FT-CI

Rassemblement du 16 octobre

Les métallurgistes au salon de l’auto : pas de quoi faire peur aux patrons requins !

19/10/2014

Les métallurgistes au salon de l’auto : pas de quoi faire peur aux patrons requins !

Claude Normand et Vincent Duse

Le salon de l’auto est, depuis plusieurs années, l’occasion de manifestations des salariés de la métallurgie pour la défense de l’emploi. Il a même été, en 2012, le théâtre d’affrontements avec les forces de l’ordre qui ont fait parler d’eux. La manifestation organisée le jeudi 16 octobre tranchait par rapport aux souvenirs que pouvaient avoir les travailleurs métallurgistes présents il y a deux ans : 200 personnes, au plus fort du rassemblement, contre 2000 environ, en 2012.

Une mobilisation dérisoire

A cela, au moins trois raisons. La première, déterminante, c’est que la confédération de la CGT, très majoritaire dans le secteur de la métallurgie, n’a pas fait le travail nécessaire, et d’abord en ne lançant pas un mot d’ordre centralisé assorti d’un appel à la grève, condition sine qua non de participation pour les travailleurs n’ayant pas de mandat syndical. Par ailleurs, l’information dans les différents sites a souvent été tardive, ce qui ne permettait pas aux salariés de venir au rassemblement sur des heures de RTT. Enfin, bien entendu, des éléments liés à la pression exercée sur les travailleurs de la métallurgie par le patronat ; les réductions d’effectifs, les jeux géopolitiques de fabrication en France ou à l’étranger, la flexibilité qui règne désormais en maître dans les usines ont entraîné un chômage technique croissant et une perte de salaire correspondante. Les ressources mensuelles des travailleurs, déjà faibles, sont amputées des heures de chômage technique. Ajouter des heures de grève non payées peut poser de véritables problèmes financiers. Seule une mobilisation centralisée, organisée et soutenue syndicalement, aurait pu permettre de lever ces hésitations. D’autant qu’à la manifestation de l’après-midi, en défense de la Sécurité Sociale, il y avait un nombre de militants nettement plus conséquent. Compte tenu des attaques du patronat et des baisses drastiques d’effectifs dans la métallurgie, ce secteur aurait justifié, à lui seul, un appel à la grève pour la journée du 16 octobre.

Des attaques pourtant de plus en plus sévères contre les travailleurs

Pourtant, les attaques contre les emplois dans le secteur de la métallurgie sont sans précédent et s’accroissent de jour en jour. Toutes les délégations représentées, qu’il s’agisse de PSA, de Renault, d’Arcelor Mittal ou d’autres avaient été sous le coup de fermetures, de PSE, de licenciements passés, présents ou ã venir. Jean-Pierre Mercier présent au rassemblement, avait en tête le souvenir de la fermeture de PSA Aulnay, ou bien les menaces qui pèsent actuellement sur l’usine de Poissy. Philippe Poutou, représentatif du combat mené ã Ford Blanquefort, déplorait lui-même, face à la presse, la faiblesse de la mobilisation comparée aux enjeux majeurs pour les travailleurs. Enjeux pour les plus grosses structures, bien sûr, mais aussi pour les filiales ou les sous-traitants. C’est ainsi par exemple que lors d’une discussion, un militant expliquait que chez Peugeot Scooters de Beaulieu, dans le Doubs, filiale de PSA, le groupe s’apprêtait ã vendre courant 2015, 51% de ses parts au groupe indien Mahindra Mahindra, la négociation incluant une injection d’argent frais, ã hauteur de 15 millions d’euros selon la presse, 89 millions d’euros selon les sources syndicales. A la clé, un PSE mis en œuvre dès la fin 2014 qui portera sur 90 salariés dans une usine qui en compte 450.

Une occasion manquée de convergence des luttes

Un rassemblement très réduit, des délégations et des petits groupes dispersés, quelques drapeaux Sud au milieu des drapeaux CGT, les mots d’ordre routiniers et traditionnels de la défense de l’emploi... rien de semblable à la mobilisation et à la légitime colère dont les métallurgistes sont pourtant capables et dont ils ont déjà fait la démonstration.

La nécessité du "tous ensemble" pratiquée de manière concrète dans les luttes et les mobilisations mûrit tous les jours dans la conscience des travailleurs. Les rassemblements, les manifs doivent être des temps forts dans l’organisation de la convergence, dans la constitution de pôles ouvriers déterminés, dans une même boîte (PSA Poissy, PSA Mulhouse...), avec leurs filiales (Peugeot Scooters Beaulieu), dans un même secteur (PSA, Renault, Ford...), mais aussi dans différents secteurs en lutte, publics ou privés, subissant de la même manière la loi d’airain du capital et de ses exigences de profit. C’est ainsi que les délégations représentant les retraités ou le commerce auraient trouvé toute leur place dans l’organisation d’un plan de convergence des luttes.

C’est la convergence qui peut donner aux travailleurs combatifs, militants syndicaux et non syndiqués, la force de s’affronter au patronat et de faire face ã une répression de plus en plus sévère, visible durant ces derniers mois dans tous les secteurs, qu’il s’agisse de l’automobile mais aussi des postiers, des cheminots, des intermittents et précaires, ou des travailleurs de la santé...

19/10/2014

Notas relacionadas

No hay comentarios a esta nota

Periódicos

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)