FT-CI

Argentine : Christina Kirchner toujours plus ã droite

Nouvelle répression des travailleurs de Lear

28/10/2014

Nouvelle répression des travailleurs de Lear

La lutte des travailleurs licenciés de Lear continue. Contre la politique conjointe de la direction et de la bureaucratie syndicale du SMATA qui refusent toute sortie de conflit. Contre la justice qui refuse de faire valoir les dizaines de jugements favorables aux travailleurs. Contre l’État qui fait semblant de négocier mais qui réprime ã tout va, avec chaque jour plus d’acharnement. Face ã tous ces ennemis des droits des travailleurs, les licenciés de Lear ne baissent pas les bras.

Attaques et intimidations de la bureaucratie syndicale et répression policière

Mercredi dernier un groupe de nervis aux ordres de la bureaucratie syndicale du SMATA a attaqué la tente que les travailleurs licenciés ont installé devant les portes de l’usine depuis le début de leur lutte. Armés de couteaux et d’armes ã feu ils ont menacé les travailleurs de mort et menacé de violé les femmes présentes. Tout cela sous les yeux de la police, présente sur place à la demande de la direction de l’entreprise pour « protéger » les biens des patrons. Telle fut la technique d’entraînement des bureaucrates à la veille de la nouvelle journée d’action et de solidarité qui allait se dérouler le lendemain.

Ce jeudi 23 le rendez-vous était ã 18h, pour que travailleurs et étudiants puissent être présents au blocage de l’autoroute panaméricaine. Dès que les travailleurs de Lear et d’autres entreprises, notamment Donnelley, des enseignants et des étudiants, furent sur l’autoroute, laissant même quelques voies libres, la gendarmerie a commencé ã réprimer sans qu’il y ait eu la moindre sommation. Les gendarmes se sont déployés, ont encerclé les manifestants, et ã coups de lacrymos et de flash-balls les ont poussés sur les côtés de l’autoroute. Ces derniers ont essayé de se réfugier devant la tente installé aux portes de Lear mais la charge a continué. La gendarmerie a même réquisitionné des voitures utilisées par les manifestants (qui combinent des blocages avec des opérations escargot), et interpelant violemment plusieurs conducteurs.

De nombreux blessés

Les gendarmes ont utilisés les flash-balls ã courte distance. Beaucoup de manifestants ont été blessés, dont José Montes et Nicolás del Caño. Le premier, un dirigeant historique du chantier naval « Río Santiago » et dirigeant du PTS, a reçu plusieurs flash-balls au torse, Le second, le député National del Caño, plus de 7 dans différentes parties du corps. D’autres ont dû être hospitalisés, et les médecins ont dû extraire une partie du muscle du bras d’un travailleur de Donnelley.

Une répression fortement dénoncée

Plusieurs médias ont retransmis la répression en direct, ce qui a eu une grande répercussion. Plusieurs députés, de gauche et de droite, l’ont dénoncé, surtout parce qu’un député national a été blessé. Mais la dénonciation est aussi venue de différentes associations des droits de l’homme et de personnalité de l’aile gauche du gouvernement.

Les tensions à l’intérieur du Kirchnerisme

Les tensions (qui ne sont pas encore des fractures), remontent ã début 20141. Après la condamnation des travailleurs du pétrole de Las Heras, la reprise du discours sécuritaire, la réforme du code civil qui reconnaît la « vie depuis la conception », le gouvernement passe à l’offensive contre les classes les plus populaires. Une fois arrivé au pouvoir, et pour essayer de coopter les mouvements contestataires du début des années 2000, Nestor Kirchner avait mis en place une série de mesures pour diminuer la répression. D’abord en disant disait qu’il ne réprimerait pas la contestation sociale, ce qu’ il a évité de faire au moins devant les caméras. Puis, pour calmer le jeu après les morts lors de la répression du 19 et 20 décembre 2001 et de l’assassinat de Kosteky et Santillan par la la police qui réprimait une manifestation de chômeurs, le gouvernement avait interdit le port d’armes aux policiers et les flash-balls lors des manifestations. Ces armes n’étaient acceptées qu’en cas de défense et toujours en visant le bas du corps. Il est évident que ces mesures n’ont pas été respectés jeudi dernier, ce qui créé un malaise dans les rangs du kirchnérisme. Une fois cooptées une partie des mouvements sociaux, des associations des droits de l’homme, et surtout face ã une contestation sociale qui rend manifeste la nature véritable de la politique gouvernementale, ces idées « contre la répression » restent bien gardés au fond du tiroir.

Cristina s’inspire de Sarkozy

Mais la répression n’est pas la seule source de mécontentement. Récemment la présidente a annoncé un projet de réforme du code de procédure pénale. Cette réforme vise ã protéger différents membres du gouvernement, notamment le vice-président Boudou poursuivi en justice pour des cas de corruption, mais aussi ã répondre aux demandes de la droite, en renforçant la détention préventive et avec un projet d’expulsion sans jugement des immigrés qui commettent un délit.

La lutte de classes achèvera-t-elle la fin de cycle kirchnériste ?

Face à la crise économique et aux attaques qui en découlent, et au tournant répressif du gouvernement, la lutte des classes ne fait que s’intensifier. Le kirchnerisme essaye de contrôler la situation et de se renouveler pour faire face aux présidentielles de l’année prochaine, mais le dialogue, qui a pourtant beaucoup porté ses fruits pour lui dans le passé, semble être enterré. Il préfère maintenant couvrir son aile droite en frappant sa gauche. Mais la politique répressive ne fonctionne toujours pas, car les travailleurs continuent ã résister. Cette semaine aura lieu une nouvelle journée d’action et de solidarité avec les travailleurs de Lear. Peut-être le gouvernement décidera-t-il d’imposer, cette fois, une solution au conflit, ne serait-ce que par peur de la crise politique qu’il pourrait avoir ã traverser si la répression contre la contestation sociale continue ?

Notes liées

No hay comentarios a esta nota

Journaux

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)