FT-CI

L’expérience de la dévaluation argentine.

La Grèce et la sortie de l’euro : Une solution possible ?

02/01/2012

Par Martín Noda

Je ne serai ni le premier ni le dernier ã comparer la situation économique aujourd’hui en Grèce avec celle de l’Argentine en 2001. Les ressemblances sont évidentes : l’économie qui plonge dans des profondes récessions-dépressions ; fort impact de la dette externe ; déficits fiscaux énormes ; perte de compétitivité et impossibilité d’une politique monétaire propre.

<img2464

Même les deux solutions proposées sont les mêmes : d’avantage de mesures d’austérité (en général proposées par les secteurs liés au FMI et aux principales puissances impérialistes), ou une sortie de l’euro (politique de dévaluation des idéologues nationalistes, une partie de la gauche, et malheureusement des secteurs liés au mouvement ouvrier).

Il est évident que la première des deux solutions implique un coût énorme pour les travailleurs et qu’elle ne parvienne même pas ã régler le problème, car plus d’austérité signifie plus de récession (quoique certains secteurs capitalistes en sortiraient gagnant). La deuxième solution, qui est peut-être beaucoup plus dangereuse, gagne de plus en plus de poids ã mesure que la crise et l’austérité s’approfondissent, d’autant plus que Costas Lapavitsas, un intellectuel qui se revendique du marxisme, est en train d’en faire lui aussi la promotion.

Cette solution consiste ã dire que, face à la possibilité de continuer dans l’austérité, il est nécessaire de sortir de l’euro. Lapavitsas explique qu’après un moment de chaos, une période de croissance viendra nécessairement. Il explique qu’après avoir déclaré le défaut de la dette, il est nécessaire de sortir de la zone euro “ Mais d’une façon qui serait dans l’intéret à long terme des travailleurs, et non des grandes entreprises ou des banques. Contrairement ã ce qui est souvent affirmé, la Grèce ne s’effondrerait pas si elle quittait l’euro […]. La sortie est pour la Grèce la voie la plus judicieuse pour restaurer la compétitivité et se relancer. L’alternative est de continuer avec des mesures d’austérité qui ne servent ã rien et vont entrainer un déclin sur le long terme. […]. La récupération devrait commencer dans quelques mois, stimulée par la dévaluation qui permettrait d’accroitre les exportaitons et reconquérir le marché intérieur.” [1]. Avec une lecture superficielle, un lecteur non averti et confiant dans la bonne volonté d’un auteur qui dénonce les politiques néolibérales, pourrait prendre l’exemple de l’Argentine pour donner raison ã Lapavitsas. En effet, après la dévaluation et le chaos, vint la reprise de l’économie argentine. Mais c’est perdre de vue les éléments centraux. Tout d’abord le contexte : l’économie argentine n’a pu croître que parce qu’elle se situait dans le cadre d’une croissance économique mondiale, avec un prix élevé des matières premières exportées. Aujourd’hui nous sommes très loin de cette possibilité. Ensuite, et c’est l’élément le plus grave, la dévaluation, surtout dans sa période la plus conflictuelle, a signifié un effondrement du niveau de vie des masses argentines. Observons quelques éléments de plus près :

1. L’augmentation de la dette. Il y a là un premier problème. La dévaluation a signifié que le PIB qui, avant se mesurait en dollars, est passé en pesos. Mais la dette, elle, continue d’être en dollars. Cela signifie que le niveau d’endettement augmente de manière proportionnelle ã celui de la dévaluation : “Avec la dévaluation, la dette publique, libellée en dollars, passe de 60 % ã 150 % du PIB. […] Si le parallélisme des causes ayant abouti aux crises argentine et grecque est certain, Athènes n’a pas pour autant forcément intérêt ã suivre l’exemple de Buenos Aires. D’abord parce que la dette grecque atteint aujourd’hui 160 % du PIB, presque trois fois la proportion relevée en Argentine avant la dévaluation. Et si Athènes sortait de l’euro, ce ratio ne manquerait pas d’exploser » [2].

2. L’inflation. La dévaluation implique immédiatement une forte inflation. D’abord parce que le prix de l’ensemble des importations augmente dans la même mesure que la monnaie se dévalue. Ensuite parce que le prix des produits d’exportation augmente aussi. Pour le capitaliste, cela revient au même de vendre dans le pays ou d’exporter, ce qui l’intéresse, c’est ce qu’il gagne. C’est pour cela qu’il va vouloir vendre à l’intérieur du pays au même prix qu’à l’extérieur. Et même en instaurant des taxes à l’exportation, on ne peut pas empêcher l’augmentation des prix à l’intérieur du pays. Mais il ne s’agit là que des éléments immédiats, parce qu’ensuite on assiste ã une reconfiguration des prix dans l’ensemble de l’économie, et les prix continuent ã augmenter. En Argentine, entre 2002 et 2003 il y a eu près de 40% d’inflation.

3. Le salaire réel. Bien sûr, les salaires n’augmentent pas en proportion des prix. Surtout dans des pays avec un très haut taux de chômage comme l’Argentine ou la Grèce. Cela conduit ã une baisse très rapide du pouvoir d’achat, y compris pour les travailleurs ayant un emploi. Les indices de pauvreté explosent. La souffrance est énorme, mais les capitalistes font beaucoup de profits. Comme le montre le graphique ci-dessous, en mars 2007, le pouvoir d’achat retrouve le niveau (déjà pourtant bien bas) qu’il avait avant la dévaluation. Il a fallu cinq années de très forte croissance économique pour que les travailleurs se retrouvent au même niveau qu’au pire moment de la crise économique.

Tout ceci montre qu’une sortie de l’euro n’est en aucun cas une bonne solution pour le peuple grec. Lapavitsas a beau s’efforcer d’accompagner cette sortie de l’euro de mesures en faveur des travailleurs comme la nationalisation des banques, le fait de centrer la solution sur la récupération de la compétitivité (capitaliste) de l’économie grecque, il ne peut pas éviter une situation catastrophique pour les travailleurs. En Argentine, il a fallu plusieurs années de croissance ã 9%, dans le cadre d’une situation internationale hautement favorable, pour que les travailleurs parviennent au même niveau ou presque (il y eu c’est vrai une baisse du chômage). Et la Grèce est très loin de cette situation. Cette sortie ne profiterait qu’aux capitalistes, comme on l’a vu en Argentine où ils ont fait beaucoup de profits.

En outre, il n’est pas certain que, comme le dit Lapavitsas, “Si les forces progressistes font preuve d’une volonté suffisante, il serait alors possible de transformer l’économie en profondeur, en changeant l’équilibre des pouvoirs en faveur des travailleurs.” [3]. La dévaluation a engendré beaucoup de confusion chez les travailleurs et a permis au régime, après une période de crise ou de shock, de se recomposer. En grande partie c’est grâce aux directions syndicales, qui approuvaient cette sortie par la dévaluation, empêchant ainsi aux travailleurs d’intervenir, face à la crise capitaliste, avec un programme indépendant. La même chose se produirait sûrement en Grèce.

Pour toutes ces raisons, les deux sorties de crise envisagées ne sont que deux manières pour la bourgeoisie de faire payer la crise aux travailleurs. Les révolutionnaires doivent s’opposer ã ces scénarios de sortie de crise et ne pas créer d’illusions dans les mesures prétendument salvatrices du progressisme. Nous devons nous opposer aux causes mêmes de la crise : Dans le cas grec, nous devons nous opposer au plan de semi-colonisation impulsé para la Troïca (BCE, FMI et UE), tout en refusant tout paiement de la dette aux créanciers et en avançant sur la propriété privée et les intérêts des grandes familles qui contrôlent une grande partie des affaires, les finances et les médias. Tour cela signifie aussi de chasser les politiciens grecs, liés au capital financier international, qui ont mis leur argent à l’extérieur et qui voudront garder pour eux les actifs les plus importants ã des prix dérisoires lors des futures privatisations. C’est ã dire, mettre en place un vrai programme anticapitaliste, en expropriant les banques et les grandes entreprises. C’est la seule sortie pour les travailleurs, et non pas les faux raccourcis réformistes.

  • NOTAS
    ADICIONALES
  • [1Lapavitsas, Costas, “Greece must default and quit the euro. The real debate is how” The guardian 19/09/2011, http://www.guardian.co.uk/commentis...

    [2Lacombe, Clément “Grèce, Argentine : ressemblances et dissemblances” Le monde 21/11/2011.

    [3Lapavitsas, Costas, Op. Cit.

Notes liées

No hay comentarios a esta nota

Journaux

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)