FT-CI

Censure d’un colloque sur l’Etat d’Israel à la fac de Saint-Denis

On tue en Palestine, on censure ã Paris 8 !

11/03/2012

Par Nicolas Rossel

A la fac de Paris 8, le président,Pascal Binczak, a purement et simplement fermé l’université pour empêcher la tenue d’un colloque sur Israël. Selon Monsieur le Président,« la pluralité des opinions n’était pas garantie par le contenu du colloque ». mais de qui se moque-t-on ?

Un colloque d’universitaires intitulé « Israël, un Etat d’apartheid ? » organisé par le collectif Palestine Paris 8 devait se tenir les lundi 27 et mardi 28 février à l’université de Paris 8. Après avoir été validé initialement et avoir reçu de la part de l’université une subvention de 2.500euros, le président de Paris 8 Pascal Binczak s’est soudainement rétracté et a décidé de censurer ce colloque en l’interdisant. Malgré l’interdiction, le collectif Palestine Paris 8, soutenu par la plupart des organisations syndicales et politiques de la fac, comptait tout de même tenir le colloque ã Paris 8 afin de ne pas céder à la censure. Plus de 300 personnes s’étaient déjà inscrites au colloque et une pétition de soutien contre la mesure de censure avait déjà recueilli plus de 500 signatures, dépassant largement les murs de Paris 8.

Le scandale a connu un nouveau rebondissement lorsque Binczak a pris la décision de fermer administrativement l’université (20000 étudiants, 1700 enseignants, 600 Biatoss) afin d’assurer l’interdiction totale de la tenue du colloque ã Paris 8. C’est une première dans l’histoire de Paris 8, l’ancienne fac soixante-huitarde de Vincennes… Même dans d’autres universités, on a pu voir des présidents recourir à la fermeture administrative mais uniquement durant les mouvements étudiants (CPE en 2006 ou encore LRU en 2007 et 2009), jamais dans une situation où il n’y a pas de mouvements, et encore moins pour censurer un débat.

Lundi matin nous étions une cinquantaine d’étudiants, personnels Biatoss et enseignants, ã accueillir à l’entrée de l’université les étudiants qui trouvaient portes closes, pour leur expliquer ce qu’il se passait. Nous avons confectionné une banderole sur laquelle on pouvait lire « Université fermée pour cause de censure » et des tags « On tue ã Gaza, on censure ã Paris 8 » émaillaient le parvis devant l’entrée de la fac. Finalement le colloque a tout de même pu se tenir, avec succès, non pas à l’université comme prévu, mais à la Bourse du travail de Saint-Denis.

Interrogé par France 3 lundi matin, Binczak justifie sa censure en expliquant que « le principe de neutralité du service public et la pluralité des opinions n’étaient pas garantis par le contenu du colloque ». Quelle hypocrisie ! Que devient la neutralité de Binczak lorsqu’il applique les dispositions de la LRU qui lui octroient les quasi-pleins pouvoirs à l’université, qui accentuent la pression au travail sur les Biatoss, et qui façonnent encore plus le contenu des cours selon les désirs du ministère et du patronat ? Par ailleurs, que signifient « neutralité » et « pluralité des opinions » dans le cadre d’une situation d’oppression ? Depuis quand faut-il avoir l’avis des bourreaux pour pouvoir en parler ? Devrait-on inviter des néo-nazis ou des nostalgiques de l’époque coloniale française pour avoir le droit d’organiser des débats à la fac sur la Shoah ou la guerre d’Algérie ? Non ! C’est une fausse question de principe du « service public » qu’invoque Binzack. Il est clair que derrière cette affaire se cachent les pressions sionistes en défense de l’Etat colonial et raciste d’Israël dont la France est complice et auxquelles le Président de Paris 8 s’est librement soumis.

Et ce n’est pas la première fois que des débats sur l’Etat d’Israël et la Palestine sont censurés en France. Déjà l’année dernière la directrice de l’ENS Monique Canto-Sperber avait interdit la tenue d’un colloque avec Stephane Hessel qui portait sur la campagne BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions), ainsi que la « Israeli Apartheid Week » organisée par le collectif Palestine ENS. L’épisode de Paris 8 marque une nouvelle étape dans la censure des débats sur la question palestinienne dans les universités en France.

A bas la censure pro-sioniste !

Pour la liberté d’expression au sujet de la Palestine et du caractère colonial et oppresseur de l’Etat d’Israël !

28/02/12

Notes liées

No hay comentarios a esta nota

Journaux

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)