FT-CI

Contribution pour Bulletin de Discussion

Le vent de la révolte qui a passé la Méditerranée pourrait traverser les Pyrénées En fera-t-on un axe de campagne ?

06/06/2011

Le vent de la révolte arabe a franchi le détroit de Gibraltar. Les « acampadas » de l’Etat espagnol, un des mouvements de la jeunesse les plus importants depuis la fin du franquisme, ont largement chamboulé le calendrier électoral espagnol et le panorama social et politique de la péninsule.

On ne peut pas mettre au même niveau l’insubordination de la jeunesse et des travailleurs arabes avec l’occupation des places dans l’Etat espagnol. Les structures économiques et sociales ne sont pas comparables (des pays semi-coloniaux d’un côté, un pays impérialiste de l’autre)

Cependant, il est frappant de voir combien les revendications de la jeunesse et les jonctions embryonnaires avec le mouvement ouvrier (traminots ã Saragosse, Alstom et travailleurs de la Santé ã Barcelone, etc.) étaient semblables ã celles qu’on avait vues et entendues Place Tahrir ou à la Casbah de Tunis : emploi, salaires, avenir… C’est dans cet état d’esprit que les manifestants se sont mobilisés ã Paris, mais aussi ã Lyon, Toulouse, Nancy, etc., ã un degré bien moindre que de l’autre côté des Pyrénées, non seulement par solidarité avec le mouvement des « acampadas » mais aussi pour dire que leur ras-le-bol était tout aussi important et qu’il pourrait bien éclater sans crier gare…

Notre démarche électorale doit s’articuler autour d’un soutien inconditionnel avec les mobilisations en cours des deux côtés de la Méditerranée. Elle peut et doit se faire le relais de ces mouvements profonds car ils font écho au malaise que vit au quotidien la jeunesse en France, qu’elle soit étudiante ou travailleuse (ou souvent les deux), au chômage ou avec un emploi.

Relayer le message de la jeunesse de l’Etat espagnol est important pour une autre raison. Certains camarades, partisans d’un parcours unitaire avec la gauche réformiste (PFGrond, F Borras, P3, etc.), s’appuient sur la défaite revendicative de cet automne et limitent leur analyse à la situation immédiate de l’Hexagone pour justifier leur démarche et mener, selon nous, ã une dissolution du parti dans le réformisme radical. Nous pensons à l’inverse qu’il ne faut pas confondre la conjoncture nationale actuelle et l’étape que nous traversons. La conjoncture continue ã être extrêmement polarisée, même si cette polarisation s’exprime surtout actuellement « par en haut » (et non « par en bas » comme au cours de l’automne) et sur la droite (avec notamment la prégnance de Le Pen sur la scène médiatique et politique nationale). Ce que montre le printemps espagnol néanmoins, alors que le cycle révolution et contre-révolution se poursuit dans le monde arabe, c’est qu’à la suite de l’automne français, la situation plus générale (marquée par la crise du système capitaliste et ses répercussions économiques, politiques et sociales en Europe) peut connaître des évolutions brusques. Confondre la conjoncture et l’étape mène ã sous-évaluer la situation dans laquelle nous nous trouvons. C’est une lecture fonctionnelle à la justification de tous les accords avec la gauche réformiste (qui elle aussi a essayé d’investir les rassemblements de solidarité avec les « acampadas » au nom de la « révolution citoyenne »).

Le mouvement de la jeunesse est encore très embryonnaire en Europe (sauf dans l’Etat espagnol et en Grèce) et sans doute politiquement assez immature pour l’instant. Mais la bourgeoisie a d’autant moins de marge de manœuvre y faire face que la crise économique continue ã guider tous les gouvernements dans leurs plans d’austérité. Que la jeunesse puisse dans ce cadre jouer le rôle de détonateur d’une vague de résistance plus large est ã considérer. Que cette vague puisse se structurer autour de caractéristiques ouvrières très fortes (cf. cet automne en France avec les raffineurs, dockers, etc. ou actuellement en Italie avec les ouvriers de Fincantieri en lutte) est une hypothèse que nous devons envisager. Dans ce cadre seule une campagne communiste et révolutionnaire, radicalement alternative à la gauche bourgeoise et à la gauche réformiste, est nous permettrait de nous préparer ã une situation qui pourrait ici aussi être ã nouveau marquée par un intense processus de mobilisations, ce que la conjoncture actuelle pourrait faire oublier. Ce serait le meilleur moyen pour être à la hauteur de la profondeur de la crise, répondre au défi populiste du FN et aux attentes du monde du travail et de la jeunesse.

Nico (Com. St-Ouen, CCRP4), Pierre (Com. St-Ouen/Sces Po, CCRP4), Sebastián (Com. ENS, CCRP4)

Notes liées

No hay comentarios a esta nota

Journaux

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)