FT-CI

Attaque sur le temps de travail : Macron persiste et signe !

Le gouvernement continue son offensive sur les 35h !

25/11/2014

 Le gouvernement continue son offensive sur les 35h !

Ce jeudi 20 novembre, auditionné par la commission parlementaire sur les 35 heures, Emmanuel Macron, ministre de l’Economie, a livré « son bilan » des 35h et de sa mise en application, seize années après sa mise en œuvre par Martine Aubry et le gouvernement de la Gauche Plurielle. « On peut défendre les 35 heures sans les mettre sur un piédestal », a résumé Macron. Qu’il se rassure : nous non plus, nous ne mettons pas « la réforme Aubry » sur un piédestal.

Qu’en est-il réellement de la Réforme Aubry ?

Les 35 heures ont été appliquées sur la base de l’annualisation du temps de travail, ã savoir comme une brèche en direction de la flexibilité généralisée, et de la perte de salaire. De ce point de vue, les patrons sont parfaitement au courant des bons et loyaux services rendus par l’actuelle « première opposante » ã Valls. Mais lorsque l’ancien banquier d’affaires et actuel ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, parle de détricoter les 35 heures, on l’aura compris, ce n’est pas pour aller dans le sens de plus de justice sociale. C’est un énième ballon d’essai qu’il lance pour rallonger la durée légale du travail, tout en maintenant, voire en aggravant, les conditions actuelles de flexibilité et de précarité.

La réforme des 35h aurait eu, selon Macron, « un effet bénéfique sur l’emploi ». Elle aurait créé, en quatre ans, près de 350000 emplois selon l’INSEE. Il faut comprendre en filigrane que l’annualisation du temps de travail et les baisses de salaires associées aux 35h ont permis pour un temps au patronat de rétablir leur profits tout en faisant passer le « package » des 35h pour un progrès social. Un progrès en demi-teinte pour les salariés, puisque s’il y avait bien réduction du temps de travail (ou plutôt RTT), elle était associée ã une réorganisation du travail pour le patronat.

Mais Hollande veut aller plus loin aujourd’hui. Car si c’est Macron qui parle, si le magazine allemand Der Spiegel publie en avant-première des extraits de document de travail officiels où des économistes français font état de la nécessité de « geler les salaires pour trois ans » et d’assouplir les 35 heures, c’est bien que l’Elysée est derrière tout cela. Les 35 heures, donc, auraient envoyé, selon Macron, « un signal négatif pour les entreprises étrangères qui voulaient investir en France », donnant l’impression « que les Français ne voulaient plus travailler ». Il précise alors que la durée effective de travail en France est aujourd’hui supérieure ã 39 heures par semaine, proche des standards européens. Le problème pour Macron, ne serait donc pas le temps de travail hebdomadaire effectif équivalent aux autres pays impérialistes européens, mais le fait que ces heures payées au-delà des 35h soient réglées en heures supplémentaires majoré ã 25%. Le gouvernement et le patronat attaque les 35h non pour augmenter la durée effective du travail mais pour une baisse généralisée de nos salaires !

Généralisation des accords de compétitivité pour détricoter les 35 heures

Selon le ministre de l’économie, les 35h ne correspondraient donc plus à la réalité de la durée du travail en France. Il insiste alors sur le « dialogue social » à l’intérieur des entreprises pour d’éventuels aménagements, en précisant que « le cadre légal n’est pas suffisant parce que les salariés, comme les entreprises, ont besoin de plus de souplesse. Qui serions-nous pour dire ã quelqu’un qui souhaite travailler plus que c’est impossible ? ».

L’accord national interprofessionnel (ANI), signé en juin 2013 par les confédérations syndicales les plus proches du gouvernement comme la CFDT, la CFTC et la CGC a permis au patronat de légaliser des accords dit « de maintien de l’emploi » : en échange d’une baisse des salaires des travailleurs et de l’augmentation du temps de travail, les patrons s’engageaient alors ã soi-disant maintenir l’emploi pendant 2 ans.

Aussitôt voté, l’ANI a été aussitôt contourné. Trouvant cet accord bien trop contraignant, les patrons lui ont préférés les bons vieux accords de « compétitivité » qui ne demandent aucune contrepartie pour l’employeur mis ã part un « dialogue social » entreprise par entreprise.

« Divide et impera »

Voilà donc l’objectif du gouvernement et du patronat : au lieu de prendre de front les travailleurs ã travers une loi abrogeant directement les 35 h, risquant alors de déclencher un coup de sang chez les salariés, Hollande et le Medef choisissent de « diviser pour mieux régner ». C’est ce qui existe déjà en Allemagne depuis les réformes votées sous le gouvernement du social-démocrate Schröder : une négociation entreprise par entreprise ou branche par branche. Renault et PSA ont montré le chemin des accords de compétitivité. Pour le gouvernement et le patronat, il s’agit maintenant de légaliser et généraliser ces pratiques pour une casse des 35h et une baisse généralisée des salaires des travailleurs pour toujours plus engraisser les profits !

Mais que font les directions syndicales ?

Macron n’en est pas ã son premier ballon d’essai. En août, déjà , avant même sa prise de fonction, il avait évoqué la possibilité de « déroger aux 35h », faisant pousser aux syndicats des cris d’orfraie. Est-ce que, depuis, les directions syndicales ont adopté une quelconque mesure préventive ? Aucunement ! Ils se sont contenté, comme cette semaine encore, des dénégations de responsables gouvernementaux disant parler au nom de Hollande. Macron aurait en fait un peu trop anticipé le calendrier des négociations avec les « partenaires sociaux » sur les « aménagements des 35h » acté par l’ANI. « C’est un peu gênant d’en parler publiquement » disent des proches de l’Elysée. Mais, fondamentalement, ballon d’essai, calendrier des déclarations et commission d’enquête parlementaire, sont autant de tactiques pour « préparer » les négociations avec les centrales syndicales.

Elles dialoguent… ou s’apprêtent ã reprendre langue

La CGT n’a pas formellement signé l’ANI mais ne s’y est guère opposée : des manifestations pour dire « non », certes, mais une participation ã toutes les discussions préparatoires et aucun plan de bataille réel pour que, dans les entreprises, les usines et les bureaux, les collègues s’emparent de la question et expriment leur ras-le-bol. Aujourd’hui, la direction de Montreuil souhaite renouer avec la méthode du « dialogue social ». C’est la raison pour laquelle la CGT a proposé, le 21 novembre, de supprimer l’obligation d’organiser des élections de délégués du personnel (DP) lorsque le seuil des 11 salariés est franchi. Face à la méthode du dialogue social prônée par le gouvernement et le patronat que les directions syndicales acceptent sans broncher, il faut, à la base, que les équipes militantes opposent leurs propres revendications : nous devons opposer nos propres revendications, pour un partage du temps de travail entre tous les travailleurs, sans baisse de salaire et pour la CDIsation de tous les travailleurs précaires et l’interdiction des licenciements.

En Italie et en Belgique, les deux principales confédérations, la CGIL et la FGTB, dont il y aurait pourtant beaucoup ã redire, ont été forcée d’organiser un calendrier d’action contre les mesures austéritaires et les réformes du marché du travail. En France, c’est un calendrier de table-rondes qu’on nous propose, après les élections professionnelles. Face ã ce gouvernement assassin et ce patronat qui ne désarment pas, ce n’est pas un programme de négociation qu’il nous faut, c’est un programme de lutte !

23/11/14

Notes liées

No hay comentarios a esta nota

Journaux

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)