeignent en rouge la dictature baasiste [8].

Assad père et fils, par delà ce que peut leur reprocher l’Occident, ont toujours agi en chiens de garde de l’ordre établi, quel que soit l’ordre au service duquel ils ont tour ã tour opéré : « Socialistesprosoviétiques » ou « panarabes » dans un premier temps, ils ont été depuis plus d’un quart de siècle toujours plus pro-impérialistes et à l’origine des réformes économiques néolibérales. Ils ont toujours été du côté du manche contre tous ceux qui voulaient remettre en cause le monopole exclusif du pouvoir baasiste et sa politique interne et externe, qu’ils soient Syriens, Palestiniens ou Libanais, ã commencer par les militants des courants de gauche.

Au cours des vingt dernières années donc, notamment ã partir de la disparition de l’URSS et de la première guerre du Golfe (appuyée par Al-Assad père contre l’Irak, baasiste lui aussi et pourtant honni), un réalignement ouvertement pro-occidental s’est opéré ã Damas. En échange de sa reconnaissance pleine et entière, de son retour dans le « concert des nations » et de son association aux premiers flux de capitaux qui ont tôt fait de se diriger vers le pays, le régime a monnayé sa collaboration avec l’Occident. Cela ne veut pas dire que Damas se soit complètement couché cours de ces années et a toujours agi en agent direct de l’impérialisme, comme peuvent le faire certains Etats fantoches de la région. La Syrie baasiste n’a jamais été l’émanation directe de l’impérialisme comme certaines pétro-monarchies du Golfe et n’a jamais non plus été assimilable au régime des militaires égyptiens, réaligné sur la politique de l’impérialisme depuis le retournement de Sadate. Les Al-Assad, le père comme le fils, n’ont jamais complètement remisé leur goût prononcé pour le double-jeu et les coups tordus. Ils ne se sont jamais vraiment départis de leur stratégie de la diplomatie asymétrique sur laquelle reposait l’importance régionale de la Syrie, pays sans ressources en matières premières comparables ã ses voisins mais avec potentiel de nuisances suffisamment important pour essayer de peser face aux Occidentaux. On ne prendra qu’un exemple. Si, contraint et forcé, Damas a accepté de se retirer du Liban en 2005, perdant ainsi une position acquise pendant la guerre civile et institutionnalisée en dépit des accords de Taieb, le Baas n’a pas oublié d’y placer quelques voitures piégées avant de partir et de faire sauter, par exemple, l’ancien Premier ministre, l’homme d’affaires véreux et ami de Chirac, Rafic Hariri fin 2005. L’enjeu était de souligner combien Damas avait encore son mot ã dire dans les affaires libanaises. Cela allait de concert avec une politique de réalignement, en direction des européens notamment. En témoigne le fait qu’Al-Assad a été par trois fois l’hôte de Sarkozy, qui l’a aimablement reçu à l’Elysée, comme il l’avait d’ailleurs fait avec Kadhafi. Le président français, comme son ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, semblent l’oublier un peu rapidement, eux qui veulent maintenant apparaître comme les porte-étendards de la liberté en Syrie… de la liberté, surtout, pour les multinationales française de reprendre pleinement pied dans une région longtemps dominée par la France.


A quoi jouent les impérialistes en Syrie ?

Avec la pression du « printemps arabe » agissant comme puissant révélateur des contradictions du pays et source d’insubordination en interne, Al-Assad est devenu, pour les occidentaux, plus une source de problèmes qu’un point d’ancrage de stabilité, ce qu’il avait été, tendanciellement, jusqu’à présent [9]. C’est la raison pour laquelle les impérialistes voudraient hâter sa sortie de la scène institutionnelle syrienne. La question qui se pose ã eux est « comment ? » et quel est le prix qu’ils sont prêts ã payer pour mener ã bien cette politique.

Les capitales occidentales ne veulent pas perdre la main dans une région aussi stratégique. C’est en ce sens qu’ils veulent contrôler l’évolution de la situation, en la brusquant si besoin est. D’avis divergents au début du processus de contestation en Syrie, l’ensemble des capitales occidentales sont désormais d’accord sur le fait qu’en l’état actuel des choses, tenant compte du degré de pourrissement avancé du régime et du niveau de contestation diffus dans l’ensemble de la société syrienne, par-delà les bastions résolus de l’opposition actuelle, les jours du régime d’Al-Assad sont comptés. Le pays ne reviendra en effet jamais à la situation antérieure, dont s’accommodaient pourtant les impérialistes européens notamment, et ce même si Al-Assad écrase dans le sang la contestation et qu’il gagne ã court terme sur le terrain strictement militaire, une hypothèse qui est loin de s’avérer facile comme nous venons de le considérer.

Plusieurs plans sont aujourd’hui à l’étude, allant de l’intervention extérieure (périlleuse et ardue ã mettre en œuvre) ã un accord a minima pour déplacer Al-Assad et orchestrer une transition « à la yéménite » comme cela s’est vu avec le déplacement d’Abdallah Saleh, ce qui permettrait de maintenir sur pied les bases de son régime, afin d’éviter un scénario plus chaotique encore. C’est ce ã quoi travaille aujourd’hui l’ancien secrétaire général de l’ONU Kofi Annan, mandaté par l’ONU et la Ligue Arabe à la suite des échecs successifs enregistrés par le Conseil de Sécurité en raison des vétos russe et chinois. Pour certains analystes, « la mission [d’Annan] est une façon de sauver la face [la suite de l’opposition ferme de Moscou et de Pékin ã tout scénario à la libyenne] et de masquer l’échec, jusqu’à présent, des opposants au régime [d’en finir avec Al-Assad] » [10]. Il est plus convaincant cependant de croire que la mission d’Annan, qui vient d’obtenir le soutien russe, est une façon pour les impérialistes de temporiser afin de « fourbir leurs armes », qu’elles soient directement militaires ou de soutien ã une opposition interne remodelée, en raison de sa faiblesse et de son fractionnement actuel. De son côté, Al-Assad compte bien lui aussi gagner du temps, en acceptant sur la forme le plan en six points proposé par Annan.

La question iranienne

Ce qui se joue en Syrie est aussi une partie de billard ã trois bandes. Les impérialistes pensent que dans l’état actuel des choses et compte-tenu de la non-viabilité du régime d’Al-Assad, le dossier syrien pourrait être instrumentalisé pour accentuer la pression sur l’Iran, régime auquel la Syrie est étroitement liée.


Caricature de Carlos Latuff montrant la stratégie ã plusieurs bandes des impérialistes afin de mettre au pas l’Iran

Mais si tous les impérialistes s’accordent sur un renforcement des pressions sur Téhéran, tous ne concordent cependant pas sur les méthodes ã utiliser. On a en effet d’un côté les partisans d’une realpolitik modérée, avec Berlin ã sa tête, et de l’autre les faucons sionistes actuellement au gouvernement, partisans de frappes préventives contre l’Iran, y compris sans l’aval de Washington. Compte-tenu, donc, que toutes les puissances impérialistes n’ont pas les mêmes intérêts vis-à-vis de Téhéran, entre les plus va-t-en-guerre et ceux qui seraient simplement partisans de davantage de sanctions, cette question ne fait pas complètement consensus, même si tous entendent a minima mettre au pas la République islamique.

L’autre difficulté concerne la mise en œuvre de cette stratégie. Les plus frileux à l’égard de frappes contre les installations nucléaires iraniennes considèrent que faire de la Syrie un exemple pourrait morigéner les ardeurs du régime de Téhéran. Un renversement d’Al-Assad affaiblirait considérablement le régime iranien et serait donc considéré comme une alternative ã une agression, même circonscrite, contre l’Iran. De l’autre côté, la position d’Israël peut sembler paradoxale. Pour Tel-Aviv, partisan de la manière forte contre Téhéran, Damas agit certes en sous-main contre Israël ã travers son soutien au Hezbollah libanais et au Hamas palestinien mais le régime baasiste garantit depuis prés de trente ans une trêve armée (mais une stabilité totale) ã sa frontière Nord-est au niveau du plateau du Golan. Le renversement d’Al-Assad, sans solution de rechange offrant suffisamment de garanties, n’est donc pas complètement satisfaisant pour Tel-Aviv, encore moins au moment où la question du Sinaï et de la frontière Sud-ouest est remise en cause par le processus révolutionnaire égyptien en dépit des efforts déployés par la junte au Caire pour sécuriser la région. Ainsi, même si Netanyahou dit vouloir intervenir au plus vite contre l’Iran, un renversement du régime syrien actuel ne serait pas automatiquement favorable pour Israël. La question d’une solution de rechange, au sein même de la clique au pouvoir ã Damas ou en dehors, est donc une question centrale pour les impérialistes. C’est ce sur quoi travaille actuellement leur envoyé, Kofi Annan.

L’impérialisme n’a pas renoncé ã continuer ã placer ses pions pour huiler les mécanismes de l’intervention

C’est notamment la raison pour laquelle certains analystes estiment que « les gouvernements occidentaux semblent avoir abandonné l’option militaire. Les Etats-Unis sont inquiets du rôle joué par Al Qaida [dans l’opposition militaire au régime], et les derniers attentats ã Damas et Alep sont peut-être un nouvel exemple de la façon dont l’organisation islamiste tente d’instrumentaliser le chaos dans le pays. La France a rejeté l’appel saoudien et qatari ã armer les rebelles. (…) » [11]. Bien que moins immédiate qu’il y a quelques semaines, l’option militaire n’est cependant aucunement remisée par les impérialistes. C’est la raison pour laquelle, en collaboration avec la Turquie, la Ligue arabe et surtout le Conseil de Coopération du Golfe [12], ils continuent ã essayer depuis des mois ã mettre sur pied l’équivalent d’un « Conseil National de Transition » pour la Syrie, rôle qu’ils souhaiteraient voir assumer par le Conseil Nationale Syrien, officieusement reconnu au mois d’août, flanqué d’une soi-disant Armée Syrienne Libre (ASL). En dépit d’un certain insuccès jusqu’à présent, les impérialistes n’ont pas renoncé ã décliner d’une façon ou d’une autre pour la Syrie un scénario à la libyenne.


Nicolas Sarkozy, Bachar al Assad et Hosni Moubarak, le 13 juillet 2008

Sans agent sur place se pliant de bonne grâce au petit jeu d’être le porteur d’eau de l’Occident, toute immixtion de l’impérialisme passerait ouvertement pour de l’ingérence néocoloniale. C’est tout l’enjeu de la constitution du CNS et tout le problème de son fractionnement qui est apparu au grand jour dernièrement. Les impérialistes viennent de se rendre compte combien il était difficile de monter de toutes pièces et dans la hâte une alternative au régime suffisamment solide et cohérente pour être en capacité de mener ã bien la « contre-révolution démocratique » sur place [13]. L’autre problème reste que même si le CNS et l’ASL ont été canonisés par la presse occidentale comme la seule opposition sur place, ils restent militairement beaucoup trop faibles face à l’armée syrienne dont les défections sont pour l’instant circonscrites, tant dans la troupe qu’au sein du commandement. L’opposition pourrait alors être utilisée pour devenir un casus belli, en préparant un crescendo de situations instrumentalisables par l’impérialisme (écrasement par l’armée syrienne de nouvelles villes aux mains des insurgés ou du refus par Damas de mettre en place d’une façon ou d’une autre des corridors humanitaires). Ce genre de scénarios pourraient justifier une intervention, notamment si Al-Assad piétinait le plan en six points proposé par Annan.

Mais avec ou sans participation prépondérante de la Turquie et des pays du Golfe, les calendriers électoraux français et surtout américain font que ceux qui en paroles souhaitent la chute d’Al-Assad ne peuvent pas s’en donner les moyens sans en payer le prix fort au niveau politique. La situation, entre-temps, se dégrade et a même abouti ã de premières fractures au sein du CNS. Tout ceci montre combien le temps est compté pour les impérialistes eux-mêmes. Sauf ã parier sur un scénario à la libanaise dont l’expérience dans les années 1980 a été traumatisante pour les occidentaux, les capitales impérialistes devront prendre, ã court terme, des décisions importantes. C’est ce qui rend la discussion encore plus centrale, au sein du mouvement ouvrier occidental et a fortiori au sein de l’extrême gauche, sur notre positionnement en solidarité avec le processus syrien, en complète opposition tant par rapport aux menaces d’agression étrangère que par rapport aux pions que l’impérialisme est en train de mettre en place dans la région, CNS et ASL en tête.

En guise de conclusion, les contradictions du processus et l’alternative révolutionnaire

Ce qui a lieu en Syrie est le fruit d’un « printemps arabe » entendu comme un cycle encore ouvert de révoltes et de processus révolutionnaires. C’est également la conséquence de l’accroissement des tensions au niveau régional à la suite d’une décennie d’interventions impérialistes, en Afghanistan et en Irak notamment, qui n’ont pas permis aux Etats-Unis de freiner leur déclin en tant que puissance hégémonique. Ce qui s’entrecroise aujourd’hui en Syrie, c’est la stratégie double des impérialistes visant ã mettre un coup d’arrêt définitif au processus arabe actuel et ã réaffirmer leur domination sur le Proche et Moyen-Orient.

N’escomptant plus pouvoir négocier réellement avec Al-Assad (sans pour autant exclure complètement ce scénario), forts de leurs « acquis » libyens en termes de « contre-révolution démocratique », les impérialistes font également, ã court ou moyen terme, le pari d’une intervention. Cette offensive contre la Syrie viserait ã approfondir la semi-colonisation du pays, éviter le développement d’une guerre civile incontrôlable voire l’explosion d’un processus révolutionnaire. Une telle intervention ne serait pas sans risques. Elle pourrait même être plus périlleuse que l’aventure libyenne de cet été, en raison de l’éventualité d’avoir ã affronter une résistance plus structurée, en raison également du rôle régional de la Syrie et de ses liens avec l’Iran et le Liban.

L’impérialisme a réussi ã mettre sur pied un Conseil National Syrien (CNS) dont l’équilibre interne reste cependant précaire. L’enjeu est de pouvoir compter sur un agent local de collaboration pour unifier les différentes forces de l’opposition ã Al-Assad et contrôler le mouvement de rébellion populaire, en le subordonnant étroitement au programme impérialiste. L’orientation du CNS se base sur la défense de l’Etat syrien et de son armée, une fois purgés des éléments les plus liés à la clique au pouvoir, sur la remise en cause de l’alliance stratégique avec l’Iran et sur le déplacement d’Al-Assad pour mettre en place, dans le cadre d’un gouvernement « d’unité nationale », une transition contrôlée proche du scénario à l’œuvre aujourd’hui au Yémen. Dans les faits, organiser une sortie politique contrôlée de ce qui ressemble de plus en plus ã une guerre civile ouverte implique de traiter avec un secteur du régime baasiste et son armée. En effet, le CNS en tant que tel est bien trop faible pour affronter les contradictions sociales et confessionnelles explosives syriennes que le processus actuel, la répression du régime et la pression impérialistes n’ont fait que renforcer. Il n’existe aujourd’hui malheureusement aucun secteur de poids, à la base, y compris parmi les Comités de Coordination Locaux à l’initiative du mouvement d’opposition aux premiers moments du soulèvement, qui dénonce clairement le CNS, son programme pro-impérialiste, et soit en mesure de s’ériger en alternative politique [14].

La contradiction politique principale du soulèvement actuel est que faute de pouvoir se développer ã travers une dynamique révolutionnaire parfaitement indépendante des forces bourgeoises de l’opposition, ã commencer par les plus pro-impérialistes, le mouvement reste subordonné dans les faits au CNS et risque de finir par devenir un facteur de pression instrumentalisé par les Etats-Unis et les impérialistes européens dans leur stratégie de « changement contrôlé de régime ».

Ce qui fait cruellement défaut en Syrie aujourd’hui ce n’est pas du courage, car celui des manifestants et des opposants au régime force l’admiration. Ce qui manque c’est une stratégie de classe, appuyée sur une dynamique ouvrière et populaire autonome, qui soit en mesure de dénoncer implacablement l’impérialisme et ses velléités interventionnistes toujours plus claires. La satisfaction des revendications démocratiques légitimes du peuple syrien contre la dictature, la satisfaction des revendications nationales desminorités mais aussi et surtout des revendications sociales des travailleurs, des paysans et de la jeunesse de Syrie ne sera possible que sur la base d’une opposition complète à l’égard des différents plans de transition concoctés par l’impérialisme. Ceci présuppose une stratégie de classe et anti-impérialiste alternative ã celles du CNS.

Le processus actuel en Syrie a un impact sur l’ensemble de la région, ã commencer par la Palestine et le Liban. Il pose plus que jamais la question stratégique de l’expulsion de l’impérialisme du Proche et Moyen-Orient, de la destruction de l’Etat d’Israël afin de construire une Palestine unifiée, ouvrière et socialiste, où puissent vivre en paix juifs et arabes musulmans et chrétiens, et par conséquent de l’unification de toute la région dans le cadre d’une Fédération des Républiques Socialistes mettant ã bas les régimes autocratiques, réactionnaires et obscurantistes qui sont alliés de l’Occident.

La question de la construction et de l’extension d’une véritable solidarité internationale, de classe, avec le printemps arabe, est plus que jamais à l’ordre du jour. C’est une tâche par rapport à laquelle aujourd’hui le mouvement ouvrier, en Europe notamment, est défaillant. Il n’y aurait pas pire scénario pour les travailleurs et la jeunesse que de voir se renforcer les différentes puissances impérialistes sur l’autre rive de la Méditerranée. Cela signifierait une condamnation des aspirations de nos sœurs et frères de classe arabe qui sont à la pointe, depuis plus d’un an maintenant, du premier processus révolutionnaire du XXI° siècle. C’est en ce sens qu’il faut de toute urgence, en reprenant le chemin du mouvement anti-guerre du début des années 2000 mais en lui donnant un contenu de classe, construire l’opposition contre les projets d’intervention « humanitaires » ou « démocratiques » de l’impérialisme. C’est le meilleur moyen pour renforcer, de l’autre côté de la Méditerranée, une option de classe pour les révolutionnaires, car seule la classe ouvrière est ã même d’offrir une alternative aux tentatives de « contre-révolutions démocratiques » à l’œuvre ou à la guerre civile telle qu’elle se développe actuellement en Syrie.

Si aucune alternative ouvrière et populaire ne surgit et impose un nouvel ordre face au chaos que vit actuellement la Syrie, ce seront l’Occident et ses pions qui essaieront d’imposer le leur. La région présente encore les stigmates de ce qu’un tel rétablissement de l’ordre veut dire. En comparaison, la répression vécue par les insurgés ã Homs et ã Idleb ne sera rien. Il suffit d’avoir en mémoire la guerre contre-insurrectionnelle menée par Hussein de Jordanie contre la gauche jordanienne et palestinienne au cours du Septembre Noir de 1970, l’invasion du Liban, les massacres de Sabra et Chatila ou l’occupation du Sud Liban par Tsahal dans les années 1980 et 1990 ou encore, plus proche de nous, l’intervention impérialiste en Iraq.

28/03/12

    [1] Plusieurs sources ont cependant fait état, au cours de la seconde quinzaine de mars, de manifestations et d’affrontements dans certaines zones de la capitale, ce qui serait une première depuis les manifestations de l’an dernier.

    [2] Voir JP Clech, ‘Une victoire populaire contre Kadhafi était-elle possible ?’ dans « L’extrême gauche et la guerre en Libye. Chronique d’une démission scandaleuse », 09/09/11, www.ccr4.org/Chronique-d-une-demission

    [3] C’est ce qui explique le soutien dont continuer ã bénéficier le régime auprès des différents secteurs de la bourgeoisie (alaouite, chrétienne et sunnite). La bourgeoisie syrienne craint en effet qu’un changement brusque de régime ã Damas se fasse au profit des bourgeoisies du Golfe, beaucoup mieux préparées ã ce que serait un marché syrien complètement ouvert sur l’extérieur. Jusqu’à présent, le capital national syrien a pu participer, au coup par coup, aux vagues d’ouvertures opérées par le régime sans être inquiété par d’autres concurrents régionaux.

    [4] Voir notamment « Luttes ouvrières et syndicats indépendants en Egypte. Entretien avec Fatma Ramadan », http://www.ccr4.org/Luttes-ouvrieres-et-syndicats ainsi que « Egypte. ‘On est toujours debout et on va continuer à lutter’. Entretien avec Kamal Al-Fayumi », http://www.ccr4.org/Egypte-On-est-toujours-debout-Et

    [5] Bien qu’il s’agisse d’une ligne de « résistance » toute relative, Alain Gresh note également combien « l’image de ‘pôle de résistance’, [avec le soutien au Hezbollah et au Hamas], au point que les Frères Musulmans syriens ont mis un terme –provisoire- à leur opposition (…) a fait croire au clan Assad que le pays resterait à l’abri du mouvement qui submerge la région depuis l’année 2011 ». Voir A. Gresh, « De Riyad ã Téhéran. Onde de choc syrienne », Le Monde Diplomatique, avril 2012, p.10.

    [6] Il est ã noter que la confessionnalisation de la région a été avant tout, depuis le milieu du XIX° siècle, une arme perfectionnée par les puissances occidentales afin de défendre leurs intérêts et de saper les bases de l’Empire ottoman. Cette politique a été poursuivie par le gouvernement français lorsqu’il a été mandataire du Liban et de la Syrie. C’est ce que la France a institutionnalisé, plus proche de nous, lorsqu’elle a supervisé les accords « mettant fin » à la guerre civile libanaise. C’est cette même logique qu’a poursuivie les Etats-Unis à la suite de l’intervention de 2003. Dans leur bilan de huit années d’occupation, Cafruny et Lehmann analysent ainsi la façon dont « les divisions religieuses ont été systématiquement favorisées par en haut [par le gouvernement fantoche lié ã Washington et] les quartiers des villes purgés et fragmentés [sur des bases confessionnelles] ». Voir A. Cafruny et T. Lehmann, « Over the horizon. The United States and Iraq », New Left Review, janvier-février 2012, p.15.

    [7] C’est ainsi qu’en juillet 2011, une loi sur le multipartisme a été votée par le parlement fantoche aux ordres du Baas. S’en est suivie une commission présidée par des « sages » désignés par le régime afin de rédiger une nouvelle constitution, qui a été ratifiée par « référendum » en février.

    [8] On trouve ce genre de positions relayées par le « Réseau Voltaire » où les articles publiés confondent généralement « contre-information », opposition aux préparatifs de guerre contre la Syrie et surtout, en dernière instance, soutien au régime Assad.

    [9] Voir l’encart dans cet article, « Un régime qui a rendu de bons et loyaux services à l’impérialisme ».

    [10] Voir P. Cockburn, « Syria was not Libya after all. Bid to overthrow Assad fails », Couterpunch, 26/03/12, www.counterpunch.org/2012/03/26/bid-to-overthrow-assad-fails/

    [11] J. Steele, « Syria might need its own Mandela to end this war », The Guardian, Londres, 19/03/12.

    [12] En sous-main, le pion régional des impérialistes qu’est le Conseil de Coopération du Golfe, à l’œuvre déjà dans la répression du soulèvement au Bahreïn, combine une orientation de porte-parole « arabe » de l’Occident tout en essayant d’avancer ses propres pions. C’est clair dans le cas du Qatar par exemple. Tout ceci complique un peu plus les négociations entre impérialistes, car la question n’est pas de savoir s’ils veulent se débarrasser d’Al-Assad mais qui remportera le gros lot à la suite du changement de régime. Les multinationales occidentales sont déjà suffisamment ã couteaux tirés pour considérer en plus qu’il leur faudrait tenir compte de leurs concurrents du Golfe ou turcs pour mettre complètement la main sur le marché syrien et ses ressources en hydrocarbures.

    [13] Tous les analystes occidentaux ont en tête le rôle catastrophique joué aux premiers temps de l’occupation américaine de l’Irak par le Conseil National Irakien d’Ahmad Chalabi. Le dossier libyen indique quant à lui le caractère hasardeux du pari de Sarkozy et Cameron (mais également de ceux qui prônaient, ã gauche, un soutien tactique aux opérations de l’OTAN). Aujourd’hui en Libye, alors que d’un côté Tripoli est partiellement aux mains de l’ancien djihadiste salafiste Abdelhakim Belhadj, la Cyrénaïque, à l’Est, principale région pétrolière, revendique une plus grande autonomie, sous la houlette d’un cousin de l’ancien roi Idris. La situation sent ã plein nez la contre-révolution pour les masses libyennes, prises en otage par une sorte d’étrange combinaison de Charles X et de Louis-Philippe du XXI° siècle. Mais pour les impérialistes, qui jusqu’il y a peu s’accommodaient parfaitement du régime tyrannique de Kadhafi, la situation pourrait virer au cauchemar.

    [14] De son côté la Coordination pour le Changement Démocratique (qui refuse la confessionnalisation et l’intervention impérialiste et dans laquelle sont présentes certaines organisations de la gauche radicale) reste liée d’une façon ou d’une autre ã une logique de pression sur les puissances étrangères (Chine et Russie en l’occurence) et refuse de soutenir une perspective d’indépendance de classe et révolutionnaire afin de mettre ã bas le régime. Voir ã ce sujet l’interview d’un de ses dirigeants, Ossamah Al-Tawel, « La verità sulla rivolta in Siria », 11/02/12, www.antimperialista.it/index.php ?option=com_contentview=articleid=1931%3Ala-verita-sulla-rivolta-in-siriacatid=95%3AsiriaItemid=116

Notes liées

No hay comentarios a esta nota

Journaux

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)