FT-CI

Tribune Ouvrière

Pourquoi les révolutionnaires ne se reconnaissent pas dans le programme du Front de Gauche ?

09/04/2012

Par Manu Georget [1]

Lorsque le Front de Gauche parle d’insurrection ou revendique la Commune de Paris, en réalité, de quoi parle-t-il ? Qu’est-ce qu’il y a derrière ce discours qui se veut radical ? Si on fait attention ã son programme et ã ce qu’il dit, on voit bien qu’il rejette totalement le point de vue révolutionnaire car la « révolution » de Mélenchon est électorale, c’est-à-dire que le seul message qu’il veut faire passer avec ce discours radical est d’aller voter pour lui. En fin de compte, il cherche ã orienter toutes les forces sociales et de lutte dans le cadre des institutions, c’est-à-dire qu’il cherche ã canaliser le mécontentement social qui existe chez les travailleurs ã travers les élections.

Jean-Luc Mélenchon ne fait qu’entretenir les illusions sur les institutions bourgeoises soi-disant démocratiques, et fait croire que le changement social peut passer par le biais des élections. Il célèbre et se revendique de la prise de la Bastille et de la révolution française de 1789, pas pour mettre en avant leur côté insurrectionnel (et donc opposé ã sa démarche électoraliste) mais pour entretenir un discours nationaliste. Le projet du Front de Gauche est construit sur une pseudo-critique du capitalisme qui vise en fait ã mettre en avant la nation. Il ne fait ainsi qu’être utile aux intérêts impérialistes de la France et nuisible pour les travailleurs du monde entier.

Le programme du Front de Gauche n’est pas au service des travailleurs et de la jeunesse exploitée, mais il vise ã enfermer le prolétariat dans une idéologie sociale-chauvine qui a été tant de fois, dans l’histoire de notre pays et du monde entier, l’une des armes principales de la contre-révolution. Cette idéologie est d’autant plus dangereuse aujourd’hui que la crise capitaliste crée un terrain favorable pour que les capitalistes essaient de convaincre les travailleurs que les responsables de leur souffrance sont… d’autres travailleurs !

Aucune critique en profondeur de la société capitaliste française, ni de la classe exploiteuse qui est ã sa tête. Le programme économique du Front de Gauche propose un projet de modernisation de l’industrie française. Il dénonce une oligarchie qui représente la finance et qui, en quelque sorte, corromprait la « république française ». Il avance ainsi l’idée qu’il y aurait une « gentille bourgeoisie industrielle » avec laquelle les travailleurs partageraient les mêmes intérêts, en prenant comme modèle la période d’accumulation de l’après-guerre, âge d’or de l’impérialisme français où régnait productivité et paix sociale, grâce aux monopoles d’État et à l’intégration des syndicats au service des patrons.

Les travailleurs n’ont pas besoin du projet social-chauvin et de conciliation de classes du Front de Gauche ! Ils ont besoin d’un changement radical de la société, d’en finir avec la domination des capitalistes, c’est-à-dire d’une révolution sociale.

Pour lutter et gagner face à l’Etat bourgeois et ses institutions, les travailleurs doivent acquérir une conscience de classe, c’est-à-dire que la classe ouvrière doit prendre confiance dans sa capacité ã organiser la société de manière solidaire, sans se soumettre aux capitalistes.

Pour stopper la gangrène du capitalisme, pensons lutte des classes, construisons une organisation révolutionnaire qui se dote d’un programme politique avec une perspective internationaliste, afin de développer l’unification des travailleurs et de la jeunesse exploitée de tous les pays contre la classe dominante. Cette organisation révolutionnaire, ce programme politique et cette unité des travailleurs et de la jeunesse doivent être au service de la lutte contre ce système d’exploitation et de la mise en place d’une nouvelle société, sans oppresseurs ni opprimés. C’est dans cette perspective que nous nous battons, avec mes camarades du Courant Communiste Révolutionnaire, au sein du NPA et dans la lutte de classe.

  • NOTAS
    ADICIONALES
  • [1Ancien dirigeant de la CGT dissidente de Philips Dreux ayant lutté contre la fermeture du site en 2010 et militant du CCR.

Notes liées

No hay comentarios a esta nota

Journaux

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)