FT-CI

FORCÉS DE ROMPRE LE JEÛNE DE RAMADAN ENCERCLÉS PAR LES CRS

Migrants. Les socialistes combinent la rafle humanitaire et le matraquage

19/06/2015

Migrants. Les socialistes combinent la rafle humanitaire et le matraquage

Comité de Rédaction

Dans la matinée, vendredi 19 juin, le gouvernement a orchestré une vaste « rafle humanitaire » contre les migrants en lutte qui campaient aux Jardin d’Eole, dans le 18ème arrondissement de la capitale. Mais la chasse à l’homme, contre les récalcitrants, s’est poursuivie jusque tard dans la soirée.

Des représentants de l’Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides (OFPRA), épaulé par une vingtaine de cars de CRS stationnés autour de la station Jaurès avant le début de l’opération, ont offert aux migrants campant sur place quelque 200 places d’hébergement sur différentes structures de la région parisienne ã condition qu’ils quittent les Jardins. Le but de l’opération, commanditée par le gouvernement, est d’en finir avec « le problème des migrants » dans le Nord de la capitale. Le but continue ã être de les « invisibiliser » en les dispersant, une logique qui, déjà , présidait à l’expulsion du camp sous le pont aérien du métro La Chapelle.

Sous le coup de la pression et par crainte d’une nouvelle expulsion violente des forces de police, la plupart des migrants est montée dans les bus venus les chercher. Pour les personnes ainsi embarquées, on peut craindre un tri rapide entre, d’un côté, les réfugiés susceptibles de pouvoir déposer une demande d’asile en France et, de l’autre côté, les personnes qui relèveraient du Règlement Dublin (examen de la demande d’asile qui relève du pays où les empreintes digitales ont été prises la première fois, ce qui implique l’expulsion du migrant) ou qui n’auraient « aucune vocation ã rester sur le territoire national » car ne pouvant prétendre au statut de « réfugié ». Ces migrants pourraient donc être expulsés après passage en centre de rétention. Un petit groupe de migrants aurait tout de même refusé d’embarquer et camperait toujours aux Jardins Eole.

Quelques dizaines de migrants ont refusé cette solution, et pour cause. Certains de ces hébergements se font parfois dans des établissements ã une centaine de kilomètres de la capitale, dans des conditions absolument scandaleuses, parfois même dans des structures jouxtant les centres de rétention administrative et la durée de prise en charge en hébergement n’était, bien entendu, aucunement spécifiée.

L’AG des soutiens qui a eu lieu, par la suite, ã 17h 30, au métro Stalingrad, a décidé d’une mobilisation, samedi, ã 14h, sur place, censée rejoindre la manifestation de solidarité avec la Grèce. Par la suite, une tentative d’occupation d’un gymnase, avenue Jean Jaurès, au niveau du métro Laumière, a tourné court en raison d’un déploiement conséquent de forces de répression, en présence du Préfet de Police de Paris, qui a donné l’ordre de matraquer brutalement les soutiens des migrants. Dispersés ã nouveau, donc, ils ont été contraints de refluer vers la rotonde, Métro Stalingrad, où ils ont rompu le jeûne de Ramadan, nombre d’entre eux étant musulmans, encerclés par la police. La Préfecture, par ailleurs, a ordonné le bouclage des Jardins d’Eole pour interdire les migrants d’y revenir, y compris pour chercher leurs affaires.

Toute cette situation montre d’une part, la volonté du gouvernement de disperser les migrants, d’atomiser les solidarités qui auraient pu se créer, mais également sa préoccupation ã tuer dans l’œuf tout mouvement de solidarité qui pourrait naître ainsi que de coordination entre campements. Face aux fausses solutions avancées par l’OFPRA ou la Mairie de Paris, qui ne sont que des cache-misères du matraquage de Valls et Cazeneuve, il est plus que jamais nécessaire d’unifier les forces et les soutiens, pour que la cause des migrants, qui est la nôtre, puisse gagner sur ses revendications : des papiers et un logement pour tous !

19/06/15

Notas relacionadas

No hay comentarios a esta nota

Periódicos

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)