FT-CI

Les États-Unis traversés par la première grève nationale des pétroliers depuis 1980 !

Les travailleur-se-s de l’industrie pétrolière en grève !

06/02/2015

Les travailleur-se-s de l’industrie pétrolière en grève !

Depuis le week-end dernier, près de 4000 travailleur-se-s des raffineries sont en grève aux États-Unis. Cette lutte fait suite à l’échec des négociations d’une nouvelle convention collective entre le syndicat United Steelworkers (Métallurgistes unis) et les principales entreprises pétrolières. Une première à l’échelle nationale depuis 1980. Cette grève, bien que limitée, témoigne non seulement de la détermination des travailleur-se-s de rattraper une décennie de stagnation salariale et de dégradation continuelle de leurs conditions de travail, mais aussi d’un certain renouveau du mouvement ouvrier états-unien, qu’on observe notamment depuis la grève des enseignant-e-s de Chicago de 2012 et de celle des travailleur-se-s de la restauration rapide.

La grève a commencé le dimanche 1er février matin dans 9 raffineries face à l’intransigeance des multinationales pétrolières. Alors que le syndicat venait de rejeter une cinquième proposition qui ne satisfaisait en rien les revendications des travailleur-se-s, les représentants de Royal Dutch Shell qui menaient les négociations pour l’ensemble de l’industrie, ont quitté la table des discussions. Ces derniers se servent de la récente baisse, très importante, des prix du pétrole comme prétexte pour ne rien là¢cher. Pourtant ils ont vu plus que doubler la valeur de leurs actifs, s’envoler leurs profits et continuent ã offrir à leurs PDG des primes dont les montants s’élèvent sans aucun doute ã plusieurs millions d’euros depuis 2012.

Le mécontentement et la frustration chez les travailleur-se-s ne font que croître depuis quelques années. La dernière convention collective y est pour quelque chose. En effet, celle-ci s’est soldée par un gel des salaires et a imposé 20 % du coût de l’assurance de santé sur les épaules des travailleur-se-s. De plus, leurs conditions de travail et de sécurité ont connu une importante dégradation : des journées de travail de 12 heures, des semaines de travail de 14 jours consécutifs, des accidents de travail de plus en plus fatals. A cela s’ajoutent des coupes budgétaires et un manque de surveillance, lesquels ont préparé le terrain pour des explosions fatales, comme dans une raffinerie de BP où 15 travailleur-se-s ont été tué-e-s et 170 blessé-e-s en 2005. Et tout cela dans l’impunité totale : des conditions de travail déplorables, donc, qui ne sont pas loin de rappeler celles des mineurs au début du XXe siècle.

Les travailleur-se-s espèrent gagner des augmentations de salaire ainsi que de meilleures conditions de travail et de sécurité. Mais tout laisse ã penser que le syndicat n’est pas prêt ã aller jusqu’au bout. Son président a déjà déclaré sans scrupule que cette grève n’a rien ã voir avec les salaires. Son appel à la grève s’est limité ã 9 des 65 raffineries du pays où le syndicat est présent, soit un peu plus de 3800 des 30000 travailleur-se-s qu’il organise au total. Si la grève reste ã ce niveau d’intensité, elle ne pourra bloquer que 10 % de la capacité de production du pétrole du pays, alors même qu’une grève de toutes les raffineries représentées par United Steelworkers pourrait en bloquer jusqu’à 64 % !

Le syndicat essaie ainsi ã tout prix de diminuer d’emblée l’impact de la grève. Par exemple, l’une des raffineries fonctionnait déjà ã la moitié de sa capacité réelle de production. Dans un autre cas, les travailleur-se-s font un piquet de grève devant une raffinerie ã Texas City, alors que leurs collègues d’une deuxième raffinerie dans la même ville continuent ã travailler. Par ailleurs, depuis des années, la direction d’United Steelworkers s’oppose ã toute lutte conséquente et collabore pleinement à la restructuration de l’industrie pétrolière au nom de la dite « défense des conditions de travail et de vie des salarié-e-s » et de la « compétitivité de la Nation ».

Néanmoins, les travailleur-se-s du pétrole semblent déterminé-e-s, comme d’autres secteurs du monde du travail, ã rattraper plus d’une décennie de stagnation salariale et de baisse généralisée de leur niveau de vie. Certain-e-s grévistes affirment ne pas comprendre les limites que souhaite imposer le syndicat au mouvement. Ils et elles commencent même ã appeler de leurs vœux ã un élargissement de la grève à l’ensemble des raffineries représentées par United Steelworkers, voire à l’ensemble de l’industrie. Le développement de cette grève dans les jours, les semaines, voire les mois ã venir pourrait être essentiel dans le processus de recomposition du mouvement ouvrier états-unien.

04/02/2015.

Notes liées

No hay comentarios a esta nota

Journaux

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)