FT-CI

Francia. La pression et la mobilisation ont empêché des peines exemplaires

Procès de Toulouse. Les juges n’ont pas pu aller aussi loin qu’ils ne l’auraient voulu

07/12/2014

Procès de Toulouse. Les juges n’ont pas pu aller aussi loin qu’ils ne l’auraient voulu

120 heures de Travaux d’Intérêt Général en remplacement d’une peine de prison ferme, deux fois deux mois avec sursis et 1100 euros d’amende. Les condamnations qui sont tombées au Tribunal de Toulouse, jeudi 3 décembre, sont dures et disproportionnées. On reprochait, fondamentalement, aux camarades jugés d’avoir défié l’interdiction de manifester qui frappe plusieurs villes de France depuis le meurtre de Rémi Fraisse.

Néanmoins, le juge et ses assesseurs n’ont pas suivi les réquisitions du procureur qui avait exigé bien plus. Les peines délivrées sont, par ailleurs, moins lourdes que lors des comparutions immédiates, début novembre. Les camarades ont eu le temps de préparer leur procès avec les avocats, d’une part, mais ont également été épaulés par une importante campagne de soutien ayant son origine à l’Université du Mirail où un vent de révolte souffle depuis quelques semaines maintenant .

Mercredi 3 : meeting-concert en soutien aux inculpé-e-s

La semaine a commencé mardi 2 décembre, par une nouvelle journée d’AG, au Mirail, de façon ã permettre d’organiser le plus largement possible le meeting-concert de soutien aux inculpé-e-s de Toulouse du lendemain. Ouvert ã 18h30 et clôturé, en musique, après minuit, le meeting-concert a été un réel succès de la campagne de solidarité. Organisé au sein de l’amphi 8, dans le bâtiment de l’Arche, la première partie a réuni 250 personnes venues écouter les interventions des différents secteurs mobilisés autour des questions de répression ã Toulouse, au Testet, mais également ailleurs. Plusieurs ont pris la parole, ã commencer par ”Žle camarade jeune du NPA qui comparaissait le lendemain, Gaëtan, pour les inculpés, des camarades des différents campus toulousains, du Mirail, de Paul Sabatier, de l’Arsenal, mais également de l’ESAV, du mouvement lycéen, de la ZAD du Testet ainsi qu’une camarade postière. Pendant qu’en parallèle se tenait ã Paris un rassemblement en soutien aux camarades Toulousains appelé, notamment, par Solidaires, Sud PTT, le DAL, la Confédération paysanne, le NPA, Ensemble, la FA, AL et le PG, tous les intervenants du Mirail ont illustré la logique policière qui vertèbre la politique du gouvernement, Jean-Luc Moudenc, le maire UMP de Toulouse, n’étant pas en reste. L’édile, ami de l’ordre et de la police municipale, qu’il a décidé de réarmer, avait demandé des peines exemplaires contre les manifestants de novembre inculpés. En tout, ce sont 600 personnes qui sont passées ã un moment ou ã un autre de la soirée.

Jeudi 4 : rassemblement en soutien aux camarades pendant le procès

Jeudi matin, les équipes militantes mobilisées ont fait le tour des amphis du Mirail ainsi que du Restaurant Universitaire pour appeler les étudiants ã participer au rassemblement de soutien de l’après-midi qui a commencé ã 13h. Même si certaines des 14 organisations signataires de l’appel n’ont guère mobilisé, le rassemblement a réuni jusqu’à 300 personnes au moment le plus fort de la mobilisation, elle s’est prolongée jusqu’à 18h30, lorsque les camarades sont sortis du Palais de Justice, plusieurs prises de parole ponctuant l’après-midi, dont celle de Philippe Poutou, pour le NPA. Le rassemblement était, néanmoins, fondamentalement porté par les étudiants du Mirail ainsi que par les personnels. En grève le jeudi 4, à l’appel de l’AG des grévistes du mardi 25 novembre http://www.ccr4.org/Au-Mirail-le-co... de l’Intersyndicale FSU-CGT-Sud, la participation d’une quarantaine d’entre eux était plutôt une gageure ã une époque surtout marquée par les élections professionnelles. Jusqu’au bout, le rassemblement s’est déroulé dans une excellente ambiance, en dépit de la forte présence policière, ce qui n’a pas empêché les manifestants de lancer tout au long de l’après-midi des slogans (« Libérez nos camarades ! » / « Au Mirail, ã Paul Sab, à l’Arsenal, qui sème la misère, récolte la colère »)… des slogans qui étaient, par ailleurs, entendus jusque dans la salle d’audience, faisant chaud au cœur des camarades inculpés.

Des juges aux ordres du gouvernement, mais qui ont dû tenir compte de la mobilisation

Dans la salle d’audience, trois des quatre camarades convoqués étaient présents. Le procureur a chargé les inculpés, accusés, fondamentalement, de participation ã manifestation interdite. Systématiquement, cependant, le juge et ses assesseurs ont refusé de suivre l’avis du ministère public. C’est bien entendu le fruit, tout à la fois, de la pression politique et militante qui a été construite de façon ã soutenir un maximum l’ensemble des camarades inculpés ces derniers temps.

Certes, les camarades n’ont pas été relaxés. La justice, en dernière instance, ne pouvait pas se déjuger et encore moins se placer en porte-à-faux avec le ministère de l’Intérieur. La police s’était en effet constituée partie-civile dans des dossiers montés de toute pièce, les camarades étant par exemple accusés de violences volontaires contre… des agents de police qui, à l’image des voltigeurs de Pasqua, mais sans moto, « nettoient » les fins de manifs et sont rompus à l’arrestation musclée.

Les camarades sont libres et avec nous !

En revanche, là où le procureur avait requis de la prison ferme pour un camarade, le juge et ses assesseurs ont demandé un aménagement en 120 heures de Travaux d’Intérêts généraux ; là où le premier avait demandé des peines avec sursis plus lourdes contre Bénédicte, marionnettiste, arrêtée en tant que « clown blanc » le 1er novembre, et Gaëtan, militant étudiant ã Solidaires et camarade du NPA 31, qui a nié les violences mais a revendiqué la manifestation, les camarades ont été condamnés ã 2 mois avec sursis, assortis d’une amende de 1100 euros pour le dernier camarade, requalifiant y compris certains chefs d’accusation, dont « violence volontaire sur agent » en « tentative de violence », ce qui ne figure nulle part au code de procédure pénale. Aujourd’hui, cependant, les camarades sont libres et avec nous !

Le combat continue : libérez nos camarades !

D’autres procès sont prévus, ã Toulouse, les 9 et 17 décembre. En effet, après les interdictions de manifestation à la chaîne, la justice procède ã des jugements groupés. L’ensemble des camarades arrêtés en marge des mobilisations, qui n’ont pas seulement fait l’objet d’un rappel à la loi et ont été déférés, ont été condamnés. Cela indique clairement la détermination du gouvernement ã taper dur pour faire taire toute contestation. A Toulouse, cependant, même si la justice reste droit-dans-ses-bottes, une mobilisation organisée de la jeunesse, ayant les étudiants du Mirail comme fer-de-lance, capable de s’adresser largement ã d’autres secteurs ainsi qu’à l’ensemble des organisations du mouvement ouvrier et de la jeunesse, a démontré qu’il était possible de faire reculer les juges, au moins partiellement. C’est en ce sens aussi que la bataille doit se poursuivre et s’étendre, pour les camarades qui viennent de passer en procès comme en vue de ceux du 9 et du 17 décembre. C’est en ce sens qu’il faut continuer ã mobiliser pour la relaxe et l’amnistie des condamnés.

05/12/14

Notes liées

No hay comentarios a esta nota

Journaux

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)